L'incident du Boeing 787 Dreamliner de Japan Airlines demeure inexpliqué

 |   |  382  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les enquêteurs américains du NTSB (bureau national de sécrurité des transports américain) excluent au moins au cause: la surtension.

Qu?est ce qui a causé l?incendie d?une batterie sur le Boeing 787 Dreamliner de la Japan Airlines à Boston ? Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain tente de percer le mystère. Mais pour l?heure, il s?est contenté d?annoncer ce dimanche que la thèse selon laquelle une surtension serait à l'origine de cet incendie a été écartée.

La semaine dernière, l'ensemble des 787 en exploitation dans le monde ont été cloués au sol à la suite d'un second incident de batterie lithium-ion sur un avion 787 d'All Nippon Airways (ANA), ayant forcé l'appareil à un atterrissage d'urgence à Takamatsu, dans l'ouest de l'Archipel. "L'examen des données de la boite d'enregistrement du vol de l'appareil B-787 de JAL montre que la batterie du groupe auxiliaire de l'APU (groupe auxiliaire de puissance) n'a pas été au-delà du voltage prévu de 32 volts", a déclaré le NTSB dans un communiqué transmis par un responsable de Boeing Japon.

La surchauffe évoquée pour l'incident survenu au Japon

Vendredi, le Bureau japonais de sécurité des transports (JTSB) avait dit à la presse qu'une surtension pourrait avoir provoqué une surchauffe de la batterie du Dreamline d'All Nippon Airways qui a dû atterrir en urgence au Japon. Il s?agissait du deuxième incident de ce type sur un Boeing en l?espace de quelques jours.

Des enquêteurs américains ont examiné la batterie qui alimentait l'APU où l'incendie à démarré sur l'avion de Japan Airlines, ainsi que plusieurs autres pièces de l'appareil, a précisé le NTSB dans un communiqué. Boeing a annoncé vendredi qu'elle stoppait ses livraisons de 787 Dreamliner, tout en continuant la production, en attendant que l'administration de l'aviation civile américaine approuve le plan levant les inquiétudes liées aux batteries.

Ce week-end, La Tribune vous propose de découvrir la saga du B787 en sept chapitres :

La saga du Boeing 787 : Un lancement dans la douleur (1/7)
La saga du Boeing 787 : pourquoi cet avion est révolutionnaire (2/7)
La saga du Boeing 787 : une stratégie opposée à celle d?Airbus (3/7)
La saga du Boeing 787 : les atermoiements d?Airbus (4/7)
La saga du Boeing 787 : un nouveau modèle industriel risqué (5/7)
La saga du Boeing 787 : les déboires industriels (6/7)
La saga du Boeing 787 ; le chemin laborieux pour certifier l'avion (7/7)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2013 à 9:56 :
Ce n'est pas parce que la tension n'a pas dépassé la limite imposé qu'il n' a pas pu se produire un problème interne dans la batterie. La qualité du courant de charge est aussi primordiale. La puissance installée est importante (1500 KW...), nul doute que les composants sont fortement sollicités. Les consommations instantanées de l'avion sont à certains moment très importantes. Le cycle décharge/recharge doit parfaitement être maîtrisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :