EADS confiant malgré le report de la publication du rapport de l'OMC

 |   |  422  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe européen d'aéronautique et de défense s'est dit "frustré" du déroulement du processus en cours contre Boeing auprès de l'Organisation mondiale du commerce. Il reste confiant notamment quant à l'issue du contrat des ravitailleurs qui l'oppose à Boeing.

EADS s'est dit "extrêmement frustré" du nouveau report de la publication d'un rapport de l'OMC sur Boeing. Cependant, il estime avoir des chances de remporter le contrat des avions ravitailleurs aux Etats-Unis, où il compte plus que jamais se renforcer.

Le groupe européen d'aéronautique et de défense, maison mère du constructeur Airbus, et son concurrent américain s'accusent mutuellement depuis plusieurs années de percevoir des aides publiques qu'ils jugent indues. Les deux constructeurs ont porté leur différend devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) faute d'être parvenus à une solution négociée.

Mais la sortie du rapport relatif à la plainte de l'Union européenne contre les Etats-Unis au sujet des aides versées à Boeing, prévue le 16 juillet, a été reportée une troisième fois. Il est désormais attendu au mois de septembre en raison de la complexité du dossier, selon les déclarations de l'OMC du 8 juillet dernier.

Cette notification intervient alors qu'un rapport en sens inverse concernant une plainte des Etats-Unis contre l'Union européenne au sujet d'aides versées à Airbus a déjà été transmis.

"Je suis extrêmement frustré. Nous nous trouvons dans une situation de plus en plus injuste", a souligné Louis Gallois, président exécutif d'EADS, au cours d'un séminaire de presse organisé samedi à Londres avant l'ouverture, lundi, du salon aéronautique de Farnborough.

L'affaire est des plus sensibles alors qu'Airbus espère remporter en novembre un appel d'offres pour le remplacement de 179 avions ravitailleurs de l'armée de l'air américaine. Ce contrat sur lequel Boeing s'est également positionné est estimé à quelque 50 milliards de dollars (38,6 milliards d'euros)

Louis Gallois s'est toutefois déclaré favorablement "impressionné" par la relation nouée aux Etats-Unis entre ses équipes et le Pentagone. Il a fait valoir que le département de la Défense traitait EADS de façon "équitable".

Par conséquent, selon lui, EADS a de bonnes chances de remporter le contrat des "tankers". Il a assuré que l'objectif était de soumettre une proposition à la fois compétitive et rentable. "Nous sommes déterminés à faire de l'argent sur ce contrat, nous préférerions perdre si tel n'était pas le cas."

Concernant la baisse des prix annoncée par Boeing, " je ne sais pas, je n'ai pas accès aux prix pratiqués par Boeing et je n'ai pas de commentaire à faire là dessus. Nous avons fixé un prix avec un objectif de rentabilité. Je pense que nous sommes compétitifs", a-t-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :