Pékin et Moscou veulent concurrencer Airbus et Boeing sur les long-courriers

 |   |  649  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les constructeurs russe OAK et chinois Comac vont créer une coentreprise destinée à concurrencer Boeing et Airbus avec un long-courrier sur la base de l'Iliouchine 96.

Pour une surprise, c'est une surprise. La Russie et la Chine ont décidé de s'associer pour concurrencer le duopole Airbus-Boeing sur les appareils long-courriers. Une coentreprise entre le holding d'Etat russe OAK, qui regroupe l'ensemble des constructeurs du pays, et le groupe public chinois Comac doit être officiellement créée pendant la visite à Pékin du président russe, Vladimir Poutine, le 5 et 6 juin prochain. C'est le vice-ministre de l'industrie russe, Iouri Slioussar, qui a dévoilé jeudi l'information au quotidien "Vedomosti".

Le projet, baptisé pour l'instant 2020, apparaît encore très mystérieux. Il est basé sur le quadriréacteur de conception soviétique L'Iliouchine Il-96, de la classe des A330 ou B777. C'est l'un des avions long-courriers russes les plus performants, notamment motorisés par Pratt & Whitney. Construit par Iliouchine Kazan, il a réalisé son premier vol le 28 septembre 1988 et est entré en service sous les couleurs d'Aeroflot le 29 décembre 1992. Sur le projet avec les Chinois, les Russes vont apporter leur savoir-faire tandis que Pékin offrira le financement, soit entre 7 et 12 milliards de dollars sur une période de sept ans, précise Iouri Slioussar. La production de l'appareil sera située sur le territoire chinois.

Le récent accident du SuperJet russe n'a pas dissuadé Comac de vouloir former une coentreprise avec le holding d'Etat de l'industrie aéronautique russe. Un SuperJet 100 s'est écrasé le 9 mai dernier en Indonésie durant un vol de démonstration, tuant les 45 personnes à bord. La deuxième boîte noire du Sukhoï a été retrouvée, plus de trois semaines après le drame, ont annoncé jeudi les secours. "Nous avons retrouvé l'enregistreur de paramètres. Il semble être intact", a indiqué à l'AFP le responsable des opérations de recherche, Ketut Purwa. Une première "boîte noire", l'enregistreur de conversations, avait été récupérée le 15 mai. Premier avion russe de conception postsoviétique, le SuperJet 100 symbolise la renaissance d'une industrie essentielle aux yeux du Kremlin.

Une alliance qui tombe sous le sens

Les projets aéronautiques sont toujours portés par une forte volonté politique, notamment en Russie et en Chine. Ce projet n'y déroge pas. "Une alliance tombe sous le sens entre ces deux puissances qui aspirent à entrer dans la cour des grands. D'autant que leurs besoins pour ce type d'avion va continuer à croître pour atteindre, assez rapidement, la première place mondiale", explique un expert du marché russe. Pour le directeur de la société de conseil aéronautique Infomost, Boris Rybak, "la Chine n'avait qu'un choix très réduit en matière de partenaire. Il n'y a que trois producteurs d'appareils long-courriers : les Etats-Unis, qui ne sont jamais très chauds pour la coopération internationale, l'Europe, et la Russie. Cet accord entre Comac et OAK est le fruit de deux années de négociations. OAK a déjà établi des liens de coopération étroit et à long terme avec les Chinois dans le domaine militaire". Pour Boris Rybak, les considérations géopolitiques sont au second plan derrière les intérêts commerciaux et technologiques. "L'avion devra être compétitif car le PC chinois n'imposera pas aux compagnies aériennes nationales d'acheter un avion moins performant qu'un Boeing ou un Airbus". En revanche, les compagnies russes ne peuvent pas en dire autant.

Petit problème, le choix de développer ce nouvel appareil sur la base du Il-96 va complètement à contre-courant du marché actuel. "Plus personne ne veut de quadrimoteurs, car ils reviennent trop cher à l'usage et à l'entretien", soutient un expert européen basé en Russie. Boris Rybak est moins catégorique, soulignant que la demande pour le Boeing 747 et l'A380. "Il est tout à fait possible de faire un bimoteur sur la base de l'Il-96, qui de toute façon subira des transformations très importantes pour être adapté au marché actuel".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2012 à 17:51 :
Comac, déjà le nom ça fait bricolo. Ils ont 20 ans de retard. Nous serons déjà sortis de l'ère du pétrole et du transport par air.
a écrit le 06/06/2012 à 14:31 :
Faudrait que les avions chinois s'écrasent tous comme des mouches à cause de problèmes de qualité chinoise pour espérer conserver un part de marché.
a écrit le 04/06/2012 à 20:25 :
Bonjour,
Petite rappel s?est AIRBUS qui construit une usine en Chine et qui forme les techniciens du coin pour fabriquer des avions. Espérons qu?ils n?apprendront pas trop vite pour que l?on puisse vendre et fabriqué des avions encore 10 ans, après il sera trop tard. Nous devrons les achetés la bas car ils en fabriqueront plus vite que nous et a moindre prix?.
La nous aurons tout gagnée, nous aurons tout découvert, tout imaginé, tout développer, mais nous ne serons plus rien?. Espérons que la chine ne nous exploitera pas en souvenir des années 1900. Souhaitons que le bâton sera ce jour la pour nos gouvernants.
a écrit le 04/06/2012 à 8:19 :
A mon avis, faire de la concurrence à Boeing sera vraiment difficile étant donné la haute qualité et l'expérience de Boeing !
a écrit le 01/06/2012 à 22:10 :
J'ai lu quelque part, mais je me souviens plus où que les chinois dans les 5 années à venir concurrenceraient toutes nos productions...
a écrit le 31/05/2012 à 23:16 :
Récemment le dernier né de l'aviation russe (Superjet 100) s'est écrasé en plein contre une montagne en indonésie. Le rapport ne dit pas encore si l'équipage était bourré ou l'avion rafistolé avec des pièces chinoises !
Réponse de le 01/06/2012 à 3:56 :
@icare: et le pilote de l'Airbus qui a tenté de raboter le Mont St-Hélène il y a quelques années a été obligé de s'expatrier parce que le gouvernement français aimait pas qu'il dise la vérité :-)
Réponse de le 01/06/2012 à 9:04 :
Patrickb : les pilotes français ne boivent pas !!! Ce n'était pas le mont Saint-Hélène, mais Sainte Odile... Par contre, les pilotes Air France jouent un peu trop les stars, rappelez-vous celui qui a voulu faire faire un baptème de l'air à des provinciaux dans un A 320. Il a fait un passage au raz de la piste et n'a pas remis les gaz assez vite pour éviter la forêt qui suivait... Résultat : un atterrissage imprévu sur la "canopé" !!!
Réponse de le 01/06/2012 à 12:16 :
@Tartatin: il a bien remis les gaz, mais il n'a pas suivi la procédure préconisée (cela ne retire rien au fait que la manoeuvre était totalement débile et inconsciente)
a écrit le 31/05/2012 à 22:43 :
Les avions russes se crashent beaucoup trop pour ça.
Réponse de le 01/06/2012 à 3:57 :
@aie: c'est vrai que nos avions sont faits pour apprendre aux passagers à nager entre le Brésil et la France.
Réponse de le 01/06/2012 à 10:39 :
et Boeing, jamais eu de crash ? vous êtes marrant, mais faire de l'humour sur l'accident au large du Brésil avec tous les morts qu'il y a eu, de la famille pourrait le voir... c'est pas malin du tout.
Réponse de le 04/06/2012 à 17:52 :
C'est enfin prouvé, c'était une erreur de pilotage sur le rio-paris... donc patrickb.... bouhhhh
a écrit le 31/05/2012 à 22:08 :
Oula...

M emballe moyen l idée de monter là dedans...

À peur !
a écrit le 31/05/2012 à 18:52 :
"Les Russes apporteront leur savoir faire".....ben voyons, que les novices prennent une photo d'un A340-300 et comparent avec l' IL96. La ressemblance est troublante, tout comme la ressemblance du TU204 (tupolev moderne) et de l' A321....quelques stagiaires du Comecon ont trainé a Toulouse un peu trop longtemps me semble t-il
Réponse de le 31/05/2012 à 21:36 :
@TAMbrsai: rigolo !! on sait qu'à une époque donné de l'histoire, les connaissances scinetifiques sont semblables. Qui te dis donc que c'est pas le contraire qui se passe, à savoir le copier-coller des avancées techniques de la Russie ?? Je te signale tout de même que la seule station orbitale en fonction actuellement est russe... mais on compte sur toi pour en créer une de toutes pièces :-)
Réponse de le 31/05/2012 à 22:42 :
Non ce sont les russes qui copient désolé... et pour la station orbitale, elle est Internationale, Europe/USA/Russie..... la station MIR s'est désintégrée il y a pas mal d'années déjà. tu es en retard ?
Réponse de le 01/06/2012 à 3:58 :
@mdr: n'importe quoi, c'est toi qui ne sait pas de quoi tu parles !!!
Réponse de le 01/06/2012 à 10:44 :
Non mdr a raison, la Station MIR russe a été détruite en 2001, la Station Spatial Internationale ISS a pris le relais, et elle a été fabriqué par l'Europe/USA/Russie et d'autres, la navette spatiale américaine y a participé, Ariane européenne (depuis Kourou, en France) aussi, et Soyouz aussi. (le japon, canada...) participent aussi.
a écrit le 31/05/2012 à 18:52 :
"Les Russes apporteront leur savoir faire".....ben voyons, que les novices prennent une photo d'un A340-300 et comparent avec l' IL96. La ressemblance est troublante, tout comme la ressemblance du TU204 (tupolev moderne) et de l' A321....quelques stagiaires du Comecon ont trainé a Toulouse un peu trop longtemps me semble t-il
a écrit le 31/05/2012 à 18:40 :
Va t-on aller dans le futur vers une fusion Airbus-Boeing si un concurrent asiatique se développe ? Les américains pousseront en ce sens, et l'Europe suivra sans doute, car l'Europe sous sa forme actuelle aurait empêché presque tous les grand projets dits "européens " de se faire s'il aurait fallut les recommencer.
Airbus et Boeing sont déjà presque interchangeable, autant de sous-traitant en europe qu'en amérique du nord, et des directions américaines.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :