Sous la pression américaine, la Turquie se ferme au système russe de paiement par carte Mir

Les principales banques du pays, privées ou publiques, ont annoncée la suspension prochaine des transactions effectuées par des cartes bancaires fonctionnant avec le système russe de paiement Mir. Lancé en 2014 par l'administration Poutine, ce dernier est censé représenter une alternative aux systèmes internationaux, comme Visa ou MasterCard. Mais il n’est plus désormais accepté que dans une toute petite poignée de pays.
Le patron du système national de paiement Mir, Vladimir Komlev, fait l'objet de sanctions internationales.
Le patron du système national de paiement Mir, Vladimir Komlev, fait l'objet de sanctions internationales. (Crédits : Reuters)

La Turquie ferme sa porte au système de paiement russe Mir (« monde »), portant un coup sévère à ses ambitions internationales. Trois banques publiques turques qui acceptaient jusqu'ici les cartes bancaires au logo Mir, quasi-exclusivement utilisées par des citoyens russes, ont en effet annoncé ce mercredi renoncer prochainement à toute transaction avec le système russe.

Une douche froide pour de nombreux touristes russes, ou ceux qui ont trouvé refuge en Turquie, et qui ne peuvent déjà plus utiliser leurs cartes bancaires, alors que les réseaux internationaux comme Visa et MasterCard avaient déjà suspendu leur service auprès des banques russes. Deux grandes banques privées, Denizbank et Isbank, avaient déjà suspendu la semaine dernière les transactions avec le réseau Mir. Concrètement, il n'y pas plus de banques qui acceptent en Turquie le moyen de paiement russe.

Inflexion du discours turc

Les mises en garde des autorités américaines semblent donc avoir joué à plein. La semaine dernière, le département du Trésor américain avait clairement indiqué que la conclusion de nouveaux accords ou l'élargissement d'accords existants avec le réseau de paiement Mir étaient de nature à permettre à la Russie de contourner les sanctions internationales.

Difficile pour les banques turques de se fâcher avec les autorités américaines au risque d'être coupées du système financier international (ou de subir de lourdes amendes), y compris des réseaux Visa, MasterCard, voire même de la messagerie interbancaire Swift. D'autant que le secteur bancaire turque est particulièrement développé dans le pays, et très en pointe en matière d'innovations dans les paiements.

Cette suspension annoncée par les grandes banques, notamment publiques, dont une traduit aussi une inflexion du discours officiel sur la question ukrainienne. En août dernier, lors d'une rencontre avec le président russe, Vladimir Poutine, le président turc Recep Erdogan, avait même souhaité élargir le champ d'acceptation de la carte Mir en Turquie. A New York, le président a confié à des journalistes que son pays cherchait désormais des alternatives à Mir, alors que les relations commerciales entre la Russie et la Turquie sont en plein boom.

Un réseau bien mal nommé

D'autres pays pourraient suivre le mouvement, même si la carte Mir est très peu acceptée à l'international (malgré son nom, « le monde » en russe), hormis une poignée de pays limitrophes, comme l'Arménie ou la Biélorussie, ou d'autres pays comme le Vietnam et la Corée du Sud. Vendredi dernier, l'Ouzbékistan avait également annoncé avoir interrompu pour des raisons techniques le fonctionnement des cartes Mir, tout comme le Kazakhstan ou le Tadjikistan.

La défection de la Turquie représente un lourd revers pour la stratégie de développement à l'international du réseau Mir qui a pour ambition d'être une alternative à Visa ou MasterCard pour les paiements à l'étranger effectué par des russes.

En 2014, après le placement de certaines banques russes sous sanctions lors de l'annexion de la Crimée par la Russie, le gouvernement russe a décidé de créer un système national de cartes de paiement, connu plus tard sous le nom de Mir, sous la responsabilité de la banque centrale de Russie. Ce système fonctionne comme un centre de compensation pour toutes les transactions effectuées par carte en Russie. Ce système a été rapidement diffusé en Russie avec l'aide des administrations et des entreprises.

La carte Mir est devenue la norme pour les salariés, les retraités et les pensionnés et les fonctionnaires. Elle est utilisée par près d'un russe sur deux. Mais la carte Mir n'a jamais réussi à s'imposer à l'étranger. Des partenariats avec le système international MasterCard, ou le système chinois UnionPay, voire le réseau japonais JCB, n'ont jamais vraiment décollé.

Peut-être que son salut viendra - une fois de plus- de la Chine via un partenariat plus large avec UnionPay. Mais le durcissement de la position du gouvernement russe dans le conflit ukrainien n'est pas de nature à inciter les dirigeants chinois à afficher une nouvelle coopération avec le système financier russe.

Lire aussiLe rouble numérique, le joker de Poutine pour contourner les sanctions occidentales

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 29/09/2022 à 7:13
Signaler
CEla va pousser la Russie comme la Chine communiste à couper les liens avec le dictateur islamiste Erdogan et le régime raciste israëlien en se tournant vers l'Iran, les Pays arabes, les Kurdes, l'Arménie, et l'Afrique qui soutiennent la Palestine c...

à écrit le 28/09/2022 à 21:51
Signaler
On devrait s'inquiéter de cette dépendance aux états unis. Décrocher quelques tentacules de L'hydre ne ferai pas de mal à l'Europe .

le 29/09/2022 à 11:07
Signaler
Avec toutes les catastrophes climatiques qui vont s'abattre sur les USA, l’hégémonie américaine sera très affaiblie. De plus, sa monnaie chute doucement depuis la crise frauduleuse de 2008. Son agriculture décline, et sa balance commerciale s'écroule...

à écrit le 28/09/2022 à 20:19
Signaler
Erdogan ne comprend que la loi du plus fort, il serait temps de le remettre vraiment à sa place

à écrit le 28/09/2022 à 19:09
Signaler
En un claquement de doigts.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.