Levées de fonds en crypto : la France sera « la 1re au monde » à avoir une réglementation sur les ICO

 |   |  822  mots
Il faut attirer en France les plus beaux projets, insiste l'AMF.
"Il faut attirer en France les plus beaux projets", insiste l'AMF. (Crédits : Michael Wuensch / CC (Pixabay))
Le Trésor et l'Autorité des marchés financiers (AMF) ont détaillé ce jeudi les dispositions du futur projet de loi Pacte sur les Initial Coin Offerings (ICO), les émissions de jetons numériques. La France veut peser dans la définition des standards de ce nouveau mode de financement et favoriser l'innovation pour renforcer l'attractivité de la place de Paris.

Le projet de loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) comprendra toute une série de dispositions, dont certaines très attendues des milieux financiers et de la communauté des enthousiastes des crypto-actifs, le terme qui fait désormais consensus pour parler du Bitcoin et de toutes les "monnaies virtuelles" et autres "tokens" (jetons numériques). Un volet traitera des Initial Coin Offerings (ICO), les "offres initiales de jetons", des levées de fonds en crypto-actifs qui ont un succès grandissant mais pas du tout encadrées à ce jour.

« La loi Pacte dira que l'Autorité des marchés financiers (AMF) est compétente sur les ICO », a déclaré ce jeudi 31 mai Sébastien Raspiller, sous-directeur à la Direction générale du Trésor, en charge du financement des entreprises et des marchés financiers, lors d'une conférence sur les ICO organisée par le cabinet d'avocats Kramer Levin.

Le projet de loi devrait être présenté en conseil des ministres en juin, examiné au Parlement à la rentrée, l'objectif étant un vote avant la fin de l'année, ou juste après.

L'Autorité des marchés financiers (AMF), qui travaille sur le sujet depuis un an et demi, s'attend à une entrée en vigueur des textes « dès le début 2019".

« Nous serons les premiers au monde à avoir une réglementation ad hoc sur les ICO », s'est félicitée Anne Maréchal, la directrice des affaires juridiques de l'AMF. « Il faut attirer en France les plus beaux projets » a-t-elle insisté.

Lire aussi : Levées de fonds en Bitcoin : « Attention aux arnaques ! » dit l'AMF

Le phénomène reste modeste en France : s'il y a eu près de 900 ICO dans le monde l'an dernier pour 3,8 milliards de dollars levés, le président de l'AMF Robert Ophèle avait indiqué que près de 40 projets d'ICO avaient été présentés à l'Autorité en tout sur l'année 2017 et au premier trimestre 2018.

Une « liste blanche » pour trier « le bon grain de l'ivraie »

Le gouvernement « souhaite que la place de Paris puisse faire preuve d'innovation » ce qui passe par « un cadre souple pour les émissions initiales de jetons » a plaidé le représentant du Trésor.

« Nous sommes dans une logique de liste blanche : on n'interdira pas telle ou telle ICO, on veut pouvoir trier le bon grain de l'ivraie », a expliqué Sébastien Raspiller.

Les porteurs de projets pourront aller voir l'AMF pour obtenir un « tampon », un visa optionnel, qui leur apportera de la « crédibilité ». Le Wall Street Journal a enquêté  sur 1.450 ICO et constaté que près de 20% étaient des arnaques, avec de fausses équipes, des usurpations d'identité, des copiés-collé de documents, etc.

« C'est le bon moment pour légiférer, pour l'attractivité de la place de Paris et pour pouvoir peser demain dans le cadre international. Nous voulons être un acteur très impliqué dans la définition des standards », a fait valoir le représentant du Trésor.

La directrice des affaires juridiques de l'AMF a souligné que la demande d'encadrement est venue des porteurs de projets d'ICO eux-mêmes.

« Les gens sérieux qui viennent nous voir veulent se dissocier des fraudeurs » a relevé Anne Maréchal. « Nous les incitons d'ores et déjà à adopter les bonnes pratiques. »

La protection des investisseurs doit d'abord passer par la bonne information. L'AMF garantira donc la qualité du "white paper", sorte de prospectus d'émission, l'existence d'un « mécanisme de sauvegarde des fonds levés », l'équivalent d'un compte de séquestre -  qui pourrait utiliser la Blockchain (la technologie sous-jacente du Bitcoin) via des "smart contracts" (contrats intelligents, qui s'exécutent automatiquement) - ainsi que celle de dispositifs de vérification de l'origine des fonds et de lutte contre le blanchiment.

« L'AMF ne pourra pas garantir la solidité d'un projet ni même la solidité du code sur la Blockchain, de même qu'elle ne garantit pas le projet d'une biotech lors d'une introduction en Bourse. Son visa donnera un gage de sérieux aux porteurs de projets d'ICO » a déclaré Anne Maréchal.

Lire aussi : "La Blockchain, c'est la quatrième révolution industrielle !"

Et la fiscalité ?

Si la France est en avance sur le plan réglementaire, elle est en retard en matière de fiscalité sur les crypto-actifs, jugée « confiscatoire » (jusqu'à 70% d'impôt sur la plus-value qu'il faut déclarer en bénéfice non commercial ou bénéfice industriel et commercial).

« La place de Paris a de grandes ambitions mais la réalité n'est pas encore là. Sur la quinzaine d'ICO que j'ai conseillée, plus de la moitié des porteurs de projet sont allés s'inscrire hors de France pour des questions de fiscalité » a témoigné Hubert de Vauplane, avocat associé chez Kramer Levin.

Il a invité les pouvoirs publics à être « attractifs » notamment sur le traitement fiscal des jetons « utilitaires ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2018 à 17:09 :
Lol!
Si une ICO échoue, les fonds sont automatiquement rapatriés vers les émetteurs, c'est ça un smart contract"! L'idée de la crypto monnaie est de se passer de ce genre d'intermédiaires, féléicitations pour une nouvelle loi qui vient en doublon de ce qui existe déjà et qui va ralentir le process.
Pour info: plein de pays ont déjà légiféré et mis en application (Malte, Corée du sud, les Emirats...), la France est derrière, de très loin
a écrit le 05/06/2018 à 13:40 :
. . . et une taxation à 60% comme pour le poker ?
a écrit le 02/06/2018 à 6:27 :
hormis l'aspect technologique, ca ne sert strictement a rien......... le bilan de l'entreprise est en dollars, en euros, en francs suisses, etc, alors de toute facon a un moment donne il faut revenir sur terre
a écrit le 01/06/2018 à 20:42 :
l ironie c'est que les blockchains startup viennent déjà demarcher en France des cerveaux cryptomonnaies pour bosser a l etranger .

Ces cerveaux ne pouvant vivre de leur travail en france , taxe et bureaucratie oblige
a écrit le 01/06/2018 à 15:13 :
«  pacte » dans l’approche psychanalytique est un état psychologique qui rentre dans la rubrique «  menaces »

dans l’approche des finances ...ce basculement dans le virtuel est compréhensible vu que les adeptes du concept matérialiste qui ne «  savent  » même plus le «  prix » d’une baguette ou l’argent nécessaire pour payer taxes et factures énergétiques
ce système monétaire est une parallèle à la finance mondiale qui va profiter au très gros riches pendant que des réformes gangrènes ceux qui bossent et cotisent pour des «  prunes »...
un genre de transaction « entre eux « 
: ni vu ni connu...
a écrit le 01/06/2018 à 14:05 :
Notre fiscalité confiscatoire, c'est un drame pour la bonne santé de l'économie française.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :