Paris futur pôle international de la finance verte, l’un des objectifs de Nicolas Hulot

 |   |  681  mots
Paris mise sur la finance verte pour tirer son épingle du jeu post-Brexit.
Paris mise sur la finance verte pour tirer son épingle du jeu post-Brexit. (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
La France a quelques atouts en matière de finance climat, notamment grâce à son obligation souveraine verte de 7 milliards et à sa réglementation exigeante en matière de transparence des entreprises du secteur financier. Pour Philippe Zaouati, directeur général de Mirova et président de l’initiative « Finance for tomorrow », reste à capitaliser sur ces points forts et à les porter à l’échelle européenne.

« Les axes annoncés sont les bons », reconnaît Philippe Zaouati, directeur général de Mirova (la filiale d'investissement responsable et solidaire de Natixis Asset Management) au sujet du Plan climat présenté le 6 juillet par Nicolas Hulot. Celui-ci ambitionne en effet de « faire de la place de Paris le pôle international de la finance verte », qui n'est rien d'autre que la raison d'être de Finance for Tomorrow, l'initiative portée par 36 acteurs de la Place de Paris (Banque de France, Mairie de Paris, EDF, SNCF Réseau, BNP Paribas, Amundi, etc.) que préside Philippe Zaouati.

Depuis l'organisation du premier Climate Finance Day avec la Caisse des Dépôts et la Banque européenne d'investissement en amont de la COP en mai 2015, Paris a décidé de capitaliser sur ses atouts en matière de finance verte, dont l'obligation souveraine de 7 milliards d'euros émise en début d'année n'est qu'un des éléments, certes le plus visible.

Rapport intérimaire présenté à Bruxelles le 18 juillet

24% des émetteurs de green bonds sont des entreprises françaises, un quart des émissions sont arrangées par des banques françaises et 27% des green bonds sont achetés par des investisseurs français.

Signe des temps ? Paris a accueilli la troisième édition de la conférence annuelle des Green Bonds Principles en juin dernier.

Reporting climat, gestion des risques, développement de l'épargne verte grâce aux labels, régulation financière, partenariat public-privé mobilisant les investissements... Les principaux chantiers du quinquennat annoncés par le ministre coïncident avec les axes de travail de Finance for tomorrow qui seront développés dans le rapport intérimaire du groupe d'experts de la Commission européenne sur la finance durable qui doit être présenté à Bruxelles le 18 juillet.

L'article 173, marqueur financier de la loi de transition énergétique

Depuis le 1er janvier 2017, l'article 173 de la loi de transition énergétique oblige les entreprises du secteur financier à communiquer sur leur gestion du risque climat et de la part carbone de leurs portefeuilles. Cette innovation, qui permet une meilleure transparence sur l'allocation de l'épargne vers des actifs bas carbone, est une première française. « Il faut maintenant démontrer son efficacité, ce qui devrait être fait lors d'un bilan en 2018, puis la porter au niveau européen », ajoute Philippe Zaouati.

Il a en revanche la dent un peu plus dure au sujet des labels destinés à ré-orienter l'épargne des Français vers des investissements plus responsables. « Ils sont compliqués, mal expliqués et souffrent d'un déficit de promotion », regrette-t-il. Il faut travailler avec les assureurs et les banquiers pour qu'ils en améliorent la distribution, et si nécessaire les contraindre à, au minimum, les présenter, comme cela a été fait pour l'épargne salariale.

Effet de levier et obligations vertes

Dans un contexte où les finances publiques sont exsangues, il importe que les 50 milliards d'euros du plan d'investissement annoncé(dont 15 milliards pour la transition énergétique) bénéficient du meilleur effet de levier possible dans le cadre de partenariats public-privé. « Il faut utiliser l'argent public pour modifier la perception du risque sur ces sujets », suggère Philippe Zaouati.

Dans ce cadre, l'Etat, qui a déjà émis en début d'année le plus important green bond souverain au monde, en ré-émettra certainement, et devrait inciter des acteurs publics tels que l'AFD et la Caisse des Dépôts à le suivre.

Paris peut-elle prétendre à devenir « le pôle international de la finance verte » indépendamment de son rang de place financière en général ? « On n'aura pas de mouvements massifs pour des raisons exclusivement réglementaires ou de Brexit », reconnaît Philippe Zaouati. D'où la nécessité de capitaliser sur cet embryon de finance verte.  « Quand de grands acteurs, par exemple des agences de notation, même s'ils ne sont pas basés à Paris, décideront d'y ouvrir leur bureau 'vert', ce sera bon signe, indique-t-il, tout en reconnaissant que, le combat n'est pas gagné d'avance. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/07/2017 à 15:02 :
paris ville verte de la finance , mon œil ! hulot ne s'est pas exprimé sur la pollution due aux JO de 2024 , silence étonnant
a écrit le 10/07/2017 à 20:58 :
Pour qu'une banque déménage de Londres à Paris, il faut tout d'abord et surtout la CONFIANCE dans le système du pays.
Pour le moment, personne ne fait confiance à la France, donc, on peut toujours rêver.
a écrit le 10/07/2017 à 20:40 :
Pour qu'une banque déménage de Londres à Paris, il faut tout d'abord et surtout la CONFIANCE dans le système du pays.
Pour le moment, personne ne fait confiance à la France, donc, on peut toujours rêver.
a écrit le 10/07/2017 à 20:11 :
Les traders mettront des chemises en lin BIO et les bonus se paieront en haricots secs....
Si avec ça, ils ne viennent pas tous s'installer dans des cabanes dans les arbres du bois de boulogne......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :