La policière chargée de l'enquête sur les pertes de la Société Générale relance l'affaire Kerviel

 |   |  497  mots
L'ancien trader a été condamné, par le tribunal correctionnel de Paris puis la cour d'appel qui a confirmé la peine, à 5 ans d'emprisonnement dont 3 ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux.
L'ancien trader a été condamné, par le tribunal correctionnel de Paris puis la cour d'appel qui a confirmé la peine, à 5 ans d'emprisonnement dont 3 ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux. (Crédits : reuters.com)
Contrairement à ce qu'a toujours assuré la banque, qui a affirmé que la fraude était le fait d'un "homme seul", la hiérarchie de la Société Générale aurait su ce que faisait Jérôme Kerviel sur les marchés, a déclaré la policière chargée de l'enquête lors une récente audition par le juge, révélée par le site Mediapart. De quoi relancer l'affaire alors qu'un nouveau procès civil doit se tenir début 2016 ?

La commandante de police en charge de l'enquête sur les pertes de Société Générale début 2008 a fait état, lors d'une récente audition devant la justice, d'éléments qui établiraient que plusieurs dirigeants de la banque étaient au courant des agissements de l'ex-trader Jérôme Kerviel, rapporte dimanche le site Mediapart.

Selon le site d'information, Nathalie Le Roy a été auditionnée début avril par le juge d'instruction Roger Le Loire dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en juin 2014 pour "escroquerie au jugement", "faux" et "usage de faux". Celle qui était à l'époque commandante de police au sein de la brigade financière a mentionné, à cette occasion, le témoignage d'un ancien salarié de Société Générale.

Opérant au sein de l'entité "risques opérationnels", il a assuré à l'enquêtrice que "l'activité de Jérôme Kerviel était connue" et affirmé avoir alerté, en avril 2007, Claire Dumas, adjointe au directeur des risques opérationnels, et d'autres par le biais d'un message électronique "avec une tête de mort pour attirer leur attention".

Après avoir demandé l'extraction des messages électroniques du salarié et constaté que le fameux message ne s'y trouvait pas, Mme Le Roy a sollicité les échanges entre Mme Dumas et le salarié par messagerie électronique, par la voie d'une réquisition judiciaire qui serait restée lettre morte.

"A l'occasion des différentes auditions et des différents documents que j'ai pu avoir entre les mains, j'ai eu le sentiment puis la certitude que la hiérarchie de Jérôme Kerviel ne pouvait ignorer les positions prises par ce dernier", aurait déclaré Mme Le Roy, selon Mediapart.

Lorsque ses positions ont été découvertes, en janvier 2008, Jérôme Kerviel avait exposé la banque à hauteur de 50 milliards d'euros. La Société Générale a toujours affirmé qu'en soldant ces positions au plus vite pour ne pas risquer la faillite, elle avait enregistré une perte de 6,3 milliards d'euros, dont a été déduit le gain de 1,4 milliard réalisé par Jérôme Kerviel en 2007.

L'ancien trader a été condamné, par le tribunal correctionnel de Paris puis la cour d'appel qui a confirmé la peine, à 5 ans d'emprisonnement dont 3 ferme pour abus de confiance, manipulations informatiques, faux et usage de faux. Mi-mars 2014, la Cour de cassation a rendu cette condamnation pénale définitive mais a cassé le volet civil de la décision, qui attribuait 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à la banque.

Un nouveau procès civil doit se tenir du 20 au 22 janvier 2016 pour établir la répartition des responsabilités dans cette perte, la banque ayant reconnu avoir failli sur le plan des contrôles. Contacté par l'AFP, le conseil de Jérôme Kerviel, Me David Koubbi, n'était pas joignable immédiatement. La Société générale n'avait pas réagi officiellement hier à ces nouvelles informations qui pourraient bien relancer l'affaire.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2015 à 12:51 :
Monsieur n’est qu’un homme de talent à qui on fait faire des bêtises. On n’est pas dans la direction bête. Pourquoi condamner un français aux travaux forcés alors qu’il est capable de faire de la croissance au lieu de dettes qui font de l’austérité et du chômage ? Ne fait-on pas dans la prime à la paresse et à la destruction avec des directeurs dévoyés sur critère de réseaux et non pas comme l’ensemble de la société sur critère d’expérience ? Pas de peines pour les entreprises vendues ou les 600 milliards de dettes des banques, on fait dans la médaille au crétinisme et à la nullité ? A la française, c’est comme la relance par l’Etat, ça cocotte le chômage, la croissance nulle, le faux social, l’injustice des retraites, les déclarations fausses, les comptes ici ou là, ne fait-on pas dans la démocrotie ?
a écrit le 19/05/2015 à 8:41 :
Une révélation journalistique bien venue?Nathalie Le Roy ex policière et nouvelle avocate se réveille 7 ans après avec un sentiment puis la certitude que la hiérarchie de Jérôme Kerviel ne pouvait ignorer les positions prises par ce dernier et révèle son incompétence.
Si sur ce critère la justice ouvre un procès en révision nous pouvons douter si ce n’est pas encore le cas ,de l’indépendance de la justice. Pour mémoire Société Générale est la banque UMP et assume les déboires financiers donc réviser le procès c’est toucher indirectement à l’ UMP et son petit caporal en poste lors du d’enclenchement de l’affaire.
a écrit le 18/05/2015 à 23:20 :
Quant on a l'esprit d'équipe on soutient ses coéquipiers même dans l'échec d'un seul ! ha mais non c'est seulement du marketing...
a écrit le 18/05/2015 à 21:02 :
Les pertes ont étés progressives et cumulatives .Ainsi donc ,les responsables de la banque ,au courant parrait il ,auraient laissés faire face au trou béant qui se creusait devant eux alors qu'ils pouvaient stopper tout dés le debut !On se moque de qui dans cette affaire ..........
a écrit le 18/05/2015 à 19:57 :
il aurait pu devenir un politicien de haut niveau.
Et en perdant des milliards, il s'assurait une élection ou une réélection.
Mais non, il voulait travailler à la SG car ils ont l'esprit d'équipe là-bas.
Malheureusement, Carlos est mort, la consommation a chuté, la banque a failli s'écrouler et Jérôme s'est laissé pousser la barbe.
Tout cela est bien triste. Il est karcherisé aujourd'hui.
a écrit le 18/05/2015 à 17:40 :
Encore un cadeau de l'ère Sarkosy... La Socgen a touchée 2 milliards d'euros puisés dans notre poche... Pendant ce temps la, M. Perrol qui n'a halais était inquiété préparait son départ a la tête de la BPCE... Encore un nouveau cadeau de Sarkosy... Pourvu que juppé puisse s'imposer...
Réponse de le 18/05/2015 à 19:33 :
@bam bam: 1) et pourquoi c'est pas la faute à Poutine pendant qu'on y est :-). 2) c'est sûr qu'avec un type condamné pour abus de biens sociaux (c-à-d. vol d'argent public) à la tête du pays, la France est promise à un brillant avenir :-)
Réponse de le 18/05/2015 à 20:20 :
Ce que j'énonce est factuel. Oui Sarkozy a couvert les turpitudes de la direction de la société générale. Oui pour sauver la banque Sarkozy a bien fait payés par le contribuable 2 milliards d'euros.
a écrit le 18/05/2015 à 17:17 :
ouf, ça nous rassure !

qu'un seul employé puisse faire disparaitre une telle somme sans que personne dans la banque soit au courant nous laissait inquiet sur la gestion de ces établissements.

Après si ils ont laissé faire c'est qu'ils avaient de bonnes raisons : peut être que lui(et d'autres) avec ces méthodes pas très légales leurs ont fait gagner bien plus que les 5 milliards de pertes officielles ?
Réponse de le 20/05/2015 à 18:45 :
enfin ,il semblerait qu'une personne compétente soit entendu; entièrement de votre avis.Magouilles,magouilles,magouilles ,les responsables de la SG prennent vraiment les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages.Je pense que beaucoup de personnes ne croyaient pas à la culpabilité de Mr Kerviel et chez nous,nous faisons parti de ces dernières.Bravo a cette policière Mme Le Roy.
a écrit le 18/05/2015 à 16:47 :
Dans la finance tout est informatisé. Il est très facile de savoir qui fait quoi en temps réel, et de mettre les contrôles adéquat. Si ce n'était pas le cas, c'est très grave de la part de la banque, c'est la porte ouverte à n'importe quoi.
a écrit le 18/05/2015 à 15:03 :
L'objectif était de faire payer le contribuable, c'est fait. Le reste c'est de la littérature voir un beau roman.
a écrit le 18/05/2015 à 14:06 :
Trois décisions de justice, indépendantes, dont celle de la Cour de Cassation, ayant confirmé la lourde responsabilité de JK, l'ayant condamné...et les médias s'amusent à relancer ce dossier. Pas étonnant que les français ne croient plus en notre justice.. Un comportement irresponsable, qui sera source de bien des maux... A méditer svp..
Réponse de le 18/05/2015 à 14:34 :
@bili hari: bien sûr que JK est responsable mais ce n est pas la question ..si vous êtes bijoutier et que vous donner les clefs d accès au système de sécurité à votre employé et qu il vole : n êtes vous pas en partie responsable? Ce qui est troublant dans cette affaire est que JK n était pas sous surveillance après avoir fait faire 1.4 milliard de profit à la SG .
Réponse de le 18/05/2015 à 17:06 :
Amusant comme beaucoup de personnes pensent que les juges ne réfléchissent pas, et ne lisent pas au surplus les sentences: c'est la GLE qui a porté plainte, et non le contraire, et donc c'est du procès de JK dont il est question. Ensuite, les juges dans leurs sentences ont estimés que quelquefois les imprudences ou défaillances de la GLE, cela n'exonérait nullement JK d'une obligation de transparence, et de loyauté de JK envers son employeur. Quand on réalise le nombre de faux introduits dans le système informatique de la banque...enfin, quant aux profits de 1,4 milliards deJK, il s'écoule moins de 15 jours entre la clôture de l'année et la reconnaissance de cette perte de 5 milliards..et n'importe quel amateur est capable de générer un gain transitoire de 1,4 en mettant 50 milliards sur la table, soit 3pour cent de gains..revenez sur terre et concédez que vous n'aimeriez pas que votre employé joue votre maison au loto lorsque vous lui en avez confié les clefs pour passer un coup de balai!
Réponse de le 18/05/2015 à 17:34 :
Irresponsable de enfin trouver la verite ??
Jk est biensur responsable
Mais que la banque est fait d énorme pression sur son personnel pour cacher la vérité c'est un big probleme
Réponse de le 18/05/2015 à 19:09 :
Ce qui est surprenant ce n'est pas que les autres pensent comme des poissons rouges mais que toi tu saches tout sur tout

Depuis le début JK demande une expertise indépendante et elle lui à toujours été refusée. Pourquoi ?

Dans le même temps on apprend que la personne chargée de l'enquête demande des infos et qu'on ne lui donne pas. Pourquoi ??

Pour finir soit un peu modeste monsieur je sais tout

Bonne soirée aux autres
a écrit le 18/05/2015 à 13:12 :
Je ne connais pas Kerviel, mais il me parait évident qu'il n'a pas pu engager de telles sommes sans que personne ne soit au courant !!!
a écrit le 18/05/2015 à 12:00 :
les juges ne savent pas ou veulent ignorer l'ensemble des contrôles de la place qui permet de détecter des flux titres et numéraires surtout avec appel de marge (couverture). Dans la banque qu'ils ne sachent rien pourquoi pas. Mais sur ce point la Générale a été taxée pour son incompétence par l'organisme de contrôle des marchés. Sur ce dossier les juges sembleraient avoir été gazés. pourquoi ça refait surface??
a écrit le 18/05/2015 à 11:51 :
Comme j'ai encore croisé des collègues qui ne comprennent pas que les banquiers nous conduisent à la dictature à travers le désastre économique, voici des tonnes de preuves:
http://www.anti-k.org/category/banques-selection-par-themes/
a écrit le 18/05/2015 à 11:37 :
A moins d'être complètement benêt, il est évident que depuis le début la SG ment.
a écrit le 18/05/2015 à 11:25 :
Que les "bonnes âmes" crient à l'insolence d'une telle argumentation n'empêchera pas que la procédure actuelle est aussi respectable que les précédentes ; au delà d'une guéguerre de petits pois, la soutenabilité de cette révélation reflète beaucoup de puissance à convaincre antérieurement. Que le Kerviel se soit pris au piège de la performance est d'une banalité absolue dans ce monde de la banque financière ; sinon, il aurait été relégué bien plus bas, sinon mis dehors. Personne d'intègre au sein du métier ne peut en douter, suf quelque benêt de service.
a écrit le 18/05/2015 à 11:18 :
La Direction de la banque ne pouvait pas savoir, car les positions prises par Kerviel (extrêmement bein dissimulées) étant supérieures à ce qu'auraient pu autoriser les règlementations, même si Kerviel avait été stoppé en situation profitable tous les chefs auraient quand même été virés comme ils l'ont été. Laisser Kerviel faire c'était perdant-perdant dans tous les cas ! Or sa hiérarchie était constituée de gens très compétents qui auraient abouti à la même conclusion que moi en moins d'une seconde.
a écrit le 18/05/2015 à 10:56 :
Attention aux manipulations de tous bords. Nous ne pouvons mettre en exergue les remises en cause de la justice comme l'a fait le gouvernement de M. FILLON et abuser à notre tour d'artifices très tendancieux. M. KERVIEL, n'est sans doute pas le seul coupable dans cette affaire. Mais quand vous acceptez un poste comme le sien, vous acceptez implicitement d'être une couverture. On ne peut avoir le beurre et son argent.
D'autre part remettre en question l'instruction de magistrats c'est désavoué le fonctionnement de la justice. Or cette dernière a fonctionné correctement dans des dossiers aussi brûlants, puisque la droite a jugé bon de faire usage d'une juridiction privée pour justement contourner le traitement politique du rachat fait de la banque nationale de Paris dans l'affaire Tapis. Il nous faut donc démontrer la tentative de soustraction de justice commune qui reste le principe sans exception de la République Française ; mais ne pas ouvrir la brèche d'une quelconque manipulation. La cour de cassation ne fonctionne pas sur des on dit, mais des éléments de preuve.
Réponse de le 18/05/2015 à 12:52 :
La Cour de Cassation ne vérifie pas les faits, juste l'application du droit aux faits relevés par une juridiction de première instance ou d'appel.
a écrit le 18/05/2015 à 10:46 :
Kerviel ayant engange plus que les fonds propre de la banque, il serait quand meme etonnant que personne ne s en soit rendu compte. Soit ils etaient TOUS incompetants (surprenant) soit ils fermaient les yeux car pendant longtemps Kerviel gagnait.
Et si ils vraiment ous incompetants, ils meriteraient de toute facon d etre aussi virés
Ceci n exonere pas ledit Kerviel, car il ne faut pas oublier que celui ci fraudait pour avoir un gros bonus
Réponse de le 18/05/2015 à 11:10 :
Toute la ligne hiérarchique de Kerviel a été virée depuis le N+1 (Cordelle), jusqu'à Daniel Bouton, en passant par le patron de la BFI Mustier.
Réponse de le 18/05/2015 à 12:54 :
Et ils sont où actuellement ? ;)
Réponse de le 18/05/2015 à 13:57 :
@ Constat a répondu le 18/05/2015 à 12:54:
ou sont-ils, ? faudrait peut être demander à Bigmalion ? ;)
Réponse de le 18/05/2015 à 14:06 :
Jean Pierre MUSTIER est devenu associé de la société d'investissement.
Tikehau en janvier dernier dont il fut un membre du conseil d'administration,
a écrit le 18/05/2015 à 10:14 :
Le simple bon sens suffit à nous convaincre que les dirigeants au plus haut niveau de la Société Générale connaissaient tout depuis les premiers actes de Kerviel ;
Ces plus hauts dirigeants de la Société Générales méritent certainement d'être traduit eux même devant un Tribunal correctionnel pour connaître de leurs agissements en bandes organisées ;
Rappelons que la Société Générale fait la une des faits divers, dans de sordides affaires, un peu partout dans la sphère financière quasi sans discontinuer depuis les années 97, ça commence à faire beaucoup ...
a écrit le 18/05/2015 à 10:09 :
Comment une banque peut elle ignorer qu'un de ses traders a pris 50 milliards d'euro d'exposition au marché ?

Impensable devant l'énormité de la somme.
Réponse de le 18/05/2015 à 10:52 :
@kiceca: d autant que Kierfel a fait un gain de 1.4 milliard en 2007 avant ses pertes de 2008 ...allez raconter à n importe quel informaticien d une banque que la banque ne savait pas : il va vous rire au nez!
a écrit le 18/05/2015 à 10:05 :
Jérome KERVIEL est responsable de ses actes , il a commis de graves erreurs en jouant avec notre argent .
Réponse de le 18/05/2015 à 13:09 :
t'es vraiment naif toi !
a écrit le 18/05/2015 à 9:27 :
7 ans pour instrumentalisé une policière ...c'est long ...! Médiapart perd en efficacité désinformatrice ....la divulgation ...des agenda .....et des écoutes .....de N.Sarkozy étaient sans plus facile............! C'est peut être naïf .....mais pourquoi...?
a écrit le 18/05/2015 à 8:30 :
Bizarre une banque qui complote et fait des cachoteries !!
a écrit le 18/05/2015 à 7:59 :
Au lieu de vilipender la policière, il faut comprendre les tensions et les enjeux pour certaines personnes. Cette capitaine a sans doute été réduite au silence, jusqu'à ce que le tribunal lui demande de témoigner : on ne témoigne pas à tue-tête en balançant des trucs en l'air, sinon...couic. Le fait qu cela se passe dans le cadre d'une procédure judiciaire donne beaucoup plus de poids (les juges ont enfin la sagesse d’interroger TOUS les protagonistes/partie prenante) et protège en quelque sorte cette personne : au regard des enjeux, sa carrière aurait bien pu être stoppée dans un malencontreux accident de la route, dans un enlèvement ou même professionnellement (lui mettre la misère comme on dit). Enfin les institutions fonctionnent correctement...Le premier procès a été quand même très orienté, par contre celui-ci n'aboutira sans pas à beaucoup plus : la SG a eu tout le temps de faire disparaitre les preuves convenablement, de changer les postes, passer les DD au pilon, changer les log du système de messagerie/informatique, etc. car tout ceci repose bien sur les systèmes informatiques. Par contre je m’interroge sur le silence de l'AMF et de l'ACPR qui n'ont visiblement servi à rien (quels gendarmes laisseraient passer de telles infractions) : les positions prises par la SG auraient du faire sourciller l'AMF et l'ACPR aurait du bloquer ces opérations. Mais visiblement ces 2 institutions n'ont que le badge, pas les armes ni les effectifs, donc ils interviennent une fois que le scandale éclate (trop tard). Enfin, pour terminer, il est intéressant de voir à quel point votre destin est dépendant des traces laissées dans les systèmes informatiques...pour ceux qui qui disent "qu'ils n'en n'ont rien à faire" de la surveillance informatique, ce n'est pas seulement la collecte d'information : il s'agit également d'analyse et de manipulation de ces données. A extrapoler au monde d'internet.
a écrit le 18/05/2015 à 7:23 :
Si cela est avéré il faut faire un exemple pour ce secteur bancaire qui se sent de plus en plus "maître du monde" et sanctionner très très lourdement les individus qui ont camouflé les preuves de leur connaissance des risque pris par un de leur trader.
Réponse de le 18/05/2015 à 8:42 :
@ lennart : manipulé par la banque. hmmm.… elle aurait du justement en aviser le juge. et faire des confrontations entre licenciés et responsables de ce système. ceux qui dénonçaient ont été virés ? parce qu'ils disaient la VERITE ? et là surtout a ne pas dire. cela ne vous paraît un peu bizarre ?
permettez-moi de vous souffler un petit secret à l'oreille : l’intimité n’est possible qu’à travers l’altérité. pensez-y, bonne journée. ;-)
a écrit le 18/05/2015 à 7:16 :
Comme si les dirigeants de la banque n'étaient pas au courant !! Tout est contrôlé en banque, surtout pour ce genre d'operation.
a écrit le 18/05/2015 à 0:26 :
Ou se trouve la vérité ?
a écrit le 18/05/2015 à 0:16 :
Cette commande de police réagit seulement maintenant .................... L'affaire Kerviel n'a que trop duré.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :