Bernanke va aussi pantoufler chez Pimco

 |   |  402  mots
Parmi les précédents gouverneurs de la Fed, Alan Greenspan avait aussi conseillé Pimco avant d'intégrer les équipes de la Deutsche Bank puis du fonds Paulson & Company.
Parmi les précédents gouverneurs de la Fed, Alan Greenspan avait aussi conseillé Pimco avant d'intégrer les équipes de la Deutsche Bank puis du fonds Paulson & Company. (Crédits : reuters.com)
L'expertise de Ben Bernanke, qui a passé huit ans à la tête de la Réserve fédérale américaine, a séduit un deuxième fonds d'investissement en deux semaines. Il conseillera le géant Pimco, en proie à une fuite de capitaux.

Les hedge funds américains raffoleraient-il des conseils de Ben Bernanke ? Après le fonds d'investissement Citadel, c'est Pimco, premier gestionnaire obligataire au monde, qui a accueilli, le 29 avril, l'ancien président de la banque centrale américaine (Fed) en tant que conseiller. Rien d'étonnant, au regard de l'expérience d'un homme qui a été considéré comme l'un des économistes les plus puissants au monde.

Expertise large et reconnue

Ben Bernanke, 61 ans, a en effet gouverné la Fed pendant la période la plus tourmentée de l'histoire économique depuis le krach boursier de 1929, entre février 2006 et janvier 2014. En le recrutant, Daniel Ivascyn, responsable des investissements au sein de Pimco, mise sur son expertise sur les questions de politiques monétaires, mais pas seulement :

"Bien sûr, étant donné le cycle économique dans lequel sont engagés les États-Unis aujourd'hui, l'expérience de Ben Bernanke à la banque centrale est importante. Mais nous attendons également de sa part une contribution plus large sur notre stratégie", explique-t-il à Blomberg.

La filiale de l'assureur allemand Allianz, qui gère actuellement 1.600 milliards de dollars d'actifs (1.432 milliards d'euros), a en effet subi des sorties massives de capitaux en 2014 et a remanié son équipe dirigeante après le départ fracassant de Bill Gross, son fondateur en septembre 2014.

Les conseils de Ben Bernanke en matière de politique monétaire et de marchés financiers sont également attendus au sein du hedge fund Citadel, l'un des fonds les plus importants au monde avec ses 25 milliards de dollars d'actifs sous gestion, que l'ancien gouverneur de la Fed a rejoint le 16 avril.

Garantie d'indépendance

Quid des conflits d'intérêts ? Le passage du secteur public au secteur privé, baptisé "revolving door" en anglais, ne pose pas de problème à Ben Bernanke. Au contraire, son choix de conseiller le fonds Citadel a justement été motivé parce que ce dernier "n'est pas régulé par la Fed".

"Je ne ferai pas de lobbying", a-t-il assuré au Wall Street Journal.

Les propositions d'embauches des banques, en revanche, Ben Bernanke les a déclinées. Il continuera par ailleurs ses travaux de recherche académique à la Brookings Institution, un think tank basé à Washington dont il est membre depuis février 2014.

Parmi les précédents gouverneurs de la Fed, Alan Greenspan avait aussi conseillé Pimco avant d'intégrer les équipes de la Deutsche Bank puis du fonds Paulson & Company.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :