Les entreprises s’emparent massivement de la Blockchain

 |   |  1083  mots
La Blockchain réduit les coûts, augmente la portée, la transparence et la traçabilité de nombreux processus business, souligne le cabinet PwC. Les entreprises l'ont bien compris.
"La Blockchain réduit les coûts, augmente la portée, la transparence et la traçabilité de nombreux processus business", souligne le cabinet PwC. Les entreprises l'ont bien compris. (Crédits : PwC)
La prometteuse technologie de registre distribué, née avec le Bitcoin, fait déjà l’objet de nombreux projets, opérationnels ou pilotes, dans le monde, en particulier dans la finance. Une enquête du cabinet PwC dans 15 pays révèle que 84% des dirigeants sondés sont déjà engagés dans une initiative impliquant la Blockchain, qui recèle le potentiel de réduire les coûts en supprimant certains intermédiaires.

« La Blockchain est là. Quelle sera votre prochaine initiative ? » a interrogé le cabinet d'audit et de conseil PwC, dans le cadre d'une vaste enquête mondiale auprès de 600 cadres dirigeants dans 15 pays, dont la France. Née avec le Bitcoin, cette technologie sécurisée de stockage et de transmission d'informations, sous la forme d'une sorte de grand registre numérique décentralisé, que les experts présentent déjà comme la seconde révolution d'Internet, suscite déjà bien plus que de la curiosité.

À la question « comment décririez-vous l'implication actuelle de votre entreprise (ou organisation) dans la Blockchain ? », seuls 14% des cadres interrogés par PwC ont répondu aucune. Et pour plus de 4 sondés sur 5, pas question de rater le virage : 15% affirment avoir déjà un projet opérationnel, 10% un pilote, 32% un développement en cours et 20% sont au stade de la recherche. Qu'il s'agisse des premiers pas dans un "Lab", d'une étape de validation ("proof of concept") ou d'une mise en production, tout le monde veut en être.

« Ce que les dirigeants d'entreprise nous disent, c'est que personne ne veut être le laissé pour compte de la Blockchain, même si, à ce stade précoce de son développement, la confiance et la réglementation demeurent des sujets de préoccupation », relève Steve Davies, responsable Blockchain chez PwC.

--

Blockchain sondage PwC

[Où en sont les entreprises avec la Blockchain ? Du fait des arrondis, le total dépasse les 100%. Crédits : PwC]

--

=> L'enquête Global Blockchain Survey de PwC

Trouver le bons cas d'usage

S'agit-il de vrais projets ou de déclarations d'intention pour ne pas paraître à la traîne ? Difficile d'en savoir plus dans ce type de sondage, dont les résultats sont toutefois révélateurs de l'engouement généralisé pour la Blockchain, qui a succédé à une phase de relatif scepticisme.

Une récente étude du cabinet IDC a montré que les investissements dans les solutions de registre distribué restaient encore modestes, estimés à 1,5 milliard de dollars dans le monde en 2018, mais voués à une croissance « phénoménale » dans les années à venir pour atteindre 11,7 milliards de dollars en 2022.

« L'intérêt autour des blockchains est grandissant, la communauté se constitue et la technologie évolue. La Blockchain réduit les coûts, augmente la portée, la transparence et la traçabilité de nombreux processus business », commente Pauline Adam-Kalfon, associée spécialisée dans l'assurance et en charge du Blockchain Lab chez PwC.

Le cabinet Gartner a évalué à plus de 3.000 milliards de dollars la valeur ajoutée créée par la Blockchain pour les entreprises par an d'ici à 2030. PwC considère qu'il est possible d'imaginer qu'à cet horizon, 10% à 20% des infrastructures économiques mondiales s'appuieront sur des systèmes à base de Blockchain. Encore faut-il trouver le bon cas d'usage.

« Le problème est que la Blockchain est devenue notre marteau préféré à chaque fois que l'on voit un clou et on en voit partout ! » a plaisanté Salem Avan, le responsable de la cybersécurité et du Knowledge Management aux Nations Unies, lors du Blockchain Policy Forum organisé par l'OCDE le 4 septembre.

Les services financiers sont à la pointe en matière d'investissement et perçus comme tels : pour 46% des sondés par PwC, ils sont considérés comme le secteur leader dans la Blockchain, très loin devant l'industrie et l'énergie. Ils devraient le rester dans les 3 à 5 ans pour 41% des cadres interrogés. Des marchés de capitaux, avec les métiers de conservation de titres, au financement du commerce international, en passant par les paiements interbancaires ou transfrontières, ou encore les "smart contracts" automatisés dans l'assurance, de multiples applications concrètes sont déjà au-delà du stade de l'expérimentation dans la finance.

--

Blockchain leaders PwC

[Les secteurs perçus comme les leaders dans la Blockchain : services financiers, industrie, énergie et services collectifs, santé, services publics, distribution et biens de consommation, divertissement et médias. Crédits : PwC]

--

Lire aussi : HSBC et ING réussissent la première lettre de crédit sur la Blockchain

La Chine, le leader de demain

PwC ne détaille pas la proportion des sondés engagés dans des projets Blockchain par pays ou par zone, mais le cabinet prédit que « le centre de gravité » de la Blockchain va se déplacer de sa zone d'origine, États-Unis et Europe, où sont réalisés la majeure partie des investissements. Si les États-Unis sont perçus comme les leaders dans la Blockchain aujourd'hui, à 29%, la Chine les dépasserait dans quelques années : elle est considérée comme le meneur de demain, à l'horizon 2021-2023, pour 30% des sondés. L'Australie fait aussi partie des précurseurs, qui devraient se maintenir. La Banque mondiale a récemment réalisé la première émission obligataire sur la Blockchain avec la Commonwealth Bank of Australia.

Lire aussi : Pourquoi la Banque mondiale a émis la première obligation sur la Blockchain

--

Blockchain leaders pays PwC

[Quels territoires sont perçus comme les leaders de la Blockchain, en 2018 et à l'horizon 2021-2023. Crédits PwC]

--

Lire aussi : L'Europe ne veut pas "rater" la révolution blockchain

Si les entreprises se sont lancées massivement dans l'expérimentation de la Blockchain, des réticences demeurent. En particulier, les incertitudes réglementaires constituent le principal frein à l'adoption, juste devant le manque de confiance chez les utilisateurs. Le cabinet de conseil souligne qu'il demeure encore une grande incompréhension de ce sujet complexe, car « la Blockchain c'est abstrait, technique et ça se passe en coulisses » : elle est à la fois une nouvelle forme d'infrastructure et une nouvelle façon de dématérialiser des actifs sous la forme de « tokens. »

C'est en Asie et au Moyen-Orient que la confiance apparaît comme la plus forte préoccupation (à Singapour 37%, aux Émirats Arabes Unis 34%, à Hong Kong 35%), tandis que le flou réglementaire apparaît au premier rang des obstacles en Allemagne (38%), en Australie (37%), et au Royaume-Uni (32%).

--

Blockchain freins PwC

[Top 3 des réponses à la question : quelles sont les plus grandes barrières à l'adoption de la Blockchain dans votre secteur dans les 3 à 5 ans ? Crédits : PwC]

--

Le cabinet PwC conseille de ne pas attendre que les incertitudes réglementaires soient levées mais de « s'engager tôt avec les régulateurs pour aider à façonner l'évolution de l'environnement. » Autre recommandation : de construire un écosystème. Ainsi, parmi les 15% de sondés ayant déjà des applications de Blockchain, 88% étaient des dirigeants ou des membres actifs d'un consortium de Blockchain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2018 à 13:23 :
merci @DelphineCuny pour cet article intéressant.
Peut-on faire confiance en la blockchain ? Pour comprendre cette technologie de confiance et les interrogations qui subsistent, voir l'article de Maryline Laurent, en sciences de l’informatique à Télécom SudParis, co-fondatrice de la Chaire Valeurs et Politique des Informations Personnelles : https://www.linkedin.com/in/cvpip/
a écrit le 08/09/2018 à 2:44 :
le minage des cryptomonnaies consomme beaucoup d'électricité, au lieu de fermer des centrales électriques il vaudrait mieux en ouvrir des nouvelles
a écrit le 07/09/2018 à 23:52 :
Sur la liste des pays d'avenir du blockchain, ils ont oublié quelques régions dans active, soit la Suisse avec la région de Zoug, le Liechtenstein qui investi beaucoup et l'Estonie qui est également très active dans ce domaine.
a écrit le 07/09/2018 à 23:49 :
PwC a surtout des intérêts dans la blockchain:
https://www.pwc.com/us/en/industries/financial-services/fintech/blockchain.html
Donc PwC nous parle de la blockchain avec la même impartialité que McDonald's à propos du bigmac. Doit-on appeler ça une "étude"?
a écrit le 07/09/2018 à 13:18 :
Vu les dépenses énergétiques des blockchains, celles-ci représentent un coût énorme qui devrait donc en limiter l'usage. Sauf si on souhaite accélérer le changement climatique et la chute de notre civilisation. Après moi, le déluge ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :