Quel avion de combat va choisir Dilma Rousseff ?

 |   |  229  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En visite à Paris, la présidente brésilienne n'a offert aucune garantie que le Rafale allait devenir le nouvel avion de chasse de l'armée brésilienne.

Entre le Rafale du Français Dassault, le F-18 Super Hornets de l'Américain Boeing et le JAS-39 Gripen du Suédois Saab, Brasilia s'interroge. L'appel d'offres F-X2 sur l'achat de 36 avions pour un montant de plus de 4 milliards de dollars est en plein coeur des relations diplomatiques entre François Hollande et Dilma Rousseff en visite à Paris. "Nous avons repoussé le choix (...) et cela prendra un certain temps en fonction du temps que mettra l'économie brésilienne pour récupérer", a déclaré la présidente brésilienne lors d'une conférence de presse avec François Hollande. Si en 2009, le prédécesseur de Mme Rousseff, Luiz Inacio Lula da Silva, avait exprimé sa préférence pour le Rafale, la donne a changé depuis dans un Brésil qui veut ralentir ses dépenses publiques. Lors d'une visite officielle l'an passé à Rio de Janeiro, Barack Obama avait ainsi vanté les mérites du F-18, moins moderne mais aussi moins cher que le Rafale. "Sur le Rafale, le Brésil a tous les éléments pour choisir, a déclaré François Hollande. Et donc c'est sa liberté et du moment et du matériel. Je sais les qualités exceptionnelles du Rafale, elles ont été plusieurs fois démontrées. Je ne pense pas qu'il soit utile d'en dire davantage". (Source : AFP et UPI)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2012 à 18:22 :
Mr Concorde,
A ma connaissance, le Rafale n'est pas un avion invendable pour cause d'obsolescence mais il est plombé par un marché trop petit qui fait qu'il ne peut pas rentabiliser son coût de construction. Sa technologie est au moins égale à celle du F18. Il est multi rôle et navalisé, ce qui le rend attrayant.. La concurrence est dure surtout face à des pays plus doués que nous dans le domaine essentiel du lobbying. Pourquoi dénigrer notre savoir faire.
a écrit le 12/12/2012 à 10:12 :
Le Rafale est un avion des années 80 INVENDABLE, l?état français se fait balader depuis des lustres avec de potentielles commandes dans le monde (Émirats, Inde, etc..).
L'avenir est aux drones et non plus a ce genre d'appareil hors de prix et trop sophistiqué.
Réponse de le 12/12/2012 à 14:20 :
@ Concorde. Voyez les programmes de défense des pays, nombreux sont les pays, les Etats-Unis en tête, qui continuent à parier sur les chasseurs-bombardiers habités. Maintenant, il faut reconnaître que le Rafale est aujourd'hui le plus avantageux du marché mondial, il est multirôle, opérationnel, fiable, économique et offre le meilleur rapport qualité-prix. Son seul problème est le lobbying US en Europe. La question est de savoir si le Rafale saura exploiter l'avantage qu'il a aujourd'hui ?
a écrit le 12/12/2012 à 9:41 :
Madame la Présidente du Brésil avant de rencontrer Louis XVI Potiron a peut-être rencontré le Kamarade Mélenchon !!! sa décision est reportée qu'en pense Louis XVI Potiron ?
a écrit le 12/12/2012 à 9:23 :
Nous devons déjà régler le conflit frontalier entre la France et le Brésil qui louche un peu sur la Guyane française; le Brésil envoie ses indésirables pour déstabiliser et ses ressortissants de l'Amapa pour modifier la composition démographique du département français. D'ailleurs le pays s'enfonce dans le chaos, São Paulo vit une véritable guerre civile, le pays souffre d'une économie moribonde ( The economist) et maintenant Roussef demande une aide financière à la France pour pouvoir boucler sa prétention d'organiser la Coupe du Monde.
Réponse de le 12/12/2012 à 14:37 :
Aucun pays d'Europe ne peut se prévaloir d'un indice de croissance comme au Brésil où le premier problème est le manque de main d'oeuvre qualifiée. Un nombre croissant d'ingénieurs (commerce, informatique, pétrole notamment) vient des Etats-Unis. Washington a choisi le Brésil comme son vassal de référence pour la région. Pour remédier au manque de ressources qualifiées, Dilma Roussef a conclu un accord avec Obama pour envoyer 100.000 universitaires brésiliens se former dans les universités américaines au cours des prochaines années.
a écrit le 11/12/2012 à 23:41 :
Le Brésil n'a pas besoin de cet avion. Dépensons cet argent pour moderniser le pays. Suivons le modèle européen, démilitarisons!
Réponse de le 11/12/2012 à 23:47 :
Bienvenu dans le monde des bisounours... tout le monde s'aime, tout le monde est beau.
Réponse de le 12/12/2012 à 7:56 :
L?Europe se démilitarise peut-être, mais une grande puissance à ses frontières, elle, s'arme très dangereusement. Comme quoi, les dirigeants européens préfèrent brader la sécurité de leurs concitoyens !
Réponse de le 12/12/2012 à 19:54 :
Tout à fait d'accord avec brasil, pourquoi depensé des miljards pour les avoins de combat, Brasil n'a pas des pays menacant à so frontières, ils pouront uteliser leur sous à autres choses, il y a tellement à faire!
a écrit le 11/12/2012 à 23:33 :
Pourquoi le Brésil devrait-il acheter des Rafale si la GB, l'Italie, les Pays-Bas, etc. préfèrent financer le F-35 de Lockheed pour une forte diminution des coûts avec plus de 3.000 unités engagés au programme ? Rien à attendre non plus du côté EADS paralysée après le coup capitalistique de la semaine dernière où la part européenne a été à plafonnée à 30% et les gouvernements réduits au statut d'observateurs payants contre 70% de champ libre pour le capital anglo-américain.
Réponse de le 11/12/2012 à 23:56 :
Je ne vois pas le sens de votre commentaire étant donné que le F35 ne fait pas parti de l'appel d'offre. De plus le F35 a ses cout qui augmente en permanence et à l'heure actuelle il est plus cher que le rafale et son développement est loin d'être terminé.
Réponse de le 12/12/2012 à 7:15 :
Sans même parler du fait qu'acheter américain dans un monde de plus en plus multipolaire, dont on devient soit-même un des principaux acteurs, n'est pas forcément la meilleure stratégie.
Réponse de le 12/12/2012 à 9:07 :
LOL
Le commentaire sur le F35 doit forcément être un troll tant le programme F35 est catastrophique. Le Bresil veut un avion pour garantir sa sécurité et son indépendance. Pas un projet d'avion pour 2030 avec la main mise américaine sur la moitié des composants.
Réponse de le 12/12/2012 à 14:06 :
Le Brésil attend de voir s'il y a des clients crédibles - donc en Europe - qui s'engagent pour le Rafale. Le monde multipolaire est une théorie. Dans la réalité, sauf quelques outsiders qui gravitent autour, le monde est unipolaire, avec une seule superpuissance qui s'étend et concentre la majorité des ressources de développement et mobilise les programmes de défense des pays. En plus du Japon et probablement la Corée, "Eight countries are helping fund the development: Britain, Italy, Turkey, Norway, Australia, Canada, Denmark and the Netherlands. Together, they plan to buy more than 3,100 fighters in coming decades." - www.reuters.com/article/2012/11/30/us-usa-defense-fighter-idUSBRE8AT0X920121130
Réponse de le 12/12/2012 à 16:29 :
Le Brésil avait demandé des informations sur le F-35 dans le cadre d'une éventuelle mise en concurrence. Les informations ont été refusées.
Réponse de le 14/12/2012 à 12:09 :
"Le monde multipolaire est une théorie." MDR. Tu t'étais endormi en 1945 et tu t'es réveillé en 2012. Tu vas voir comme cela va tailler sec dans le budget de la défense 2013 aux USA. C'est un pays à l'agonie qui n'a plus les moyens (le monde ne lui fait plus crédit après plus de 60 ans d'assistanat.) d'être le pseudo gendarme de la planète (seulement pour son intérêt). Avant 2020, il n'y aura plus un militaire américain sur le sol européen.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :