BAE : des actionnaires exigeraient la démission du président

 |   |  149  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Deux dirigeants de BAE Systems, dont son président, sont, selon le Financial Times, la cible d'un groupe d'actionnaire qui souhaitent leur départ après le projet avorté de fusion avec EADS.

Un effet collatéral de l'échec du projet de fusion entre BAE Systems et EADS? Un groupe d'actionnaires exigerait la démission du président du groupe Dick Olver. C'est ce qu'affirme le Financial Times ce mardi. Dans une lettre au conseil d'administration que s'est procuré le quotidien financier, ces actionnaires demandent en outre la tête de Peter Mason, directeur indépendant. En cause: les "dommages significatifs" qu'auraient causé le projet avorté. Pour eux, le groupe devrait se reconcentrer sur son coeur de métier.

Parmi les actionnaires mécontents figure Invesco Perpetual qui s'était déjà opposé publiquement à la fusion avec le groupe pan-européen. Il est rejoint par trois autres actionnaires qui détiendraient 18% des parts de BAE, selon le FT. Leur initiative intervient après que Ian King, le directeur exécutif de l'entreprise britannique a affirmé qu'il fallait changer sa stratégie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2012 à 12:35 :
Bonjour, dans ce pays on l?on prône le non-interventionniste économique, échec de la fusion BEA et EADS est surtout du à la volonté politique (Anglaise) de diminuer l?influence de 2 grands pays Européen ( France_Allemangne) . Si ce n?est pas de l?interventionnisme, il faut nous expliquer. Dans tout les cas, je ne donne pas chère de cette entreprise, a moins que le monde ne rentre en guerre demain, elle devrait perdre beaucoup de valeur dans les mois à venir. Dommage cela affaiblie encore un peut plus les moyens de défense de nos nations (occidental). Il ne suffit pas d?avoir une volonté, il faut encore pouvoir donner des armes à nos soldats. Cela reste une leçon de l?histoire? A méditer avant de tout vendre pour une bouché de pain.
a écrit le 23/10/2012 à 11:59 :
Pourtant les correcteurs grammaticaux ne manquent pas aujourd?hui.

Mais bon, est ce le sujet de cet article?

Que les actionnaires de BAE se crêpent le chignon avec leur directeur, cela me fait pouffer de rire. Il n y a pas si longtemps, peut être influencé par la culture de la City, ils n'avaient pas hésité à quitter le navire EADS à la première difficulté de l'A380.

Dans quelques temps, le fruit BAE sera bien pourri et s'ecrasera par terre du haut de son arbre

a écrit le 23/10/2012 à 9:55 :
Helas 2 erreurs :
- le sujet est bien le projet donc le verbe est bien au singulier.
- ensuite avec le verbe avoir il y a accord avec le complement d objet direct quand celui-ci est place avant le verbe

Sorry my dear
Réponse de le 23/10/2012 à 11:34 :
Ca ne met pas d'accents, pas de ponctuation et ça se permet de donner des leçons de grammaire on rêve.
a écrit le 23/10/2012 à 9:16 :
Alerte orthographe: "les dommages qu'aurait causés le projet". Sauf erreur de ma part, c'est encore et toujours avec le sujet que le verbe s'accorde!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :