Remaniement : Griveaux fier de l'arrivée à Paris de l'Autorité bancaire européenne

 |   |  357  mots
Benjamin Griveaux a été nommé porte-parole du gouvernement à la place de Christophe Castaner.
Benjamin Griveaux a été nommé porte-parole du gouvernement à la place de Christophe Castaner. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
En quittant son poste de secrétaire d'Etat à l'Economie, Benjamin Griveaux a dit samedi sa fierté d'avoir participé lors de son passage à Bercy à la relocalisation à Paris de l'Autorité bancaire européenne (EBA).

Lors de la cérémonie de passation de pouvoir avec sa remplaçante, Delphine Gény-Stéphann, Benjamin Grivaux 39 ans, a évoqué la venue à Paris du siège de l'EBA, actuellement basée à Londres. Nommé vendredi porte-parole du gouvernement au poste de Christophe Castaner, il quitte son poste de secrétaire d'Etat à l'Economie.

Le transfert suite au Brexit de l'EBA, avec ses quelque 170 employés, a été décidé en début de semaine à Bruxelles. L'agence avait suscité huit candidatures, dont celles de Luxembourg, Bruxelles, Varsovie ou Vienne. Paris l'a emporté face à Dublin, après trois tours de vote et un tirage au sort.

Lire aussi : Brexit : l'Autorité bancaire européenne ira à ... Paris !


"Je ressens de la fierté car on a de premiers résultats qui apparaissent", a affirmé M. Griveaux face à la presse. "On nous avait dit que c'était impossible", a-t-il souligné. "Nous y sommes arrivés à l'évidence (...) parce que sans doute le regard à l'étranger sur la France a changé. Le regard de nos partenaires est en train de se modifier", a estimé le nouveau porte-parole du gouvernement.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est de son côté félicité du chemin parcouru au côté de son ancien secrétaire d'Etat durant leur collaboration de sept mois à Bercy.

"Paris 'ennemi de la finance' qui devient aujourd'hui une des premières places financières en Europe : ce chemin, je pense sincèrement qu'il te doit beaucoup", a dit le ministre à son ancien secrétaire d'Etat.

Ce dernier, un des fidèles de Macron, est remplacé par Delphine Gény-Stéphann, 49 ans, une ingénieure des Ponts qui a débuté sa carrière à la direction du Trésor avant de rejoindre le groupe de matériaux de construction Saint-Gobain en 2005.

Elle a relevé que son expérience politique se résumait "à une page blanche". "J'arrive avec une expérience différente, une expérience riche au sein du groupe Saint-Gobain, une expérience du monde de l'entreprise, de l'industrie, de l'international et j'espère que cette expérience me permettra d'apporter une contribution particulière, complémentaire", a-t-elle déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2017 à 14:57 :
Quel égo surdimensionné ! Le Maire et Griveaux oublient de priser que Paris a offert des locaux libres de tout loyer ! Encore une facture pour le CONtribuable : vite une nouvelle taxe aux 280 déjà existantes !
a écrit le 26/11/2017 à 11:14 :
Il vaut déjà se profiler sa villa à nice.
a écrit le 26/11/2017 à 6:16 :
Le banquier Macron a préféré la finance à Paris ( une centaine d'emplois) , plutôt que la médecine à Lille !! ( un millier d'emplois) !! Ah racine ( bancaire ) quand tu nous tiens !!
a écrit le 25/11/2017 à 19:30 :
Griveaux nous prend pour des merles, voilà encore un unioniste produisant une vison à son papa.

Le budget voté par les Parlementaires pour l'U.E dans la loi des finances 2018 a augmenté de 1,5 milliards d'euros par rapport à 2017 (passage de 18,7 milliards en 2017 à 20,2 milliards). Et voilà le travail. Ce qui n'a pas été payé en 2017 pour permettre à Microminus de se glorifier d'être passé sous la barre de 3% de déficit sera payé avec quelques mois de retard.

Et alors que Fillon déclarait être premier ministre d' un pays failli, tels les shadocks nous accélérons à ..pompage forcée, la pompe à finance et notre Griveaux héraut de cette union en péril n' y pourra rien changer sinon acquiescer au chargement de la mule France dont le bât ruine les côtes ..

Heureux anglais, Frexitons tous ensemble et vite !
a écrit le 25/11/2017 à 18:18 :
quel tartuffe ce "génie", on gagne 170 postes avec l'autorité bancaire du pognon (bien du macron ça) et on perd 900 postes de chercheurs avec l'Autorité du médicament.....tout est dit par cet arrogant personnage, le POGNON d'abord le reste, santé, chômage RAF rien à foutre.
a écrit le 25/11/2017 à 17:02 :
Paris ennemi de la finance mais je rêve même sous M. Hollande la place de Paris était florissante la signature de la France a toujours été plébiscitée car n’oublions pas le bas de laine, les placements dans les livrets, l’assurance vie sont indirectement une garantie pour les investisseurs sans oublier le patrimoine qui est loin d’être taxé à son maximum malgré ce que peuvent croire les propriétaire. Nos banques sont solides et la finance est protégée. Non l’exécutif actuel n’a pas plus valorisé la place de Paris preuve le budget 2018 est supérieur de 7 milliards à celui de 2017 l’exécutif actuel creuse un peu plus la dette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :