"On a le droit d'être banquier, ça n'est pas une faute morale" (Comte-Sponville)

 |   |  876  mots
Parlons un peu moins de morale, un peu plus de politique, a enjoint le philosophe André Comte-Sponville, interviewé sur France Inter ce vendredi.
"Parlons un peu moins de morale, un peu plus de politique", a enjoint le philosophe André Comte-Sponville, interviewé sur France Inter ce vendredi. (Crédits : France Inter)
Alors qu'Emmanuel Macron est attaqué par ses adversaires sur son passé professionnel chez Rothschild, le philosophe André Comte-Sponville regrette une campagne présidentielle dominée par les "passions tristes", estimant qu'"il n'y a rien dans cet homme de haïssable". Les syndicats du secteur sont choqués par les propos du député FN Gilbert Collard sur les banquiers.

L'étiquette de banquier colle à la peau d'Emmanuel Macron, et c'est peu de dire qu'elle est perçue comme péjorative, synonyme de proximité avec les puissances de l'argent. Banquier d'affaires qui plus est, chez Rothschild, conseiller en fusions et acquisitions de grands groupes, et pas le directeur d'agence du coin qui a aidé les commerçants du quartier à se développer. Surnommé « le banquier » par ses opposants dans la campagne présidentielle, du candidat du Nouveau parti anticapitaliste Philippe Poutou à Marine Le Pen, l'ex-ministre de l'Economie a reçu un soutien assez inattendu, celui du philosophe André Comte-Sponville. Interrogé sur France Inter ce vendredi matin, l'auteur du « Petit traité des grandes vertus » a pris la défense du candidat d'En Marche ! sur ce terrain face à ceux qui refusent l'alternative du second tour en clamant « ni banquier ni fasciste, ni patrie ni patron » :

« Mettre sur le même pied un banquier et un fasciste, soyons clair : ou bien on interdit, on supprime les banques, personne ne le propose, ou dès lors qu'il y a des banques, on a le droit d'être banquier. Qu'est-ce que c'est que ce racisme absurde, qui juge de la valeur d'un homme au nom du métier qu'il exerce ? Si on faisait cela pour des plombiers ou des électriciens, on dirait qu'on est devenu fou. On a le droit d'être banquier, ça n'est pas une faute morale. Pompidou était banquier aussi, on le lui reprochait dans ma jeunesse, on avait tort de se rabaisser à de si faibles arguments. »

« L'insensibilité du banquier »

L'ancien Président de la République de 1969 à 1974 a travaillé lui aussi à la banque  Rothschild, pendant quatre ans, de 1954 à 1958, au moment où il a rejoint comme directeur de cabinet le général de Gaulle, dont il deviendra Premier ministre en 1962.

En meeting à Nice, jeudi soir, la candidate du FN a de nouveau appuyé sur ce ressort :

« Emmanuel Macron est un banquier d'affaires. Il a le caractère pour cela, l'insensibilité qu'il faut à ce métier. Cette capacité à prendre des décisions dans le seul objectif du profit, de l'accumulation d'argent, sans aucune préoccupation pour les conséquences humaines de ses décisions », a lancé Marine Le Pen.

Interrogé sur TF1 jeudi soir, Emmanuel Macron a répondu sur les critiques à son égard de candidat « un peu hors sol » :

« Pendant des mois, on m'a qualifié d'ancien banquier. J'ai eu beaucoup de qualificatifs qui ne me rapprochent pas des citoyens. Je sais d'où je viens, je sais qui je suis. Je veux dès les premiers jours aller au contact des gens qui sont en colère, qui pensent que je suis loin d'eux. »

Après son déplacement à Amiens à la rencontre des salariés de l'usine Whirlpool, le favori des sondages s'est rendu jeudi à Sarcelles, des images le montrant en train de jouer au foot avec des jeunes de la ville.

Les syndicats du secteur choqués

Le député RBM-FN Gilbert Collard a choqué jusque dans les rangs des syndicats du secteur bancaire, lorsqu'il a lancé jeudi sur LCI, en parlant des ouvriers de Whirlpool :

« Depuis quand achète-t-on des militants, des ouvriers, avec des croissants ? [Macron]  va aller jusqu'où dans l'insulte envers le monde ouvrier ? Il ne sait pas ce que c'est un homme qui travaille ? Il se fait quelle idée du monde du travail ? Ce ne sont pas des putes comme les banquiers ! »

Sur Twittter, le syndicat FO Banques a réagi vendredi :

« FO Banques condamne les propos de Me Collard qui traite les "banquiers de putes." Les salariés des banques sont pas des banquiers ! Si l'image des banques est tant dégradée c'est le résultats d'égarements patronaux: Panama papers, subprime #salariéspasbanquiers ! »

Le président du SNB/CFE-CGC (devenu la première formation syndicale du secteur, hors banque mutualiste), Régis Dos santos s'offusque lui aussi :

« L'avocat député Gilbert Collard a tenu des propos particulièrement insultants pour les 370.000 salariés de la profession bancaire. Imaginez-vous les conséquences en termes d'incivilités, voire de violences dans les guichets après de tels propos ? » nous confie-t-il.

Penseur matérialiste

André Comte-Sponville juge cette campagne « à la fois fascinante et inquiétante ».

 « Je m'étonne de cette haine dont est victime le malheureux Macron, si j'ose dire, ou le gentil Macron, l'intelligent Macron. Il n'y a rien dans cet homme de haïssable. Qu'on ne vote pas pour lui, ça fait partie des libertés démocratiques mais que le débat soit à ce point perverti par les passions tristes comme dirait Spinoza, la haine, la colère, l'envie je trouve cela lamentable. »

Se déclarant ouvertement en faveur du candidat d'En Marche !, il a déclaré « le seul qui tienne un discours positif, de confiance, de volonté, c'est Macron. » Le philosophe, qui a consacré l'essentiel de son travail à l'éthique et la morale, trouve justement que les enjeux moraux ont pris trop d'importance dans la campagne :

« Parlons un peu moins de morale, un peu plus de politique. Si on compte sur la morale pour résister à la montée du populisme et de l'extrême droite, on se raconte des histoires. »

[Article mis à jour à 13h]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2017 à 15:03 :
N'est pas monsieur Emmanuel Macron qui déclarait il y a peu d'année à un journaliste que le métier de banquier d'affaire se rapprochait e celui de prostituée?
Dans la banque de proximité nous avons été effaré de sa lucidité.......
a écrit le 29/04/2017 à 15:00 :
M. Henri Emmanuelli fut lui aussi "banquier" à Compagnie financière Edmond de Rothschild où il resta pendant 9 ans, occupant même un poste de direction avant de rejoindre l'Assemblée. Seulement M. Emmanuelli qui était membre de l'aile gauche du PS ne fit pas l'objet de critiques, à juste raison...
Réponse de le 30/04/2017 à 8:53 :
@totuou87: je suis toujours effaré par l'ignorance de certains ! Au chapitre de ceux qui trainent des casseroles, Emmanuelli figure propablement au top 5. Mais bon, ne dit-on pas que l'amour est aveugle et que c'est au jour du divorce qu'on remarque les défauts :-)
a écrit le 29/04/2017 à 12:28 :
faut le vivre pour en parler, je suis en liquidation judiciaire pour avoir voulu créer une activité agricole et les banquiers m'ont noyé pendant des années du a ma précarité (fin de mois difficiles, factures en augmentations) sous les révolvings (malgré la loi lagarde) et découverts (agios, commission en tout genre ex : 92 euros pour un seul chèque rejeté de 40euros) au lieu de me conseiller correctement ! banquiers ou notables vivent comme les seigneurs du moyen age sur la dime prélevé sur les cerfs qui travaillent ! Ils ne font mêmes pas le devoir de conseil à leurs clients se conduisent comme de simple commerciaux n'apportent aucunes richesses aux clients et les dépouillent le plus possibles par des produits superflue et illusoire. vous ferme dans un bureau pour vous faire de la vente forcé ! ne soutiennent pas la création d'entreprise attendent par contre l'argent du bénéfice... etc. voilà pourquoi je vote FN maintenant ! une génération précaire poussait aux crédits pour "survivre" afin de faire de nous des esclaves obéissants et dociles et maintenir la rente des faux riches. Ne pas oublié que les banquiers ne respectent pas le secret bancaire a l'accueil car tout le monde entend derrière et qu'il foute des stagiaire (gratuit) non formé et exploité au guichet ! c'est moi simple petit qui est expliqué au stagiaire comment respecter le secret du client et comment répondre au téléphone !!!
a écrit le 29/04/2017 à 11:48 :
Un banquier peut être un remarquable homme d'Etat (cf. M. Pompidou, directeur lui aussi chez Rothchild). C'est même un atout par rapport à un politicien professionnel (uniquement propres aux harangues et à la reprise sans esprit critique de rapports d'officines de pseudo experts souvent corrompus), à condition de s'affranchir du lobby bancaire et de garder le cap sur l'intérêt général.
a écrit le 29/04/2017 à 11:45 :
Ce Monsieur bon chic , bon genre veut nous dire que son choix est le meilleur .Et bien je pense qu'on est pas du tout obligé de mettre un banquier à la tête du pays , on a déjà la BCE , on vient d'avoir la cour des comptes et est-ce que cela va mieux.
Réponse de le 29/04/2017 à 12:35 :
Mais pourquoi vouloir réduire E. Macron à sa carrière dans la banque ? C'est vrai qu'il est singulier dans le panorama électoral puisqu'il est quasiment le seul à avoir effectivement travaillé dans le privé. Réduit-on Marion Anne Périne Le Pen (dite Marine) à ses quelques années ratées d'avocate chez les amis de son père avant de rentrer tête basse au château familial de Montretout ? Collard est aussi un avocat, est-ce un métier plus "moral" que banquier de s'engraisser sur le malheur des autres ? Que connaissent-ils tous les deux du monde ouvrier ou paysan ? Rien, absolument rien mais ils en exploitent sans vergogne les difficultés pour leur propre intérêt.
a écrit le 29/04/2017 à 11:37 :
...Pour rappel: un "Banquier" est un propriétaire (actionnaire) d'une banque!...
Un "Bancaire" est un salarié (employé, agent de maîtrise, cadre supérieur ou non), soit environ 300.000 personnes en France!..
Dans le cas qui nous occupe, monsieur Macron n'était ni l'un ni l'autre, mais un simple prestataire de services de conseil à forte valeur ajoutée auprès d'une banque!...
A ce titre, il était à son compte, sous le régime des indépendants, à l'instar de millions d'autres personnes en France, tels les chauffeurs de BlaBla Car ou de Uber, ou mon médecin de famille, voire celui de Mme Le Pen!..
Arrêtez (svp)ces verbiages dignes d’illettrés d'un pays du Tiers Monde!..
a écrit le 29/04/2017 à 10:41 :
Votre argent nous interesse
a écrit le 29/04/2017 à 8:22 :
les banques oui mais comme une entreprise prive
ou national comme toute les autre
mais que l'etat soit oblige de payer des intérêts non
l'etat doit contrôler les banques et non l'inverse
proné par m macron
qui detient le pouvoir
si c'est les banques l'etat est obsolette
et les elus ne sont que des pantins
ainsi que toute les lois et prelevement comme les impots et autre taxes
Réponse de le 29/04/2017 à 9:22 :
Payer les intérêts permet de payer les salariés. C'est quand même utile non?
L'Etat démontre trop souvent son incapacité à gérer une entreprise, c'est la ruine à coup sûr
Réponse de le 29/04/2017 à 12:39 :
Le mythe du lobby bancaire ou du lobby de la finance a la vie dure ... L'état ne pas payer d'intérêt ? L'état contrôler les banques ? Et pourquoi pas les constructeurs automobiles ou les fournisseurs de services téléphoniques ou les fabricants de tuyaux d'arrosage ?
a écrit le 29/04/2017 à 7:36 :
Qui est dupe? Derrière la mise au pilori de la figure du banquier c'est le nez du viel antisémitisme de l'extrême droite qui pointe. Relisez " les sages de Sion " cette bible du fascisme pour vous rafraîchir la mémoire. A bon entendeur salut !
a écrit le 28/04/2017 à 22:44 :
"On a le droit d'être PATRIOTE, ça n'est pas une faute morale"

les électeurs ne font pas de faute morale, le Front National est un vrai parti politique historique LéGAL, et alors il est très respectable et respecté par les électeurs
a écrit le 28/04/2017 à 19:45 :
En effet, tout comme l'idéologie de droite qui n'est pas haïssable loin de là mais dont les dépositaires ont fait n'importe quoi.

Maintenant faire un article de la sorte sans parler de la dérive de la finance mondiale c'est plus que subjectif. Il n'y a décidément rien de plus affligeant que ces philosophes à gage. Platon aura fait beaucoup de mal.
Réponse de le 29/04/2017 à 1:49 :
C'est clair : je suis individualiste, mais le fric, c'est pour moi et pas seulement pour la finance. Rien compris...
Réponse de le 30/04/2017 à 21:39 :
"C'est clair : je suis individualiste, mais le fric, c'est pour moi et pas seulement pour la finance."

Vous pourriez développer cette phrase incompréhensible svp ?

"Rien compris... "

Tu m'étonnes...
a écrit le 28/04/2017 à 19:30 :
sauf si on fait parti d'un gouvernement avec un petit président haissant la finance, c'est ce qu'a dit hollande et avec macron durant 5 ans, non???
Réponse de le 29/04/2017 à 11:03 :
mais aussi Obama qui traitait les banquiers de "fat cats" en 2009 et qui aujourd'hui donne des conférenes à 400.000 Dollars aux banque, le tarif le plus élevé que n'a jamais eu un politique. Les conférences de Clinton et de Sarkozy sont du pipi de chat à côté !
a écrit le 28/04/2017 à 18:58 :
La faute moral, ce n'est pas d'être banquier; c'est de gagner 2 Millions d'Euros en 2 ans.
Réponse de le 29/04/2017 à 12:42 :
Si tel devait être le cas, jusqu'à combien est-on "moral" ?
a écrit le 28/04/2017 à 18:22 :
D'ailleurs, il n'y a même pas de crise économique mondiale depuis 2007-8.
a écrit le 28/04/2017 à 18:09 :
Banquier, cela devrait être une fonction pas un métier, la monnaie est un moyen d'échange public!
a écrit le 28/04/2017 à 17:07 :
C'est bien de publier un article comme cela.
Cette élection est une foire au massacre à l'élite, entre l'assureur et le banquier, tous des voyous, tous des voleurs...
Normalement, il devrait y avoir une commission d'éthique qui interdise ce genre de comportement en supprimant l'accès médiatique à un candidat qui se comporte de cette manière. Ce ne sont pas les banques qui ont exigé que Whirlpool partent en Pologne, non ?
Les dirigeants américains ont été littéralement DRAGUES par des politiques polonais qui vont les installer dans une zone franche fiscale avec des salaires / 3.
Alors, ils sont où les voyous moralistes ? Retournez le miroir !
a écrit le 28/04/2017 à 16:53 :
Entre Un MACRON qui va gérer la France comme une jeune startup et une LEPEN qui va gouverner le pays comme un état communiste ,les Francais sont vraiment pris a la gorge !
a écrit le 28/04/2017 à 16:41 :
Je vais voter macron....a reculons, comme au premier tour
Le réel problème ce pays est au il est sans direction depuis 30 ans
La desindustrialisation du pays, prelude a sa descente aux enfers actuelle...est moins dut aux syndicat au a notre elite qui s est globalisée, et qui pense dur comme fer que les usines sont faites pour les pays pauvres.....
On voit le résultat
Hors sans industrie, le reste ne suit pas vraiment.....
Autre défaut de nos elites....politiques et économiques...protection des pres carrés....et manque d audace financière.....
Donc le,capital ronronne sans plus rien produire ni inventer.....
Alors que l innovatin est la base du model,dominant....
Depuis 30 ans, on passe son temps a vouloir faire,des,économies plutôt au a produire de la richesse.....d ou les délocalisations....plutot que la modernisation des outils de production, l investissement,dans la recherche,et la formation ....
Et je ne crois pas que macron,changera ca
a écrit le 28/04/2017 à 16:22 :
Il n'y a pas non plus de fumée sans feu. Si les gens, et pas seulement en France, ont des griefs contre les banquiers, c'est bien que leur façon de faire parait douteuse, voire maffieuse dans certains cas. Le "philosophe" nous parle aussi des plombiers et des électriciens. Mauvaise pioche, parce que ceux-là aussi, les gens s'en méfient comme de la peste. Cela dit, si Macron a été honnête, et on le saura un jour, le sujet ne devrait pas faire débat. Toutefois, le dernier monsieur propre (Fillon) a déçu même son propre camp, alors soyons prudents :-)
Réponse de le 29/04/2017 à 12:47 :
Et aux banquiers, plombiers, électriciens ajoutons les assureurs, les avocats, les fournisseurs de services de téléphonie, les politiques bien sur, les media ça va sans dire, les dentistes, les opticiens, les marchands de marrons grillés, bref, méfions nous de tout le monde et ah... ça ira de suite mieux. Tout ça c'est du procès d'intention. mon cher Patrick.
a écrit le 28/04/2017 à 15:10 :
Je n'irai pas voter au 2° tour. Je ne voterai même pas "blanc". Je ne veux pas participer cette fois à la grande manipulation "politico-mérdiatique" qui a conduit à cette situation.
Le "cirque" autour de cette élection est insupportable, c'est du mauvais cirque, avec de mauvais artistes sous un chapiteau délabré. La seule constante que je n'oublie pas, c'est que le FN est un parti dangereux et que je ne voterai jamais pour un quelconque de ses candidats... mais ce n'est pas pour autant que cette fois je voterai Macron. Je veux qu'il sente le vent du boulet et qu'il se souvienne de ce vent pour les prochaines 5 années à venir.
Réponse de le 28/04/2017 à 15:44 :
OPPOSER les français et faire passer le candidat qu' on nous vend plus
propre en face pour le faire gagner au deuxième tour.

Analyse d' ASSELINEAU, véritable politique, intellectuel, ostracisé intentionnellement et toujours excellent.


Dommage qu' il n' ait disposé que de 0,9 % du temps médiatique de Micron, produit du système.

Je n'irai pas voter, non plus.

https://www.upr.fr/actualite/france/le-fn-epouvantail-consentant-au-service-du-systeme
Réponse de le 28/04/2017 à 19:27 :
que dire de plus? les Français enfin certains se sont faits bernés par hollande alors son hologramme en pire non merci, la lepen pfff même tâche.
Réponse de le 29/04/2017 à 7:26 :
Sauf si Marine est élue
a écrit le 28/04/2017 à 15:04 :
rien de mal à avoir été un banquier d'affaires, un peu plus génant de représenter des lobbies financiers...surtout quand on doit le président de tous les francais.
a écrit le 28/04/2017 à 14:58 :
Ça dépend du poste occupé et du degré de moralité de la personne. Banquier, ça ne veut rien dire, il y a les dépeceurs d'entreprises, qui utilisent le personnel comme variable d'ajustement. D'autres qui ont contribué au Krach de 2008 , avec la titrisation ou les produits structurés. D'autres encore avec le trading qui avec l'appui des managers , spéculent sur les marchés en utilisant les fonds propres de la banque. Pour le citoyen lambda , il y a l'attaché de clientèle qui vous accordera ou pas un crédit.
Réponse de le 28/04/2017 à 16:51 :
Enfin sur 370 k personnes travaillant dans la banque en France, 99% font des travaux dont on ne peut attaquer la portée morale : instruire un crédit, traiter les chèques impayés, ouvrir un PEL.
a écrit le 28/04/2017 à 14:08 :
Il n'y a rien de mal à avoir été "banquier" au moins il en connaît les arcanes et les propos outranciers indignes d'un prétoire de l'avocat Collard sont la preuve que la Le Pen a déteint sur lui.
a écrit le 28/04/2017 à 14:08 :
Dans ce pays on aime pas ceux qui réussissent, sauf ceux qui tapent dans un ballon. C'est comme ça.
Dimanche soir, Macron n'aurait pas du aller à la rotonde, il aurai du mettre un béret, et aller boire un coup de rouge dans un bistrot.
Réponse de le 28/04/2017 à 14:53 :
"Dans ce pays on aime pas ceux qui réussissent, sauf ceux qui tapent dans un ballon".

Zidane qui vient d'appeler à voter Macron.
Réponse de le 28/04/2017 à 14:57 :
C est sur que d aller feter sa victoire tel un Sarkozy dans un restaurant de luxe a paris aide pas a aller demander le lendemain a des gens a triffouillis de voter pour vous. Faut etre coherent
a écrit le 28/04/2017 à 13:57 :
Le système bancaire est manipulé par les lobbyistes à Bruxelles, la commission européenne est grand-grainée par les voyous de la finance qui agissent en bandes organisée pour plumée la laine sur le dos des citoyens qui se lèvent tôt pour gagner la misère ;

Dans cette europe pourrie, le vers est dans le fruit,

nos voisins le Luxembourg, la Belgique, l'Irlande sont des paradis fiscaux qui piétinent la France,

d'autres pays européens comme la POlogne, la Hongrie, la Slovaquie, la Tchéquie, la ROUMANIE vident nos usines en se servant des énormes subventions de cette europe pourrie,

ces subventions proviennent des impôts des Francais ;

Oui Macron est un homme extrêmement dangereux pour la France.

Il y a 3 possibilités pour la Présidentielle et éviter le périle MacronHOLLANDE,

s'abstenir, ou voter blanc ou pourquoi pas de voter FN qui est un parti autorisé par la République, ce sera toujours moins grave que ce que la France vit depuis 15 ans.
Réponse de le 28/04/2017 à 16:53 :
Le 7 mai, allez à Bruxelles déguisé en Dark Vador et passez votre journée là bas avec vos copains de l'empire.
Réponse de le 28/04/2017 à 17:29 :
La question étant : pourquoi les Etats ont-ils adoptés une monnaie commune en ne réglant jamais le problème de différence fiscale ?

Si on demande un déficit budgétaire limité à 3% du PIB, les mêmes sont capables d'exiger une fourchette pour les tranches sociales et fiscales (par exemple : taux IS entre 18% et 28%). Car ce ne sont pas les banquiers qui attirent les entreprises, mais bien les politiques locaux par la suite !
Mais il est bien plus facile de tacler la finance.
Réponse de le 29/04/2017 à 7:30 :
N'oublions pas que c'est le Royaume Uni qui a poussé l'agrandissement de l'Europr pour la cassée et interdit toute Europe sociale
a écrit le 28/04/2017 à 13:15 :
Y en a un peu marre des pleureuses.

Vous voulez faire de la place à MLP, il faudra assumer vos calculs et pouvoir vous regarder dans la glace après.

Fillion et Mélechon ont disparu au premier tour point.
Vous voulez faire la fine bouche, depuis 2012 on sait ce que ça donne. La droite refuse la défaite... l'extrême gauche refuse la défaite.

Ok mais assumez vos choix, soit on respecte les institutions soit non.
Abstenez vous votez MLP mais il ne faudra pas pleurer derrière.

On Poutine on a Trump on a Maduro on a Erdogan alors pourquoi pas MLP, pourquoi pas, vous me faîtes pleurer.
Réponse de le 28/04/2017 à 13:34 :
Parce que c' est le Fn qui permet de puis 30 ans d' installer le ..concurrent qui est face à lui au deuxième tour. Abstention ...

https://francais.rt.com/opinions/37561-francois-asselineau-upr-presidentielle-france-foncer-vers-desastre
a écrit le 28/04/2017 à 13:12 :
On a le droit d'être banquier (poser le problème en ces termes montre bien le caractère sophiste de la rhétorique du philosophe). On ne peut se passer d'eux. En revanche "on" n'a pas le droit d'être un spéculateur, un prédateur, un rouage des paradis fiscaux, un blanchisseur d'argent sale, un des agents du totalitarisme financier cause de misères sociales et de destruction de notre environnement écologique.
Réponse de le 28/04/2017 à 13:58 :
brice lalonde ( le fondateur d'europe ecologie) disait que le pire pollueur c'etait... l'etat..... et vu que ses amis de neo gauche ultra extreme hurlaient, il leur rappelait que le lac baikal n'a pas ete envoye au tas par des mechants capitalistes avides d'argent bien frais, mais plutot par des gentils communistes petris du bonheur des peuples, entre deux executions et deux deportations pour tous!
apres, chacun est libre de voir le totalitarisme, la misere sociale et la destruction de l'environnement ou il veut.......
demandez aux venezueliens ce qu'ils en pensent! ( oui, les nords coreens, ca va etre plus dur!)
Réponse de le 28/04/2017 à 14:01 :
Nous sommes dans un pays libre, on peut faire ce que l'on veut tant qu'on respecte les lois. Porter des jugements de valeurs, jeter l'anathème sur X ou y comme prédateur ou spéculateur, c'est une réthorique des années 20 en russie, on connait la suite.
Un particulier qui achète un appartement pour le retaper et le vendre avec un eplus value est un spéculateur. Alors ? Vous le mettez en taule ?
On n'a pas le droit de faire certaines choses, mais on a le droit d'être qui on y est. C'est la liberté, souvenez vous en.
Réponse de le 28/04/2017 à 15:10 :
@churchil

"mais plutot par des gentils communistes petris du bonheur des peuples, entre deux executions et deux deportations pour tous!"

Tu devrais être content ,Pierre Laurent secrétaire général du Parti communiste français vient d'appeler à voter Macron sans "chèque en blanc", bien sur.
a écrit le 28/04/2017 à 12:52 :
Le zozoteur ferait mieux d' essayer de comprendre et nous expliquer avec sa hauteur de vue les ressorts qui ont présidé à l' installation de Macron dans les médias il y a un an et par qui il l' a été tout en subornant la démocratie... https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/
a écrit le 28/04/2017 à 12:39 :
le francais est un catholique anticlerical et socialiste, en clair ' il n'aime pas l'argent des autres, qui est sale et immoral' !!! par contre, concernant son argent propre ' touche pas au grisbi, c'est de l'argent juste'..........
c'est un pb qui ne se pose pas dans les pays nordiques ( cf max weber ' ethique protestante et esprit du capitalisme') et qui explique bcp de pbs de ce pays.....
pour le reste, l'attaque est justifiee au juger du niveau de la campagne;
j'espere qu'avec une premiere partie qui a consiste a analyser la couleur des slips de fillon, vous n'en esperiez pas plus!!!!
sinon vous allez etre decu...
a écrit le 28/04/2017 à 12:31 :
Ce que n’a pas compris ce philosophe, visiblement, c’est que ce qu’on reproche à Macron, ce n’est pas exactement d’avoir été banquier (et encore, les sommes gagnées par si peu de travail sont absolument scandaleuses), mais d’être au SERVICE des banques, des entreprises, des riches et des puissants, et de vouloir livrer tous les intérêts de notre pays aux seuls riches, de leur permettre d’en confisquer toujours plus de richesses au détriment du bien commun et des citoyens de ce pays.
Macron est un destructeur de civilisation, un destructeur de lien social. Il n’a aucune valeur autre que l’argent, nouveau Dieu. Enfin, il n’a toujours pas compris l’urgence pourtant absolue de l’écologie, nécessaire à la simple survie de notre espèce.
Réponse de le 28/04/2017 à 13:19 :
Donc en résumé vous lui reprochez de faire un travail sans le connaître.
C'est bien.

Moi ce que je reproche à Staline, Lénine et Trotsky c'est d'avoir fait massacrer leurs oppposant sur le même raisonnement.
Réponse de le 28/04/2017 à 14:04 :
Votre haine vous aveugle.
Macron n'adore pas l'argent, il ne se serait jamais engagé en politique si c'était son but dans la vie.
Réponse de le 28/04/2017 à 14:10 :
@TH-Gemini: et vous croyez que c'est le peuple qui fait vivre le pays ou qui crée de l'emploi? Désolé mais ce sont les entreprise qui le font. D'ailleurs les gouvernement de gauche (jospin/hollande) et de droite (tous les autres) aident les entreprises pour qu'elles crées de l'emploi et des richesses. Et ca marche! ne vous en déplaise. Sinon c'est du communisme
Réponse de le 28/04/2017 à 15:03 :
@icietla

" aident les entreprises pour qu'elles crées de l'emploi et des richesses. Et ca marche! ne vous en déplaise. Sinon c'est du communisme "


Pas toujours ,voir les 42 millions de CICE pour Whirlpool qui ne seront jamais rendu d'ou les demandes de remboursement de Philippot mais aussi de Hamon et Xavier Bertrand.
Réponse de le 28/04/2017 à 20:07 :
Haha.Quelle blague. Les entreprises ne créent absolument rien. Ce ne sont que les structures qui permettent au possédant de récupérer la richesse créées par ceux qui travaillent.

Une entreprise, sans salarié, elle fait quoi ? Elle crée quoi ? Essayez de créer une entreprise sans personne pour faire le travail.

Maintenant, sur les autres points abordés : sérieusement, vous trouvez ça normal que certains gagnent autant pour si peu de travail (Macron, par exemple, mais il y a encore pire), tandis que d’autre, pour tout autant de travail, vont gagner une misère.

Comment justifier de telles différences ? L’infirmière qui s’occupe de vous à l’hôpital ou celle qui s’occupe de nos anciens dans une maison de retraite a des conditions de travail scandaleuses, gagne des clopinettes, malgré son utilité sociale avérée.
À l’inverse, des parasites comme Macron, qui n’a rien fait d’utile, simplement fusionner deux grosses entreprises, vont gagner en un an ce que l’infirmière mettra 96 ans à gagner. Soit deux vies de travail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :