L'IPO historique du chinois Ant Group parasitée par Washington  ?

 |  | 910 mots
Lecture 5 min.
La fintech chinoise Ant Financial, rebaptisée récemment Ant Group, pourrait s'introduire en Bourse d'ici à la fin du mois d'octobre et lever jusqu'à 35 milliards de dollars. Elle battrait alors, haut la main, le record du géant pétrolier Saudi Aramco.
La fintech chinoise Ant Financial, rebaptisée récemment Ant Group, pourrait s'introduire en Bourse d'ici à la fin du mois d'octobre et lever jusqu'à 35 milliards de dollars. Elle battrait alors, haut la main, le record du géant pétrolier Saudi Aramco. (Crédits : Ant)
La fintech Ant Group, éditrice de la très populaire application Alipay, pourrait s'introduire en Bourse d'ici à la fin du mois. Elle cherche à lever 35 milliards de dollars, soit de très loin la plus importante opération de ce type de l'histoire. Mais l'administration Trump, qui considère cette plateforme de paiement comme une menace pour la sécurité des États-Unis et étudie de possibles restrictions, pourrait perturber ses plans.

L'affrontement économique et politique entre Washington et Pékin est loin d'être fini. Après Huawei, puis TikTok et la messagerie WeChat, c'est au tour des applications chinoises de paiement Alipay et WeChat Pay de se trouver dans le collimateur de l'administration Trump, qui a lancé cet été le programme "Clean Network" ("réseau propre"). Objectif du dispositif : exclure les acteurs chinois des services en ligne accessibles aux États-Unis.

Lire aussi : Nouveau sursis accordé à TikTok et WeChat : 4 dates clés pour tout comprendre

Escalade dans les tensions sino-américaines

Selon les informations de Bloomberg, qui s'appuie sur des sources proches du dossier, des responsables américains étudient actuellement la possibilité d'imposer des restrictions à l'encontre des entreprises chinoises Ant Group (anciennement Ant Financial) et Tencent, derrière ces deux applications. Des hauts fonctionnaires estiment en effet que leur plateforme de paiement pourrait constituer une menace pour la sécurité nationale des États-Unis. Ils s'inquiètent notamment que la Chine puisse accéder aux données bancaires et personnelles de centaines...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2020 à 21:57 :
Les américains, et donc l'administration Trump, sont bien les seuls à s'opposer aux chinois et à riposter au déclenchement de la troisième guerre mondiale par le PCC et Monsieur Xi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :