Société Générale va utiliser, elle aussi, la rupture conventionnelle collective

 |   |  228  mots
L'accord d'accompagnement social présenté par la banque de La Défense va permettre la montée en expertise des collaborateurs par une refonte des métiers, une redéfinition des compétences et des parcours d'évolution professionnelle.
L'accord d'accompagnement social présenté par la banque de La Défense "va permettre la montée en expertise des collaborateurs par une refonte des métiers, une redéfinition des compétences et des parcours d'évolution professionnelle". (Crédits : Reuters)
La banque a mis en place un accord "d'accompagnement social" sur la restructuration de son réseau d'agences en France, un dispositif qui exclut tout licenciement économique et introduit la rupture conventionnelle collective. La Société générale avait déjà annoncé la suppression de 2.135 postes dans son réseau français d'agences bancaires d'ici à 2020.

La Société générale a annoncé jeudi la signature avec trois syndicats, majoritaires au sein du groupe bancaire, d'un accord sur la restructuration de son réseau d'agences en France, un dispositif qui exclut tout licenciement économique et introduit la rupture conventionnelle collective.

Lire aussi : La rupture conventionnelle, jackpot pour les cadres

La Société générale avait déjà annoncé la suppression de 2.135 postes dans son réseau français d'agences bancaires d'ici à 2020.

Lire aussi : Société Générale va supprimer 900 emplois et 300 agences en France

"Refonte des métiers" et "montée en expertise"

Cet accord d'accompagnement social "va permettre la montée en expertise des collaborateurs par une refonte des métiers, une redéfinition des compétences et des parcours d'évolution professionnelle", souligne la banque dans un communiqué.

"L'accord, qui exclut tout licenciement pour motif économique, donne la priorité au reclassement interne (formation, aides à la mobilité géographique...). Il permet par ailleurs aux salariés d'opter pour une rupture conventionnelle collective pour réaliser un projet, ou de bénéficier d'un aménagement de fin de carrière."

La Société générale ajoute qu'elle poursuit parallèlement son plan de développement "avec plus de 2.000 embauches par an en France, dont 400 jeunes".

Lire aussi : Banques : plus de 9.000 agences fermées en Europe l'an dernier

 (Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2018 à 9:51 :
On peut noter que la CGT est favorable à cette RCC et la CFDT contre.

Ce jeudi, trois syndicats représentants une majorité des salariés de la Société Générale (SNB/CFE-CGC, CGT, CFTC) ont en effet signé l'accord organisant la suppression de 2.135 postes dans son réseau d'agences d'ici à 2020.« Nous avons certes combattu les ordonnances travail et les ruptures conventionnelles collectives mais cet accord offre aux salariés des garanties similaires à celles dont ils ont bénéficié lors des plans précédents, notamment il n'y aura pas de départ volontaire si les salariés ne présentent pas de projet individuel », fait valoir Philippe Fournil, délégué national CGT à la Société Générale. La CFDT, seule organisation syndicale à s'être opposé à ces mesures, n'est pas de cet avis : « La direction décide qui est employable et qui ne l'est plus, ce ne sont pas des mesures qui permettent un réel volontariat », estime Monique Motsch, déléguée nationale CFDT. Au total, depuis 2016, la Société Générale a annoncé 3.450 suppressions de postes d'ici à fin 2020 dans son réseau français, soit près de 9 % de ses effectifs.
a écrit le 01/03/2018 à 21:16 :
Heureusement que l'emploi redémarre....😎

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :