Twitter classé en catégorie spéculative par Standard and Poor's

 |   |  220  mots
L'agence souligne toutefois la croissance saine du nombre d'utilisateurs mensuels et du chiffre d'affaires.
L'agence souligne toutefois la "croissance saine du nombre d'utilisateurs mensuels et du chiffre d'affaires". (Crédits : reuters.com)
L'agence de notation financière a octroyé au réseau social américain une note à long terme "BB-" jeudi. Elle estime qu'il "pourrait ne pas dégager de liquidités excédentaires avant 2016".

Standard and Poor's (S&P) est sceptique sur la rentabilité de Twitter. L'agence de notation financière américaine a octroyé pour la première fois, jeudi 13 novembre, une note "non sollicitée", évaluant la solidité financière à long terme du réseau social américain. Ce dernier se voit attribuer un "BB-". Une note trois crans en dessous de l'échelon le plus bas pour les valeurs dites d'investissement qui classe ainsi Twitter dans la catégorie des émetteurs de dette dits "spéculatifs".

Twitter risque de ne pas dégager de "liquidités excédentaires" avant 2016

L'agence se satisfait de la "croissance saine du nombre d'utilisateurs mensuels et du chiffre d'affaires" du réseau social, parallèlement à des investissements "très énergiques". Mais "Twitter pourrait ne pas dégager de liquidités excédentaires avant 2016", prévient S&P, soulignant en outre que cela dépendrait du niveau de réinvestissement des revenus dans l'activité.

Elle part aussi du principe que le réseau social, qui avait émis un emprunt convertible de 1,8 milliard de dollars en septembre pour financer "l'activité générale de l'entreprise, y compris des acquisitions et des besoins opérationnels", conservera un niveau d'endettement minimal.

Twitter n'a jamais dégagé un dollar de bénéfice net depuis sa création en 2006.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2014 à 18:10 :
Pour une fois, une agence de notation est réaliste : Twitter comme Facebook ne vaudront pas un oenny d'ici quelques années !
a écrit le 14/11/2014 à 9:52 :
Tweeter, c'est 30 milliards de vent, de verbiage individuel dont tout le monde se fout, vu que ça n'a aucun intérêt. Tweeter, ce sont des milliards de données personnelles qui pour être conservées consomment des gigawatts d'énergie...Pour du rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :