Nouvelle licorne franco-américaine, Kyriba lève 160 millions de dollars

 |   |  507  mots
Le logiciel de gestion de trésorerie dans le cloud de Kyriba a séduit plus de 200 entreprises.
Le logiciel de gestion de trésorerie dans le cloud de Kyriba a séduit plus de 200 entreprises. (Crédits : DR)
La startup de gestion de trésorerie dans le cloud est valorisée 1,2 milliard de dollars par ce tour de table mené par le fonds Bridgepoint qui deviendra majoritaire. Bpifrance sort du capital, Iris reste au côté du directeur général Jean-Luc Robert.

L'opération est présentée comme une levée de fonds mais c'est une acquisition : la discrète pépite de la Fintech franco-américaine Kyriba, qui se revendique « le leader mondial des solutions logicielles de gestion de trésorerie dans le cloud », a annoncé mercredi soir être entrée en discussions avancées avec le fonds de capital-investissement britannique Bridgepoint « en vue de finaliser une levée de fonds de 160 millions de dollars". Or le fonds de private-equity, propriétaire en France de la société de gestion de patrimoine Primonial, des pressings 5àsec, et qui vient de vendre l'éditeur français de logiciels financiers eFront au géant BlackRock pour 1,3 milliard de dollars, deviendrait actionnaire majoritaire de Kyriba.

« L'opération valorise Kyriba à 1,2 milliard de dollars » indiquent les deux entreprises dans un communiqué commun.

Le fonds français Iris Capital, Daher Capital et le Pdg, Jean-Luc Robert, restent actionnaires. En revanche, Bpifrance sort du capital, comme HSBC, Sumeru Equity Partners et Upfront Ventures : la Bpi avait mené le tour de table de 23 millions de dollars en septembre 2016 et accompagné le tour suivant de 45 millions en septembre 2017.

La R&D à Paris

Le siège social de Kyriba, qui emploie 650 personnes, est à San Diego, en Californie, mais son principal centre de R&D (environ un tiers des effectifs) se trouve à Paris.

« Je tiens à remercier les investisseurs qui ont soutenu Kyriba tout au long de sa croissance et qui nous ont permis de franchir cette étape importante. Cette transaction leur procure un rendement élevé, tout en créant un avenir prometteur pour Kyriba. Nous remercions notamment Bpifrance pour son soutien actif ces dernières années, qui nous a permis de devenir une entreprise mondiale, toujours fière de ses racines françaises » a déclaré Jean-Luc Robert, cité dans le communiqué.

L'entreprise, fondée en 2004 et spinoff de l'éditeur XRT racheté par Sage, a réalisé un chiffre d'affaires de 110 millions de dollars en 2018 : elle affirme avoir séduit la moitié des entreprises de l'indice SBF120. L'opération, menée par le bureau de Paris de Bridgepoint, doit permettre à Kyriba d'accélérer et d'investir « plus de 60 millions de dollars dans l'innovation produit au cours des deux prochaines années ».

« Grâce à son offre et à sa position de leader sur les marchés français et américains, Kyriba est désormais bien placée pour accélérer à l'échelle mondiale et nous prévoyons des investissements supplémentaires en particulier dans la R&D, qui l'aideront à se développer pour fournir à ses clients une solution complète de gestion des liquidités », a commenté David Nicault, directeur au bureau de Paris en charge des sujets TMT chez Bridgepoint.

Kyriba avait annoncé en janvier sa première acquisition (en cash), celle de l'américain FiREapps, spécialiste de la gestion du risque de change pour les entreprises. Elle constitue la quatrième opération réalisée par le fonds Bridgepoint Europe VI, levé en 2018 pour un montant de 5,6 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2019 à 13:43 :
Licorne française avec un siège aux Etats-Unis et un actionnaire majoritaire anglais... C’est assez original...
a écrit le 28/03/2019 à 13:13 :
Donc titre à corriger : licorne-UK-US avec cette perte de controle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :