Opel : la solution Magna toujours privilégiée par Berlin

 |   |  194  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
General Motors n'est pas parvenu à s'entendre avec le gouvernement allemand sur le nom du repreneur de sa filiale européenne. Trois candidats sont en piste: le canadien Magna, le chinois BAIC et la holding belge RHJ International.

Le sort d'Opel n'est toujours pas fixé. General Motors, la maison mère du constructeur automobile européen, et le gouvernement allemand, qui a fait de ce dossier un enjeu stratégique à deux mois des élections législatives, ne sont pas encore parvenus à se mettre d'accord sur l'identité du futur repreneur. Trois groupes sont candidats: l'équipementier canadien Magna International, le constructeur chinois BAIC et la holding financière RHJ International.

Alors que Magna semblait tenir la corde, signant fin mai une lettre d'intention, tout a été remis en cause après l'échec des négociations avec General Motors. Le groupe de Detroit faisant visiblement monter les enchères entre les différents prétendants. Mais Berlin a réaffirmé ce mercredi sa préférence pour la société canadienne.

"Magna a notre préférence, mais ce n'est pas une préférence inconditionnelle," a ainsi expliqué Jochen Homann, qui représente le gouvernement allemand dans les négociations. "General Motors aussi doit faire des efforts sur certains points", a-t-il poursuivi, menaçant de retirer la garantie financière publique, indispensable à la relance du constructeur, si Magna n'était pas choisi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :