La banque BBVA vend sa filiale américaine à PNC pour près de 10 milliards d'euros

 |  | 752 mots
Lecture 4 min.
BBVA a pris près de 20% en Bourse ce lundi en début de séance après l'annonce de l'accord.
BBVA a pris près de 20% en Bourse ce lundi en début de séance après l'annonce de l'accord. (Crédits : CHRIS KEANE)
La banque espagnole BBVA a annoncé ce lundi avoir conclu un accord avec l'américain PNC Financial Services Group Inc pour le rachat de 100% de ses activités américaines pour 11,6 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros). Cet accord, le plus gros dans ce domaine depuis la crise financière de 2008, doit donner naissance à la cinquième banque des États-Unis. La transaction devrait être bouclée mi-2021.

La deuxième banque espagnole, BBVA, a annoncé ce lundi avoir vendu sa filiale aux États-Unis au groupe américain PNC Financial Services pour près de dix milliards d'euros, un accord devant donner naissance à la cinquième banque des États-Unis.

Le communiqué publié à Madrid affirme que la transaction, d'une valeur de 11,6 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros), est "très positive pour toutes les parties"Il s'agit du deuxième plus gros accord bancaire américain depuis la crise financière de 2008.

L'achat "accélérera notre croissance et créera de la valeur sur le long terme pour nos actionnaires", affirme William S. Demchak, le PDG de PNC, cité dans le communiqué.

Lorsque la transaction sera effective, a priori vers le milieu de l'année prochaine, PNC Financial Services, dont le siège se trouve à Pittsburgh (Pennsylvanie), deviendra la cinquième banque américaine, selon ce texte.

Surtout basée dans les États de la "Sunbelt" (sud des États-Unis), notamment au Texas, en Alabama et en Arizona, BBVA conservera sa succursale à New York et son bureau de représentation à San Francisco.

Le président de BBVA, Carlos Torres Vila, s'est félicité dans le communiqué d'un accord qui crée "une énorme valeur" pour les actionnaires de l'institut de crédit.

La banque espagnole se retrouve dans le rouge sur les neuf premiers mois de l'année, une perte justement due pour l'essentiel à la baisse de la valeur de sa filiale américaine.

Le prix sur lequel se sont accordés BBVA et PNC Financial Services "représente 19,7 fois le résultat obtenu par l'unité en 2019 et équivaut à près de 50% de la valeur boursière actuelle de BBVA", précise le communiqué.

"Ce prix représente plus de deux fois et demie la valeur que les analystes attribuent à cette filiale [3,8 milliards d'euros]", a souligné M. Torres Vila.

Lire aussi : Natixis largue les amarres d'H2O AM en pleine tempête

Filiale en perte de vitesse

L'accord intervient à un moment délicat pour BBVA, qui, sur les neuf premiers mois de l'année, avait enregistré une perte nette de 15 millions d'euros.

Ces résultats étaient principalement dus à la révision à la baisse de la valeur de la filiale de BBVA aux États-Unis, inscrite dans les comptes dès la fin du premier trimestre pour un montant de deux milliards d'euros.

Le président de BBVA précise d'ailleurs dans le communiqué que cette filiale a contribué pour moins de 10% au bénéfice de BBVA l'an dernier.

BBVA avait indiqué le mois dernier qu'en raison de "la détérioration des perspectives macroéconomiques" dues à la pandémie de Covid-19, la banque avait dû procéder à des dépréciations d'actifs financiers pour un montant total de 5 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de 2020.

Les provisions destinées à faire face aux risques de crédits non remboursés atteignaient 858 millions d'euros fin septembre, en hausse de 113% par rapport à 2019.

L'impact de la pandémie

Au troisième trimestre, BBVA a vu son bénéfice net reculer de 6,8% à 1,14 milliard d'euros, dépassant néanmoins largement les prévisions des analystes.

Les experts interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset tablaient en moyenne sur un résultat net de 749 millions d'euros.

Ses profits ont surtout été nourris par des opérations financières (372 millions d'euros), qui ont compensé l'impact de la e sur les comptes de la banque.

En 2019, BBVA avait vu son bénéfice net diminuer de 35% à 3,5 milliards d'euros, après un bénéfice 2018 gonflé par la vente de sa filiale au Chili.

Outre l'Espagne, BBVA est présente au Mexique, en Amérique du Sud et en Turquie.

Le Mexique a représenté 45% du bénéfice de la banque sur les neuf premiers mois de l'année, la Turquie 19% et l'Espagne 16%.

Présent dans une trentaine de pays, le groupe emploie plus de 100.000 personnes.

Lire aussi : Banque : l'espagnol BBVA fait ses premiers pas sur Amazon

La clôture de la transaction avec PNC est prévue pour "mi-2021", lorsque les autorisations réglementaires nécessaires auront été obtenues, précise le communiqué.

BBVA bondit en Bourse

BBVA a pris près de 20% en Bourse ce lundi en début de séance après l'annonce de l'accord.

Plusieurs intermédiaires jugent la transaction bénéfique pour BBVA, Crédit Suisse estimant qu'elle sera génératrice de valeur. Jefferies avait prévenu pour sa part que l'accord serait salué par les investisseurs.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :