Boeing effectue un vol d'essai de son Dreamliner pour "surveiller les batteries"

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La FAA a accordé une autorisation de vol spéciale à un Dreamliner, afin que Boeing puisse récolter des données visant à analyser le comportement des batteries lithium-ion. Celles-ci auraient provoqué une série de graves incidents ayant conduit à la suspension de tous les vols de Dreamliner dans le monde.

Boeing a effectué un vol d?essai de son Dreamliner (B787) afin de tester les batteries au lithium. Celles-ci auraient présenté plusieurs dysfonctionnements (fuites, surchauffe, fumée, incendie?) qui ont conduit à la suspension des vols et des livraisons de ce long-courrier américain de nouvelle génération. Il a fallu une autorisation de la FAA, l?autorité de l?aviation civile américaine, pour que Boeing puisse entreprendre ce vol d?essai.

Des "équipements spéciaux"

L?avion aurait décollé samedi après-midi de Seattle où siège le constructeur aéronautique, pour un vol d?une durée de 2:19. D?après le communiqué de l?avionneur, 13 personnes était à son bord pour "urveiller le comportement des batteries". Ils étaient accompagnés d? "équipements spéciaux" pour mesurer et enregistrer les données. Il s?agit de déterminer les éléments qui ont conduit à une série d?incidents constatés sur des vols du B787, notamment au Japon. L?enquête se concentre sur le système électrique de l?appareil à savoir la batterie lithium-ion fabriqué par le groupe japonais GS Yuasa, et le système de conversion électrique fabriqué par le groupe français Thales. L'enquête qui dure depuis déjà trois semaines n'a pour le moment pas permis de déterminer précisément les causes de ces incidents.

Une enquête loin d'être terminée

D?autres essais sont prévus la semaine prochaine. Boeing espère que l?enquête avancera rapidement afin d?effectuer les modifications nécessaires pour reprendre les livraisons de cet avion commercialisé depuis 2011. La facture pourrait coûter extrêmement cher à l'avionneur américain. Or, plusieurs experts estiment que l?enquête pourrait durer encore plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2013 à 18:51 :
Est-ce l"échec du "tout électrique" ou plutôt, comme certains l'affirment, que le saut technologique, le pari de Boeing, ne s'appuyait pas sur une connaissance suffisante des batteries Li-ion - cycles de fonctionnement et de régulation des batteries versus les appels d'énergie des auxiliaires sur le 787?
a écrit le 10/02/2013 à 19:14 :
787 : 40 tonnes de moins, 40 ans d'ennuis de plus. Mentalité américaine d'immédiateté.
Réponse de le 11/02/2013 à 8:48 :
Heureusement qu'il y a des gens qui vont de l'avant sinon on serait encore à la bougie un grand pas a été fait dans l'aviation civile, le reproche c' est que Boeing a voulu aller trop vite, pour le reste je suis pour tous ces progrès techniques, notre entreprise recherche en permanence à améliorer nos produits on connait des échecs mais le retentissement n'est pas médiatisé. Ainsi va le monde.
Réponse de le 11/02/2013 à 14:14 :
Al : vous ne pouvez comprendre le sens de mon commentaire, en effet. Ce ne sont pas les progrès techniques que je critique. Car pour vous, l'immédiateté se sont vos gains.
a écrit le 10/02/2013 à 14:42 :
Revenir a l'hydraulique résoudrait le problème. Plus cher, plus lourd...mais plus fiable.
a écrit le 10/02/2013 à 14:33 :
Un seul avion d'essai pour le moment (le 5 eme) a été désigné pour effectuer cette campagne d'expérimentations. Le vol s'est déroulé samedi dans le Nord Ouest des USA jusqu'à 35000 ft d'altitude avec surveillance des 2 batteries dans des conditions de vol normales. Concernant Thalès qu'entendez vous par le terme "système de conversion électrique" .... ?
Réponse de le 10/02/2013 à 19:11 :
Renardvolant, on est pas sur Air et Cosmos, là. La Tribune fait ce qu'elle peut dans SON domaine, soit, l'économie (d'ailleurs, l'orthographe lui semble aussi être un autre domaine). Sinon, comme tu sembles approcher un minimum le sujet, et vu le nombre de pépins notables et variés, penses-tu qu'un prototype (car il faut bien appeler les choses par leur nom) ne devrait pas être complètement revu lorsque l'on constate qu'en 10 jours, ces zings ont réussi à n'avoir que 2 jours sans pépins..?? Bon, ça reste entre nous, ça sortira pas du net.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :