Carlos Ghosn et Renault ont rendez-vous au tribunal pour 250.000 euros

 |   |  631  mots
(Crédits : MOHAMED AZAKIR)
Carlos Ghosn affrontera vendredi son ancien employeur Renault, par avocats interposés, pour réclamer une indemnité de départ à la retraite de 250.000 euros devant le conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

L'audience en référé (procédure d'urgence) est prévue à partir de 9 heures, ce vendredi. Aucune décision sur le fond n'est attendue le jour-même. Si l'affaire est retenue, elle sera plaidée et la décision mise en délibéré dans un délai de 15 jours à un mois. La saisie des prud'hommes par Carlos Ghosn, révélée en janvier, avait suscité plusieurs réactions indignées dans une France en plein débat sur la réforme des retraites.

"C'est indécent ! C'est quelqu'un qui a massacré l'emploi, l'industrie et qui veut aller aux prud'hommes comme un salarié qui a été licencié (...) chez Renault", avait notamment déclaré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez. Le litige porte sur le non versement d'une indemnité de départ en retraite de 249.999,99 euros réclamée par Carlos Ghosn. Ce dernier avait été contraint de quitter ses fonctions de PDG de Renault le 23 janvier 2019, quand il était en prison au Japon pour diverses malversations présumées révélées par le constructeur japonais Nissan (dont il présidait aussi le conseil d'administration). Au printemps 2019, l'ancien dirigeant de 65 ans avait fait les démarches pour liquider ses droits à la retraite.

"Il bénéficie du versement de cette pension depuis le 1er juin 2019, tant au titre du régime de base que du régime Agirc-Arrco", a-t-on indiqué dans son entourage. "Or, en dépit de (...) ses demandes répétées auprès de (Renault), son indemnité de départ en retraite ne lui a toujours pas été versée", plus d'un an après son départ. Du côté de Renault, on considère que M. Ghosn n'a pas droit à cette indemnité dans la mesure où il n'était plus salarié de l'entreprise depuis des années.

Les documents de référence du groupe au losange stipulent qu'on ne peut cumuler un statut de mandataire social avec un contrat de travail. Or, M. Ghosn disposait de ce statut de mandataire depuis sa nomination comme PDG en 2005. Les défenseurs de Renault considèrent que le contrat de travail était dès lors rompu, tandis que ceux du dirigeant estiment qu'il n'était que suspendu.

"J'ai des droits"

La patron déchu avait été libéré sous caution et assigné à résidence au Japon avec interdiction de quitter le territoire. Mais il avait réussi à fuir le pays en fin d'année pour se réfugier au Liban, estimant qu'il n'aurait pas bénéficié d'un procès équitable alors qu'il nie toutes les accusations.

Début janvier, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, Carlos Ghosn avait lancé une contre-attaque. "J'ai des droits vis-à-vis de Nissan, vis-à-vis de Renault, qui n'ont pas été respectés et je compte bien les réclamer en justice", avait-il prévenu. Outre son indemnité de départ à la retraite, Carlos Ghosn réclame à Renault ses droits à une "retraite-chapeau" pour un montant brut de 774.774 euros par an ainsi que 380.000 actions, d'une valeur de près de 12 millions d'euros au cours actuel, qui lui avaient été attribuées entre 2015 et 2018 en récompense des bonnes performances du constructeur.

Sur ces deux sujets, Carlos Ghosn a menacé de saisir un tribunal de commerce qui devra essentiellement se prononcer sur les conditions de son départ. L'intéressé estime avoir été contraint de se retirer pour permettre à Renault de fonctionner, compte tenu de son arrestation au Japon en novembre 2018. Dans sa lettre, il considère avoir informé Renault de sa décision de quitter l'entreprise afin de prendre sa retraite. Mais le groupe au losange voit dans ce départ une démission qui annule ses droits à la "retraite-chapeau" et aux actions de performance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2020 à 10:34 :
Ce genre de cas nécessite de faire preuve d’esprit critique plus que d’usage. Quand on voit comment est traité un ex-patron qui a porté son alliance pendant 10 ans jusqu’à la faire devenir n°1 mondial…je n’ose même pas imaginer comment un salarié lambda sans plus de mérite que quiconque doit se faire « broyer » au moindre faux pas (ou pas)… Jeunes salariés de Renault-Nissan : fuyez !
a écrit le 20/02/2020 à 10:16 :
Qu'il vienne les demander lui même ! Lamentable.
a écrit le 19/02/2020 à 19:20 :
son argent de poche pour 2 ou 3 jours !
a écrit le 19/02/2020 à 17:57 :
Carlos Hhosn n'en a pas terminé avec la justice puisque à la suite d'une enquête préliminaire sur des soupçons d'abus de bien sociaux chez Renault visant notamment Carlos Ghosn, le parquet de Nanterre vient d'annoncer avoir transmis l'enquête à un juge d'instruction.
a écrit le 19/02/2020 à 14:08 :
Carlos Goshn est très rusé il a toujours eu une vision a court terme et personnel pour Renault tout en laissant croire le contraire,et cela marche encore quand on lit les commentaires.Ce qui a manqué a cette entreprise c’est une direction avec une vision a long terme œuvrant pour l’avenir et usinant des modèles de voitures qui correspondent a un réel besoin et donne envie.Oublions très vite cette décennie de prévarications multiples et regardons vers l’avenir.
a écrit le 19/02/2020 à 12:39 :
C'est là qu'il faut peut-être faire preuve de recul et d'esprit critique plus que d'usage. Quand on voit comment est traité un ex-patron qui a porté le groupe pendant 10 ans en le faisant devenir n°1 mondial...je me demande comment un ex-salarié lambda sans plus de mérite que quiconque chez Renault doit pouvoir se faire broyer par la boite au moindre faux pas (ou pas...) Jeunes salariés, je n'ai qu'un mot : Fuyez cette entreprise, elle fait peur !
a écrit le 19/02/2020 à 11:06 :
il y en a qui doute de rien. Il se paie sur la bete, se fait prendre la main dans le sac et maintenant reclame 250 000 € (une broutille pour lui). Renaulkt a qu a payer en lui demandant de venir chercher l argent dans ses bureaux a Tokyo ...
Réponse de le 19/02/2020 à 18:43 :
CD ,tes suggestions a un ancien patron , ne volent vraiment pas haut , vous le meprisez , demandez-vous si vous arrivez a ses chevilles ? il faut savoir que c qd meme un grand dirigeant ,les accusations ? on en trouve si on fouille bien toutes les grandes entreprises mondiales ,,,
Réponse de le 20/02/2020 à 8:54 :
1) Goshn a redresse Nissan mais a Renault il n a pas ete tres bon. La preuve, Renault ne va pas tres bien et le gros du benefice vient de Dacia, qui est le fruit d un de ces predecesseurs. Goshn a loupe le marche de l electrique (c est pas tesla) et semble en retard sur la voiture autonome

2) c est pas parce qu on ets un grand dirigenat qu on a le droit de tout faire. J irai meme jusqu a dire qu au contraire on doit se comporter comme un modele (cf De Gaulle). Goshn etait tres bien paye mais ca lui suffisait pas et il a decide de taper dans la caisse. Comment un homme qui gagnait 15 millions par ans peut decider de reclamer 250 000 € ?

3) je serai peut etre pas aussi bon que Goshn mais je suis sur qu a renault ils en ont deja une centaine qui aurait aussi bien ou mieux que lui (et pour beaucoup moins cher)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :