L'emploi dans la banque baisse encore, en attendant la vague numérique

 |   |  776  mots
L'intelligence artificielle, utilisée en back-office au Crédit Mutuel, aura-t-elle un impact massif sur l'emploi dans la banque à terme ? Le lobby de la profession ne se risque pas à des prévisions.
L'intelligence artificielle, utilisée en back-office au Crédit Mutuel, aura-t-elle un impact massif sur l'emploi dans la banque à terme ? Le lobby de la profession ne se risque pas à des prévisions. (Crédits : DR)
Les effectifs dans le secteur bancaire en France ont diminué de 1,2% en 2017 à 366.200 personnes, les recrutements en informatique et conformité ne compensant pas les départs en retraite. La profession n'a pas chiffré l'impact éventuel de technologies telles que l'intelligence artificielle, source d'inquiétude des salariés.

Les banques françaises ont augmenté leur recrutement l'an dernier, en embauchant 42.200 personnes (+2,7% par rapport à 2016), mais la tendance à la baisse des effectifs s'est poursuivie pour la septième année consécutive. Elle s'est même accélérée l'an passé : le secteur emploie 366.200 personnes à fin 2017, soit un peu plus de 4.000 personnes en moins (-1,2%), selon les chiffres publiés ce mercredi par la Fédération bancaire française (FBF).

« Le secteur bancaire reste très dynamique sur le marché de l'emploi et offre des débouchés aux jeunes diplômés. C'est un des premiers employeurs du secteur privé : il représente 1,9% de l'emploi salarié privé », a fait valoir Marie-Anne Barbat-Layani, la directrice générale de la FBF, lors d'une conférence de presse.

emploi banque FBF 2017

[Evolution de l'emploi chez l'ensemble des membres de la Fédération bancaire française, y compris banques mutualistes. Crédits : FBF]

Cette baisse s'accompagne toutefois d'une hausse de l'emploi qualifié et pérenne puisque les diplômés de niveau bac +4 ou +5 représentent plus de la moitié des recrutements en CDI.

« Certains métiers ne sont pas en risque, comme la conformité et l'informatique, la cybersécurité est un enjeu majeur », a ajouté Marie-Anne Barbat-Layani.

Les recrutements ont surtout concerné les postes de conseillers (plus d'un sur trois), mais aussi l'informatique (près de 15% des nouveaux emplois en 2017 contre 12% en 2016). La directrice générale de la FBF a souligné que le département conformité d'une grande banque française employait quelque 3.600 personnes à lui seul.

banque emploi AFB FBF

[Evolution de l'emploi chez les seules banques commerciales françaises. Crédits AFB/FBF]

La sidérurgie de demain ?

Interrogée sur les perspectives du secteur à cinq ans, avec l'arrivée de l'intelligence artificielle et l'accélération de l'automatisation, la directrice générale de la FBF ne s'est s'est pas risquée à des prévisions.

« Aujourd'hui, nous avons clairement moins besoin de chargés d'accueil et de métiers basiques, et davantage de conseillers spécialisés et de métiers comme l'informatique. Depuis 30 ans, on nous prédit que la banque est la sidérurgie de demain. Le demain n'est toujours pas arrivé. Les banques vont s'adapter », a répondu Marie-Anne Barbat-Layani.

La FBF avait commandité une étude sur l'intelligence artificielle dans la banque, dans le cadre de l'Observatoire des métiers de la banque, au cabinet de conseil Athling : cette étude, publiée en décembre 2017, ne comportait aucune estimation chiffrée de l'impact potentiel de l'IA sur l'emploi. L'essor de l'intelligence artificielle fait craindre au syndicat FO Banques « plus de 30.000 emplois de conseillers susceptibles de disparaître à court terme et des centaines voire milliers d'agences qui pourraient fermer. » Plusieurs patrons de banques étrangères ont évoqué des réductions d'effectifs très significatives liées à la technologie (30.000 emplois chez UBS, 10.000 emplois chez Citigroup).

Moins de fermetures d'agences qu'ailleurs

Quant à l'impact du numérique en général, même si la fréquentation des agences continue de baisser, le lobby de la profession veut croire que le modèle français alliant agence physique et service digital a de l'avenir.

« L'ADN de la banque en France est sa présence territoriale, avec un réseau capillaire de proximité, qui reste un objectif clair de la majorité des grandes banques », a insisté Marie-Anne Barbat-Layani. .

Plusieurs grandes banques ont annoncé au début de l'année la fermeture de centaines d'agences (200 chez BNP Paribas, 400 chez BPCE et 300 à la Société Générale). Dans l'ensemble, les banques françaises ont réduit le nombre d'agences, de 2,9% entre 2006 et 2009 (et de 0,1% en 2017), mais bien moins que leurs voisins européens (-21,1% dans la zone euro). « Il n'y a pas aujourd'hui de désertification bancaire » a affirmé la directrice générale de la FBF.

Si les départs à la retraite ont permis d'accompagner les restructurations des réseaux d'agences, un point d'inflexion est attendu dans 4 à 5 ans, avec la fin de la vague des baby-boomers.

Les effectifs du secteur financier en France bénéficieront peut-être d'un effet Brexit, qui tarde pour l'instant à se matérialiser. La FBF a réitéré son évaluation de 1.000 emplois relocalisés à Paris par les banques françaises qui sont malgré tout « assez peu concernées », a relevé la directrice générale de la FBF. Elle a espéré une deuxième vague post-Brexit du côté des banques étrangères.

« En cas de "hard Brexit", il pourrait y avoir des relocalisations massives » a-t-elle prédit. Elle a d'ailleurs noté « un regain d'intérêt des banques étrangères » pour la capitale, notamment dans leur participation aux instances de la FBF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2018 à 10:44 :
Les banques sont devenues incapables de financer l'économie ce qui demande d'avoir une bonne connaissance des activités locales , elles préfèrent spéculer sur les marchés financiers ....à partir de ce constat il apparaît évident qu'elles n'ont plu besoin d'agences ni de chargés de clientèles !!
a écrit le 14/06/2018 à 7:43 :
30.000 emplois chez UBS: pour info, UBS compte 60.000 employés.
a écrit le 13/06/2018 à 19:11 :
Il va peut-être être temps de penser une civilisation post travail/production non ?

Ben non ce sont les riches au pouvoir, ceux qui ont une machine à calculer à la place du cerveau.

Au secours.
Réponse de le 13/06/2018 à 21:11 :
On y vient, et de plus en plus vite
Réponse de le 14/06/2018 à 8:38 :
Oui mais en force, nos politiciens attelés aux seuls intérêts des mégas riches ne voient absolument rien, parce qu'ils sont corrompus pour ça, pour ne pas voir à long terme, seulement à très courts termes pour les financiers.

Cela irait bien mieux si on avait des dirigeants politiques un minimum éclairés...
Réponse de le 14/06/2018 à 13:32 :
En réalité, il sont loin d'être aussi aveugle, mais la situation actuelle les avantages. Ils changeront que lorsqu'il seront à la fois face et dos au mur.
Réponse de le 14/06/2018 à 16:29 :
" En réalité, il sont loin d'être aussi aveugle,"

Parlez moi de sarkozy, hollande, wauquiez les LR, le PS ok je suis à peu près persuadé qu'ils savent très bien qu'ils trompent le peuple pour l'intérêt de l'oligarchie et c'est bien pour cela qu'ils tapaient moins forts mais avec LREM nous assistons à une nouvelle vision sémantique, vu le niveau dramatiquement bas de ceux-ci je pense qu'ils y croient fortement que enrichir les riches ne peut qu'être bon pour l'économie, nous avons de véritables idéologues à la tête du gouvernement, des gens qui se croient investis d'une mission, des croyants pur jus donc, l'horreur absolue...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :