Pourquoi 2013 s'annonce risqué pour l'A380 d'Airbus

 |   |  699  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Qantas a repoussé deux exemplaires prévus en 2013, Qatar Airways veut faire de même. Des décisions qui in fine vont leur permettre de disposer d'un appareil avec des voilure sans problème. De janvier à fin avril 2012, Airbus a enregistré 95 commandes brutes.

Sale temps pour Airbus. L?année 2013 s?annonce compliquée pour l?A380. Après Qatar Airways la semaine dernière qui entend décaler ses livraisons de très gros porteurs dont les premières étaient prévues en octobre 2013, Qantas a annoncé ce vendredi qu?elle repoussait également l?entrée dans sa flotte de deux exemplaires prévus début 2013. Leur livraison est désormais prévue en 2016-2017, celle des six autres toujours en commande sont programmés en 2018-2019. Un coup dur.
Le prix catalogue d?un A380 est de 390 millions de dollars, dont l?essentiel est payé à l?avionneur à la livraison. Autant de chiffre d?affaires en moins si les créneau de livraison ne sont pas réattribués à un autre transporteur. Officiellement, la compagnie australienne justifie sa décision par une volonté de réduire ses investissements. Une motivation qui semble donc différente de celle de Qatar Airways qui, elle, met en cause le manque de visibilité sur la résolution du problème des microfissures. "Nous allons devoir différer les livraisons d'A380 jusqu'à ce que la lumière soit faite", avait indiqué le PDG de Qatar Airways Akbar al-Baker.


Baisse des cadences de la production
Alors que les cadences de production ont d?ores et déjà étaient réduites de 2,7 à 2,3 appareils par mois comme l'a révélé "latribune.fr", l?avionneur affirme pouvoir tenir son objectif de livrer une trentaine d?appareils en 2012. On verra en fin d?année. En tout cas, "on ne sait pas évaluer en 2013 l'impact des microfissures" sur le programme A380, explique une source proche du dossier chez EADS. C'est pour cela que l'année prochaine s?annonce encore plus compliquée au regard du processus prévu par Airbus pour mettre en place une solution définitive au problème des microfissures.
Explications. Aujourd?hui, sur les A380 en service, l?AESA, l?agence européenne de la sécurité aérienne demande qu?en fonction d?un certain nombre de cycles (décollages, atterrissages), entre 1.300 et 1.700, une réparation provisoire soit mise en place. Il s?agit pour faire court d?un jointage.


La solution définitive disponible fin 2012
En parallèle, Airbus a présenté à l?AESA, une solution définitive pouvant être disponible au quatrième trimestre 2012. Cette solution sera donc livrée aux compagnies aériennes, qui pourront procéder aux modifications le moment venu pendant les périodes classiques de révision (check C probablement). Alors pourquoi donc, l?année 2013 est problématique ? Tout simplement car les premiers appareils pouvant être livrés avec une voilure sans problème sont prévus fin 2013-début 2014, indique-t-on chez Airbus.
Car l?aile des appareils prévus jusqu?à cette échéance sont déjà aujourd?hui en cours de fabrication? avec les défauts entraînant des microfissures. Aussi, une grande partie des compagnies aériennes devant prendre livraison d?un A380 en 2013 savent qu?il faudra apporter la solution ultérieurement. "Tout le monde veut attendre pour disposer de la nouvelle aile, prévue en 2014", explique un connaisseur du dossier. Airbus dit ne pas être dupe. "On sait bien qu?au regard de la conjoncture morose, certaines compagnies vont prendre l?argument des microfissures pour tenter de reporter les livraisons". Les négociations s?annoncent serrées.

Annulations de sept A350-1000
Ce lundi, Airbus a indiqué avoir engrangé 12 commandes d'avions en avril, 112 appareils commandés depuis janvier, pour l'essentiel des moyen-courriers de la famille A320. En retirant les annulations, Airbus compte 95 commandes nettes sur les quatre premiers mois de l'année. L?avionneur a notamment enregistré sept nouvelles annulations de l'A350-1000, la troisième version (la plus large) de son futur long courrier, qui prévue en 2017, doit concurrencer le B777-300 ER sur le marché long-courrier de plus de 350 sièges. L'avionneur européen précise par ailleurs avoir livré 183 appareils en janvier-avril, parmi lesquels cinq très gros porteurs A380 dont il compte livrer une trentaine d'unités cette année. Au total, Airbus anticipe 600-650 commandes brutes d'avions en 2012, après son record de 1.608 en 2011, et 570 livraisons contre 534 en 2011


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2012 à 14:37 :
"ont d?ores et déjà étaient réduites "

Y a t il un jounaliste qui sache ecrire en français?
Réponse de le 11/09/2012 à 15:58 :
Un "jounaliste" non. Un journaliste saurait peut-être Écrire...
a écrit le 07/05/2012 à 18:45 :
En fait rien de dramatique. Évidement pendant une année Airbus livrera moins d'A 380 mais au profit d'une qualité retrouvée dans un an. Rome ne s'est pas faite en un an...Ces corrections de fissures sont le gage de sérieux d'Airbus, on ne peut que s'en féliciter. Il est même possible que l'annonce d'une version agrandie et alourdie de l'A380 relance l?intérêt pour l'appareil. Patience.
Réponse de le 07/05/2012 à 20:32 :
Si t'as une vingtaine de reports, cà sera très lourd. Cà aurale mérite de pas voir le programme s'arrêter trop vite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :