Le futur moyen courrier russe MS-21 s'offre les moteurs de Pratt & Whitney

 |   |  417  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Le moyen courrier russe MS-21 sera équipé au choix d'un réacteur américain ou russe. Le futur concurrent des monocouloirs de Boeing et d'Airbus, composé à 35 % de matériaux composite, entrera sur le marché autour de 2020.

Tout comme le dernier avion civil russe, le Sukhoi Superjet, le MS-21 recevra lui aussi un moteur étranger. Déterminée à revenir sur le marché de l'aéronautique civile après 20 années d'absence, la Russie intègre au maximum les technologies étrangères pour rattraper son retard. Constructeur du MS-21, la société d'Etat Irkut, plus connue pour ses célèbres avions de combat Sukhoï, devrait signer à la mi-mai un contrat avec le motoriste américain Pratt & Whitney.

Le quotidien russe "Kommersant" rapporte qu'Irkut va acheter "pour commencer" 100 réacteurs PW1000G pour son bimoteur MS-21. Des réacteurs coûtant 5,4 millions de dollars à l'unité. Le nouveau moteur de Pratt & Whitney a déjà été sélectionné comme moteur exclusif pour le C-Series de l'avionneur canadien Bombardier et du japonais Mitsubishi Regional Jet (MRJ). Il est également dans le catalogue d'Airbus pour l'A320 Neo.

Irkut est également tenu par son propriétaire OAK (corporation d'Etat russe regroupant la quasi totalité des actifs aéronautiques du pays) d'offrir à ses clients le choix d'un autre moteur. Logiquement, c'est le russe ODK (filiale d'OAK regroupant les fabriquant de réacteurs), qui a été choisi pour équiper le MS-21. Ce futur moteur, le PD-14, va également recevoir une commande de 100 exemplaires. Le PD-14 coûte 6 millions de dollars à l'unité. Selon Kommersant, Pratt & Witney sont disposés à offrir des rabais importants par rapport au prix catalogue.

Safran pas intéressé

La filiale motoriste de Safran, Snecma, qui fabrique le moteur de l'avion régional Superjet 100 de Sukhoï, en partenariat avec le russe Saturn, ne s'est pas porté candidat à l'appel d'offre du MS-21. "Nous avons déjà fort à faire avec le Superjet", confie une source chez Snecma. "Les Russes ont choisi des partenaires européens pour le Superjet tandis que pour le MS-21, ils piochent plutôt dans les technologies américaines, ce qui est logique".

La production en série du MS-21, qui était à l'origine prévue pour 2016, vient d'être reportée à 2020, selon le vice-Premier ministre, Dmitri Rogozine. Les essais vont démarrer en 2015-2016, précise-t-il dans des propos rapportés par Interfax. Premier avion moyen courrier conçu depuis la fin de l'époque soviétique, le MS-21 devra transporter jusqu'à 212 passagers sur 5.500 kms, suivant les versions. Son prix doit être autour de 65 millions de dollars.

L'avion qui n'existe aujourd'hui que sous forme de maquette, possède déjà à son actif 156 commandes fermes, dont 50 de la compagnie malaisienne Crecom, auxquelles il faut ajouter 84 options.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :