Le Paris Saint-Germain premier club à se lancer dans la Blockchain

 |   |  862  mots
Marc Armstrong, le directeur du sponsoring du Paris Saint-Germain, et Alexandre Dreyfus, le fondateur et directeur général de Socios.com, plateforme blockchain de Chiliz, filiale de la startup maltaise Mediarex.
Marc Armstrong, le directeur du sponsoring du Paris Saint-Germain, et Alexandre Dreyfus, le fondateur et directeur général de Socios.com, plateforme blockchain de Chiliz, filiale de la startup maltaise Mediarex. (Crédits : PSG/Chiliz)
Le club de foot a annoncé un partenariat avec la plateforme Socios de la startup maltaise Chiliz en vue de l'émission de jetons à destination des fans, permettant de voter ou gagner des récompenses. Le PSG serait "le premier club de football au monde à annoncer une stratégie de long terme dans le domaine des crypto-monnaies". Coup de com ou vraie innovation ?

Signe que la technologie Blockchain est en train de se diffuser dans le grand public ou qu'elle approche du summum de la "hype", de l'emballement médiatique ? Le Paris Saint-Germain a annoncé ce mardi 11 septembre avoir « signé un partenariat stratégique de plusieurs années avec la plateforme blockchain Socios.com. » Il est le premier club sportif à rejoindre cette plateforme de monétisation de l'engagement des supporteurs de foot, tout juste lancée par Chiliz, filiale de la société maltaise Mediarex, initialement spécialisée dans le poker en ligne et l'e-sport.

« Le Paris Saint-Germain devient le premier club de football au monde à annoncer une stratégie de long terme dans le domaine des cryptomonnaies », affirme le club parisien dans un communiqué.

La plateforme Socios.com  « travaillera aux côtés du club pour développer sa stratégie blockchain et exploiter cette technologie pour générer et optimiser l'engagement des fans. » Ce qui passera par l'émission dans quelques mois, au printemps 2019, pour le PSG de ses propres crypto-actifs.

« Dans le cadre de ce partenariat, Socios.com travaillera aux côtés du club pour développer la première offre de jetons au monde à destinations des supporters (Fan Token Offering - FTO) pour les fans du Paris Saint-Germain », détaillent les deux partenaires.

Des jetons donnant droit de vote ... ou à sondage

La plateforme prétend réinventer le vieux système des "socios", encore très vivace en Espagne notamment, par lequel les fans sont associés aux décisions du club et ont souvent accès à une place dans le stade. L'idée peut paraître séduisante sur le papier.

Cette opération de Fan Tokering Offering se calque sur le modèle des Initial Coin Offerings (ICO), ces levées de fonds par l'émission de "tokens" ou jetons numériques sur un registre distribué (Blockchain) qui ont le vent en poupe et que le projet de loi Pacte, actuellement examiné à l'Assemblée, prévoit d'encadrer, avec un visa optionnel  attribué par l'Autorité des marchés financiers (AMF), pour éviter les arnaques et professionnaliser le marché.

Lire aussi : Levées de fonds en Bitcoin : « Attention aux arnaques ! » dit l'AMF

Les tokens estampillés PSG, qui seront émis sur une Blockchain Ethereum (le protocole le plus couramment adopté par les entreprises) et que l'on ne pourra acquérir qu'en ligne sur la plateforme Socios.com, « permettront aux fans du Paris Saint-Germain de participer à la vie du club, sous la forme de votes ou de sondages en ligne ». Pas de grandes décisions stratégiques soumises à consultation naturellement, le propriétaire du club, Qatar Sports Investments gardant la main. « Les détenteurs de jetons auront aussi le privilège d'accéder à des récompenses, des contenus et des expériences exclusives », citent en exemple les deux sociétés. Assister à une séance d'entraînement, rencontrer les joueurs peut-être ? Mais en quoi serait-il nécessaire de recourir à la Blockchain et de demander aux supporters d'investir dans des crypto-actifs sans contre-partie claire ? Est-ce la nouvelle vignette Panini 3.0 ? « Son coût sera très bas car cela est évidemment destiné au plus grand nombre », a assuré à l'AFP le directeur général de Socios.com, Alexandre Dreyfus. Un prix d'un euro a été évoqué.

Ces tokens ne seront semble-t-il pas un titre de propriété, ni des crédits à consommer, ni un moyen de paiement. Seront-ils assimilables à des instruments financiers, des tokens "securities" selon le jargon, donnant des droits "politiques" à défaut de droits financiers (dividendes) ? Le statut devra être clarifié.

Un partenariat à la dimension marketing

Jackpot financier ou simple coup de com ? Le partenariat a en effet une dimension largement marketing : la plateforme Socios.com « bénéficiera également, à travers ce partenariat, d'un large éventail de droits marketing notamment en matière de visibilité dans le stade, d'exposition TV et digitale, ainsi que du contenu et des opportunités sur-mesure relatives à l'expérience des fans. »

Selon une source proche citée  par l'AFP, le partenariat devrait rapporter au club  « plusieurs millions d'euros.»

« L'accord porte sur cinq ans et rapportera 2,5 millions d'euros par an au club » affirme de son côté L'Equipe.

C'est d'ailleurs le directeur du sponsoring du PSG, Marc Armstrong qui a présenté ce partenariat.

« Toujours à la pointe de l'innovation digitale, le Paris Saint-Germain est déterminé à exploiter les opportunités offertes par la cryptomonnaie. Cette technologie révolutionnaire aura un impact important sur la stratégie commerciale globale du club et sur la manière dont nous interagissons avec nos fans. Nous sommes heureux d'accueillir Socios.com dans la famille Paris Saint-Germain » a commenté Marc Armstrong dans le communiqué.

La plateforme Socios.com, fondée par Alexandre Dreyfus, le Pdg de Mediarex, un entrepreneur "en série" autodidacte, fondateur du site Chilipoker qu'il a revendu depuis, dispose semble-t-il de moyens conséquents. Elle a annoncé en juin dernier avoir levé 65 millions de dollars lors d'un placement privé de jetons, auprès d'acteurs de l'écosystème tels que les plateformes d'échanges de cryptomonnaies chinoises Binance et OKCoin via son fonds OK Blockchain Capital, ainsi que les fonds chinois FBG Capital et Ceyuan Venture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :