Scandale Danske Bank : une grande banque européenne et deux américaines impliquées

 |   |  410  mots
Près de 150 milliards de dollars des transactions suspectes de Danske Bank auraient transité via la filiale américaine d'une importante banque européenne selon le lanceur d'alerte, Howard Wilkinson, ex-responsable du trading, qui a témoigné devant le Parlement danois.
Près de 150 milliards de dollars des transactions suspectes de Danske Bank auraient transité via la filiale américaine d'une importante banque européenne selon le lanceur d'alerte, Howard Wilkinson, ex-responsable du trading, qui a témoigné devant le Parlement danois. (Crédits : Ritzau Scanpix Denmark)
Le lanceur d'alerte à l'origine des révélations du scandale de blanchiment d'argent impliquant la première banque danoise a déclaré que 150 milliards de dollars avaient transité via une importante banque européenne, qui pourrait être Deutsche Bank, et deux américaines.

[Article mis à jour à 22h20]

Nouveau rebondissement dans l'affaire Danske Bank. Le lanceur d'alerte à l'origine des révélations sur le scandale de blanchiment d'argent qui a plongé la première banque du Danemark dans la tourmente, Howard Wilkinson, était auditionné ce lundi 19 novembre devant le Parlement danois. Il a affirmé que d'autres banques étaient impliquées dans les 200 milliards d'euros de transactions suspectes ayant transité via la filiale estonienne de Danske, depuis les comptes de non-résidents, entre 2007 et 2015 : la filiale américaine d'une importante banque européenne et deux banques américaines.

"J'estime que 150 milliards de dollars ont transité par cette banque en particulier [la grande banque européenne] aux États-Unis", a déclaré le Britannique, sans citer les établissements en question. "Personne ne sait vraiment où cet argent est allé. Tout ce que nous savons, c'est que ces trois grandes banques aux États-Unis ont été les dernières à le voir. Elles étaient les derniers contrôles et lorsque cela a échoué, l'argent était dans le système financier mondial", a-t-il ajouté.

Les regards se tournent notamment vers Deutsche Bank, JPMorgan et Bank of America qui ont toutes réglé des transactions en dollars pour la filiale estonienne de Danske, certaines jusqu'en 2015, selon des informations de l'agence Reuters.

Deutsche Bank a bien réglé des transactions pour Danske Bank en Estonie mais a mis fin à sa relation avec la banque en 2015 après avoir découvert des activités douteuses, a déclaré lundi un porte-parole de la banque allemande.

Tentative d'acheter le silence du lanceur d'alerte

L'affaire Danske Bank couvait depuis plusieurs mois et a éclaté au grand jour en septembre, lorsque la banque a rendu public un rapport d'enquête édifiant. Peu après, le directeur général, Thomas Borgen, a démissionné, suivi du président du conseil, Ole Andersen, écarté à la demande du principal actionnaire de la banque danoise, la famille Maersk.

Dans son témoignage devant le Parlement, Howard Wilkinson a souligné que Danske Bank avait proposé d'acheter son silence mais qu'il avait reçu une autorisation le mois dernier lui permettant de parler aux autorités américaines, ajoutant qu'il ne s'attendait pas à ce que les enquêtes soient couronnées de succès.

"Nous sommes maintenant à la fin de l'année 2018 et nous parlons d'argent sale de 2007 à 2015, il n'y a aucune chance dans le monde [...] que le moindre centime soit retrouvé et qu'un quelconque criminel perde un seul centime", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :