La saga du Boeing 787 : un nouveau modèle industriel risqué (5/7)

La médiatisation des problèmes du B787 est à la hauteur des attentes autour de cet avion en rupture complète avec ses prédécesseurs tant sur le plan technologique que sur le modèle industriel qu'il a entraîné. Conçu à l'époque pour faire redécoller Boeing et reprendre un coup d'avance sur son rival Airbus, cette bête curieuse est certes un énorme succès commercial mais n'a cessé de multiplier les dérapages sur le plan industriel. Aujourd'hui en service depuis plus d'un an, le 787 est cloué au sol en raison d'une série de problèmes rencontrés ces quinze derniers jours. C'est la première fois depuis 34 ans que les Etats-Unis suspendent toute la flotte d'un modèle d'avion. La Tribune rappelle l'histoire mouvementée du Dreamliner. En sept chapitres.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

En lançant son B787, Boeing a mis en place un nouveau système industriel pour répondre à ses difficultés de l'époque. L'américain choisit de se concentrer sur le design, la vente et l'assemblage des avions, et d'externaliser le reste. Ainsi, 70 % du 787 est « outsourcé » à une multitude de sous-traitants qui prennent à leur charge une grande partie des coûts de développement (et dont le retour sur investissement dépend du succès de l'avion). L'A380 ne l'est qu'à 30 %. Les ensembles en composite de la structure sont confiés aux américains Vougth et Spirit, à l'italien Alenia, aux japonais Mitsubishi Heavy, Kawasaki Heavy et Fuji Heavy. À eux trois, ces derniers construisent 35 % de la structure.

"Boeing French Team"

En quête des meilleurs fournisseurs, Boeing contracte aussi avec les français. Latécoère, Thales, Messier-Dowty, Messier Bugatti (tous deux du groupe Safran), Zodiac... représentent entre 5 % et 10 % du programme, contre 1 % sur le 777.  Le président de Boeing France, Yves Galland réunit tous les partenaires de Boeing dans la Boeing French Team. Toutes les pièces convergent vers Everett par le B747 Dreamlifter conçu pour le convoyage des pièces. La mise en musique est complexe et risquée. Une défaillance d'un seul fournisseur peut mettre à mal tout l'édifice. C'est qui est arrivé pour le B787. Dès 2006, Boeing a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme quand Alenia et Mitsubishi ont rencontré des difficultés. L'américain a immédiatement relevé ses dépenses de recherche-développement (R & D) et dépêché des centaines d'ingénieurs sur place. Après ce premier cas, les problèmes rencontrés par des sous-traitants se sont multipliés

Lire ici le chapitre 1 de la saga du B787 : un lancement dans la douleur;

Lire le chapire 2  : pourquoi cet avion est révolutionnaire

Lire le chapitre 3 : une stratégie opposée à celle d'Airbus

Lire le chapitre 4 : les atermoiements d'Airbus

Lire le chapitre 6 : des déboires industriels hors normes

Lire le chapitre 7 : le chemin laborieux pour certifier l?avion

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/01/2013 à 13:26
Signaler
C'est aussi là une part de l'origine des problèmes. Mais quand Boeing vous change les données après que vous ayez fini les études, ne vous reste plus qu'à bricoler en espérant qu'ils acceptent. Et ils ont accepté. Clair qu'ils n'ont pas pu assembler ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.