Le Nasdaq contre-attaque sur Oslo face à Euronext

 |   |  522  mots
(Crédits : Brendan McDermid)
L'opérateur boursier américain a relevé son offre sur celui de la Bourse norvégienne, s'alignant sur le prix proposé par l'opérateur français.

Nouvelle surenchère au pays des opérateurs de bourse. Le géant américain Nasdaq a annoncé ce lundi 4 mars avoir relevé son offre d'achat sur l'opérateur boursier norvégien Oslo Børs à 158 couronnes norvégiennes par action, soit environ 6,8 milliards de couronnes norvégiennes (environ 695 millions d'euros), s'alignant ainsi sur le prix de l'OPA du français Euronext, relevé le 11 février dernier de 145 à 158 couronnes. Ce prix est légèrement inférieur au cours d'Oslo Børs, qui a clôturé le 1er mars à 160 couronnes, reflétant les espoirs des investisseurs de voir de nouvelles surenchères.

L'opérateur boursier américain a aussi ramené le seuil d'acceptabilité de son offre à au moins deux tiers des titres contre plus de 90% auparavant, « afin de donner de plus grandes assurances aux actionnaires représentant plus d'un tiers du capital d'Oslo Børs » a-t-il indiqué dans un communiqué. Il offre même un intérêt de 6% par an jusqu'à ce que les conditions requises pour la conclusion de la transaction soient remplies.

L'une des rares Bourses européennes encore indépendantes, la place norvégienne a réitéré sa préférence pour le Nasdaq.

« Le conseil d'administration reconnaît que les offres modifiées sont équivalentes d'un point de vue purement financier, mais il réitère et maintient son point de vue que Nasdaq AB est le propriétaire privilégié d'Oslo Børs VPS d'un point de vue industriel et stratégique, et que l'offre de Nasdaq AB serait plus susceptible que l'offre modifiée d'Euronext de promouvoir le succès à long terme du groupe Oslo Børs VPS, eu égard aux intérêts stratégiques des acteurs du marché des capitaux basés en Norvège et ailleurs dans la région nordique », a indiqué l'opérateur norvégien dans un communiqué.

Euronext ne plie pas

L'opérateur paneuropéen Euronext, qui exploite les Bourses de Paris, de Bruxelles, d'Amsterdam, de Lisbonne et de Dublin, ne s'avoue pas vaincu et poursuit le bras de fer.

« Euronext reste convaincu qu'il représente le partenaire industriel le plus attrayant du point de vue stratégique pour Oslo Børs VPS et pour la communauté financière et économique norvégienne en général », a martelé le groupe dans un communiqué.

Il fait valoir que son offre « est actuellement en attente d'approbation réglementaire, conformément aux lois et réglementations en vigueur, [ce] qui constitue la dernière condition préalable importante pour mener à bien l'acquisition de la majorité des actions d'Oslo Børs VPS ». Il rappelle qu'il dispose du soutien irrévocable d'actionnaires représentant la moitié du capital (50,5%). Le Nasdaq a recueilli jusqu'ici environ 35% d'engagements d'apports de titres, dont ceux des deux plus gros actionnaires, la banque DNB (20%) et le fonds de pension KLP (10%).

« Les actionnaires de référence d'Euronext, qui représentent 23,86% du capital d'Euronext, ont également confirmé leur soutien commun à Euronext pour cette opération », a réagi le groupe européen en réponse au commentaire du Nasdaq qui soulignait ne pas avoir besoin de l'approbation de ses actionnaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2019 à 7:43 :
Les suédois ... ne sachant même pas où est Oslo cela en dit long sur votre culture et votre projet européen. Cela vous donne aussi une idée de l’importance de votre avis.
Réponse de le 05/03/2019 à 10:47 :
@ multipseudos:

Vous parlez tout seul là, faites attention quand même hein... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :