Boeing, la crise s'aggrave : les livraisons des 787 aux compagnies aériennes sont stoppées

 |   |  501  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Deux jours après l'immobilisation de tous les B787 dans le monde en raison d'un problème constaté sur les batteries électriques, Boeing a décidé vendredi soir de suspendre les livraisons des Dreamliners. Une décision qui va entraîner une perte de chiffre d'affaires.

Cela n'aura pas traîné. Dans la foulée de l'interdiction de vols qui frappe son avion vedette, Boeing a décidé vendredi de suspendre jusqu'à nouvel ordre les livraisons de son 787 "Dreamliner", alors même que le groupe américain prévoyait de doubler ses cadences en 2013 en portant la production à 10 appareils d'ici à la fin de l'année. La mesure va entraîner une perte de chiffre d'affaires dans la mesure où les compagnies paient l'essentiel du prix d'un avion au moment où elles en reçoivent les clés. Pour rappel, un 787 vaut entre 206,8 et 243,6 millions de dollars au prix catalogue. Une décision qui risque d'entraîner des pertes très importantes pour l'avionneur (lire ici l'article ; Boeing 787 : le scénario catastrophe qui pourrait coûter des milliards de dollars à Boeing).

Les avions ne voleront pas tant que nous serons pas certains à 1.000% qu'il sont sûrs
"Nous ne livrerons pas de 787 jusqu'à ce que la FAA (autorité fédérale américaine de l'aviation, ndlr) approuve un moyen" de rétablir l'autorisation de vol des appareils "et que la solution approuvée ait été appliquée", a indiqué vendredi un porte-parole du groupe. Néanmoins, "la production du 787 continue". "Ces avions ne voleront pas tant que nous ne serons pas certains à 1.000% qu'ils sont sûrs", a déclaré le ministre américain des Transports, Ray LaHood, sur la chaîne NBC. "Les voyageurs aériens attendent de nous que nous fassions bien les choses. Cela va prendre un petit peu de temps", a-t-il ajouté.

Boeing a confiance dans la sécurité du B787
Le 787 a été victime d'une série d'avaries, dont la dernière a vu un avion de la compagnie aérienne japonaise ANA atterrir en urgence mercredi au Japon après la détection à bord de fumée et d'une forte odeur provenant d'une batterie lithium-ion située dans le compartiment électrique. "Rien n'est plus important pour nous que la sécurité des passagers, des pilotes et des équipages", a indiqué le PDG de Boeing, Jim McNerney. "Nous comprenons aussi l'importance de maintenir la confiance des clients et des voyageurs dans la sécurité du système mondial de transport aérien et dans les produits Boeing".
"Nous avons la plus haute confiance dans la sécurité du 787", a-t-il ajouté. "Nous travaillons 24 heures sur 24 pour aider la FAA, nos clients et les autres parties dans cette enquête et voulons mettre toutes les ressources de Boeing à leur disposition pour trouver des réponses aussi rapides que possible".

A lire ce week-end : la saga du B787 en sept chapitres.

La saga du Boeing 787 : Un lancement dans la douleur (1/7)

La saga du Boeing 787 : pourquoi cet avion est révolutionnaire (2/7)
La saga du Boeing 787 : une stratégie opposée à celle d?Airbus (3/7)
La saga du Boeing 787 : les atermoiements d?Airbus (4/7)
La saga du Boeing 787 : un nouveau modèle industriel risqué (5/7)
La saga du Boeing 787 : les déboires industriels (6/7)
La saga du Boeing 787 ; le chemin laborieux pour certifier l'avion (7/7)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2013 à 6:14 :
A Quand enfin !! un Supersonique remplaçant le Concorde, conçu il y a près de 50 ans, et permettant à nouveau, entres autres trajets mondiaux, de relier Paris-New-york, en deux heures. Avec les technologies d'Aujourd'hui, dans une alliance pour l'occasion Airbus-Boeing : 3 fois plus de capacités en passagers, 10 fois moins de carburant par passager. Les moyens technologiques 50 plus tard le permettent : reste la volonté ou non des deux leaders mondiaux. De surcroit recherche et innovation résultant de cette alliance des deux géants sur ce projet, profiteraient à tous les nouveaux modèles "classiques", civils et militaires, en projet, chez Airbus et chez Boeing, et permettraient de conserver une avance technologique sur les Chinois.
Réponse de le 20/01/2013 à 11:55 :
C'est beau de rêver...
Réponse de le 20/01/2013 à 16:41 :
Il y a des places de "communicants" à prendre chez Boeing et ss doute le pb des batteries(?) serait résolu.Attention les stratèges commencent d'opérer!
Réponse de le 21/01/2013 à 10:23 :
Je trouve ce commentaire complètement HS. Je ne comprends pas le rapport avec les problèmes de production du B787...
a écrit le 19/01/2013 à 11:33 :
Et le fk47 de l' armée suisse qui traversa la manche en 53 mn n' etait pas plus sur que trois feuilles de papier, un seul mort, on se demande quel est le plus grave une decouverte aeronautique ou un spendide scandale
a écrit le 19/01/2013 à 11:23 :
il est nécessaire d'arrêter la livraison de produit qui sont dangereux. Ce genre de comportement n'est hélas pas suffisemment introduit dans notre société: combien de jobs et parfois vies (économiques) sont détruites à cause de malfonctions. Combien de banques, qui continuent à transférer du fric non déclarés doiuvent arrêter leur activités tant que les bonnes mesures (internes/externes) soient prises pour que cela ne se repasse pas? la société doit évoluer.. les lois doivent évoluer.. comme l'aviation. Je demande à voir des FMEA et DRBFM etc. pour toute loi et tout produit financier.. qui a le potentiel de détruire des vies. Demandons à nos politiciens de développer des FMEA pour toutes les lois qu'ils créent et demandons leur de les signer. Ils seront alors responsables si qqch (prévisible) va arriver ou bien s ils avaient mal travaillé.
a écrit le 19/01/2013 à 10:05 :
Les passagers des compagnies aériennes, malgré les propos se voulant rassurant de Boeing, peuvent légitimement être inquiets de ces "disfonctionnements" du Dreamliner. L'histoire du DC10 de Mac Donnel Douglas en 1972 et 1974 est dans toutes les mémoires.
Suite à une première catastrophe en 1972 dans l'Ontario avait causé un tres grand nombre de victimes. accident du à une mauvaise conception de verouillagede la porte de la soute.
la FAA avait émit une directive de navigabilité et avait préconisé des modification importantes du problème. Mais MacDonnel Douglas par soucis de préserver l'image de la société n'avait effectué que quelques petits aménagements mineurs.
Effectivement 2 ans plus tard, Ermenouville, même cause, même effet 346 morts.
Mac DonnelDouglas perdra son procès, devra payer 80M de dollars? Le DC10 ne se vendra plus et la société sera rachetée par ... Boeing.
Sans commentaire.
a écrit le 19/01/2013 à 7:49 :
Le 787, c'est un coup foireux dès le début !!! Ils jouent aux apprentis sorciers. L'addition va être salée. Airbus pourrait en prendre de la graine et a raison de jouer profil bas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :