Majoritairement stables en 2020, les frais bancaires sont aussi de plus en plus illisibles

 |   |  434  mots
Les frais de mise en place d'un mandat de prélèvement SEPA sont ceux qui ont le plus fortement diminué (-6,8%).
Les frais de mise en place d'un mandat de prélèvement SEPA sont ceux qui ont le plus fortement diminué (-6,8%). (Crédits : Thomas Hodel)
Alors que, depuis le début de l'année, les banques sont tenues de respecter une directive européenne visant à rendre plus clairs les tarifs bancaires, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir note que ces derniers, qui sont restés stables dans l'ensemble, sont en revanche "encore plus illisibles" en 2020.

La grande majorité des tarifs bancaires en 2020 sont stables ou en baisse, indique mercredi une étude du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), mais leur lisibilité est devenue difficile, dénonce pour sa part l'association de consommateurs UFC-Que Choisir.

L'étude du CCSF a comparé les tarifs de 14 services standards de 109 établissements, dont 101 banques de réseau et 8 banques en ligne, entre fin décembre 2019 et début janvier 2020, période durant laquelle de nouvelles grilles tarifaires sont publiées.

Dans le détail, six tarifs sont stables dont deux restent gratuits (les prélèvements et virements par internet), cinq tarifs sont en baisse et trois augmentent.

Lire aussi : Vers une loi pour plafonner les frais bancaires ?

Des disparités selon les services

Les plus fortes hausses tarifaires portent sur le virement occasionnel en agence (+4,1%) et sur la tenue de compte (+3,17%). Les frais pour la fourniture d'une carte de paiement internationale à débit immédiat augmentent en moyenne de 0,8%.

En revanche, les frais de mise en place d'un mandat de prélèvement SEPA ont le plus fortement diminué (-6,8%).

Les autres baisses demeurent marginales, comme la fourniture d'une carte de paiement à débit systématique (-0,85%), la cotisation à une offre d'assurance perte ou vol des moyens de paiement (-0,2%), l'abonnement à des produits offrant des alertes sur la situation du compte par SMS et la fourniture d'une carte de paiement internationale à débit différé (-0,1%).

"Surcharge d'informations"

Le CCSF, instance de concertation où siègent à parité représentants des établissements financiers et des clients, fait par ailleurs état d'une évolution de l'information sur les tarifs bancaires.

Depuis le début de l'année, les banques sont tenues de respecter une directive européenne visant à harmoniser la dénomination des principaux services et frais bancaires afin de pouvoir les comparer d'un pays à l'autre.

Progressivement, les banques françaises devront donc remplacer leur extrait standard des tarifs par un document d'information tarifaire (DIT).

Mais pour l'UFC-Que Choisir, "alors que le document européen devait rendre plus clairs les tarifs", ceux-ci sont "encore plus illisibles" en 2020 avec des centaines de tarifs répertoriés ou des prix affichés "sur une base aussi bien annuelle que trimestrielle ou mensuelle".

"Plus d'un tiers des professionnels (36%) en ont profité pour accabler encore davantage leurs clients d'une surcharge d'informations en y détaillant chacun de leurs packages bancaires", dénonce l'organisation.

Cette dernière appelle les pouvoirs publics à légiférer en maintenant l'extrait standard des tarifs, exprimés sur une base annuelle et précisant le plafonnement des frais d'incident de paiement pour les clients bancaires fragiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2020 à 13:59 :
J'ai pose la question à une assemblée générale du CA, j'attends la réponse?
Mais les grands responsables sont à la BCE avec l'Harnack des taux négatifs et la planche à billets qui fonctionne à fond???tout comme notre gouvernement qui vole les petits avec un livret A à 0,5 quand pour les gros il vote la FLAT TAX
a écrit le 28/02/2020 à 12:54 :
Pourquoi? vous pensez que tout cela n'est pas réfléchis?

Je viens de constater a la poste, qu'en même temps qu'ils sont maintenant devant de nouveaux règlement sur l'argent liquide que l'on pose sur un compte, ils rendent les tickets de consultations de compte aussi illisible.

Comme j'ai pu le constater dans plusieurs bureaux, donc a présent la lisibilité de votre compte se fait soit sur votre tel, soit au guichet (avec pas ou peu de personnel, un temps d'attente, une spécification par bureau ne vous permettant plus d'aller dans n'importe lequel, et disons une logique qui consiste a vous rendre aveugle, tout en payant des services qui n'existent plus.

En sachant en plus, qu'après 5 retraits vous payer 1 euro par retrait, du coup la virtualité est a mon avis plus que mauvais.

Venir en parler a un bureau relève de la rigolade du fait que plus aucun de ceux qui y travaillent n'ont la main.....

Alors, effectivement en lisibilité, en fonctionnement de dab, ou simplement de service, en plus de faire payer ce qui ne l'était pas avant, a présent ils tentent donc de vous faire aller vers le net.

J'ajoute il y a peu qu'il y avait un bug sur leur réseau de nouveaux comptent virtuels....

Du coup, question service, par comparaison avec une décade, c'est moins de service et cela coûte plus cher !!!

C'est fort, j'imagine que les mêmes stratégies sont en cours dans les autres banques.

J'ai eu a savoir qu'a un découvert de 1 euro a la bnp, chaque retrait ou payement pour acheter un sandwich vous coûtera 8 euros.....

Alors le mieux est de prendre l'argent en début de mois, car cela vous coûtera moins cher de le conserver que de l'avoir sur votre compte !!!!
Réponse de le 28/02/2020 à 14:43 :
Oulah tellement de choses dites dans ce commentaires pour au final partir dans tous les sens…. En fait c'est aussi peu lisible que ce que vous dénoncez.
Juste pour information l'ensemble des détails de frais est entièrement organisé par des réglementations nationales ou européennes qui ont mis en place (à tord ou à raison là n'est pas la question) ces règles suite à des demandes…. des associations de consommateurs, qui elles-mêmes trouvent que maintenant cela devient trop complexes. Bref…
Ah et pour les 8€, ces frais s'appliquent dans toutes les banques pour toutes opérations en dehors d'un découvert autorisé. Ce montant est fixé par…. la BDF !
Vous avez 1€ retiré à chaque retrait dans un distributeur ? Oui en effet, car à chaque retrait dans un distributeur d'un autre établissement, votre banque paye à votre place. Donc au bout de 3 ou 4 dans le mois, en effet, elle ne vous couvre plus.
Vous vous plaignez d'attendre à l'accueil de votre agence ? Pourtant vous nous dites aussi que vous ne comprenez pas pourquoi cette dernière vous propose de passer de plus en plus par le numérique….
Les prix augmentent dans les banques depuis 10 ans… Euh oui tout comme ma baguette de pain à augmenté (et largement plus en pourcentage) pourtant je viens pas hurler sur le boulanger.
Bienvenu dans le monde réel où il faut payer pour avoir des services et où les banques ne sont pas là pour perdre de l'argent.
a écrit le 28/02/2020 à 9:00 :
de plus en plus illisible et abscons, des volumes entiers de langage incompréhensible. Banques, SNCF, télecoms, énergie,... comparer des offres devient ubuesque et impossible. MERCI Bruxelles et l'UE, bande de gens déconnectés de la vie quotidienne des gens.
a écrit le 27/02/2020 à 20:14 :
Les frais bancaires ne peuvent pas être lisibles, car ils sont la transposition administrative arbitraire du manque à gagner sur les dépôts en raison des taux bas. Comme les économies d'échelles n'existent quasiment pas dans les services, il n'existe pas de matrice fiable pour une compta analytique, donc c'est du flan.
a écrit le 27/02/2020 à 18:17 :
L'UE c'est les banques donc faut pas s'attendre à grand chose de cette première concernant les contraintes opposées à cette seconde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :