DCNS vise 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans l'hydrolien en 2025

L'ambition de DCNS est de réaliser un chiffre d'affaires d'au moins un milliard d'euros à l'horizon 2025 sur le marché de l'énergie hydrolienne. Son PDG, Patrick Boissier, a confirmé qu'il portait sa participation au sein du capital d'OpenHydro de 11 % à 59,7 %, pour prendre le contrôle de la société irlandaise.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : M.Cabon)

Le groupe naval DCNS va porter sa participation au sein du capital d'OpenHydro de 11 % à 59,7 %, prenant ainsi le contrôle de la start-up irlandaise spécialisée dans les hydroliennes. Pour cela, DCNS va débourser 130 millions d'euros. Cette opération s'inscrit dans le plan de croissance de DCNS qui vise à doubler son chiffre d'affaires entre 2010 et 2020. Le groupe, présidé par Patrick Boissier, a racheté des titres aux actionnaires actuels et a participé à une augmentation de capital qui lui était réservée. "Cet investissement témoigne de la confiance et de l'engagement de DCNS pour le développement d'OpenHydro", qui "conservera ses équipes et sa marque et bénéficiera de l'expérience et des compétences de DCNS", a expliqué le groupe naval dans un communiqué.  La prise de contrôle d'OpenHydro est "sujette aux autorisations réglementaires en vigueur et devrait intervenir au premier semestre 2013", a rappelé DCNS.

"Cette opération concrétise notre ambition dans les énergies marines renouvelables qui constituent l'un des axes de développement de DCNS pour les décennies à venir, a expliqué le PDG de DCNS, Patrick Boissier dans un communiqué publié mardi. La prise de contrôle d'une start-up à l'étranger et dans le secteur de l'énergie démontre l'ampleur de la transformation menée par notre groupe depuis le lancement de notre plan de croissance il y a trois ans".

Selon DCNS, le marché de l'énergie hydrolienne représente dans le monde une puissance exploitable d'au moins 90 GW, soit l'équivalent d'une soixantaine d'EPR. Plusieurs dizaines de milliers de turbines devraient être installées à terme à travers le monde. L'ambition de DCNS est de réaliser un chiffre d'affaires d'au moins un milliard d'euros à l'horizon 2025 sur le marché de l'énergie hydrolienne.

Une turbine hydrolienne innovante

"DCNS va nous apporter sa connaissance du milieu marin, son expérience industrielle et les moyens nécessaires à notre développement", a souligné le directeur général d'OpenHydro, James Ives, cité dans le communiqué. Fondé en 2004, OpenHydro a développé une turbine hydrolienne innovante permettant d'obtenir un prix d'électricité compétitif. Cette start-up est un leader technologique et commercial sur le marché des hydroliennes où il bénéficie d'un grand potentiel de croissance. Selon Patrick Boissier, la technologie d'OpenHydro a une "vocation mondiale" avec des champs potentiels au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil, Chili, Inde, Chine et en Indonésie.

Aujourd'hui, elle ?uvre notamment au service d'EDF et de SSE Renewables pour l'installation de turbines respectivement à Paimpol-Bréhat (Bretagne) et Pentland Firth (Ecosse) pour un projet de 200 mégawatts (soit 100 machines). Dans la Manche, outre un projet pilote avec EDF au large de Paimpol (Côtes-d'Armor) actuellement retardé par un incident lors du remorquage de l'hydrolienne, DCNS a de grandes espérances pour deux grandes zones, dans le Raz Blanchard dans le Cotentin et au large de l'île anglo-normande d'Aurigny. Le potentiel de ces deux sites pourrait représenter la puissance de "deux à trois" EPR chacun, avec une production moyenne d'environ 40 % de la puissance", selon Patrick Boissier. DCNS attend néanmoins toutefois le lancement d'un appel d'offres par le gouvernement.

Environ 1.000 emplois à Cherbourg

"Elle est en lice pour un champ sous-marin de 50 turbines au nord-ouest de l'Irlande avec des installations prévues à partir de 2017", a souligné le patron de DCNS. OpenHydro a établi des partenariats commerciaux avec des électriciens de premier plan afin de valoriser des sites à forts courants marins. Elle réalise des tests de turbines sur différentes zones en Europe et en Amérique du Nord. Etablie à Dublin et Greenore (Irlande), OpenHydro compte 90 collaborateurs.

Des sites industriels seront donc créés dans les régions où OpenHydro sera maître d'?uvre de fermes d'hydroliennes. Ces développements seront créateurs de richesses et d'emplois pour les bassins d'activités concernés. Ce devrait, par exemple, être le cas à Cherbourg près du Raz Blanchard, dans la baie de Fundy au Canada et dans le Comté d'Antrim en Irlande du Nord. Cette nouvelle filière industrielle pourrait créer à l'horizon 2017-2018 un millier d'emplois dans le bassin de Cherbourg.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 23/01/2013 à 12:07
Signaler
a quel prix de vente le kw/h l'article dit compétitif ? ça veut dire quoi?

à écrit le 22/01/2013 à 17:10
Signaler
Voila un bel exemple de développement durable, de projet positif qui nous sort un peu de notre mono-dépendance au seul atome et qui donne de l'espoir aux ouvriers de la DCNS!

le 22/01/2013 à 21:02
Signaler
Ah, ah, ah... Et dire que DCNS propose de construire des centrales nucléaires sous la mer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.