Le cauchemar du Dreamliner, épisode 7 : atterrissage catastrophe et vols suspendus au Japon

 |   |  631  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le B787 a connu, cette nuit, son septième incident en une dizaine de jours. Après un atterrissage catastrophe cette nuit, les deux principales compagnies aériennes ont suspendu les vols pour la journée. Alors que l'aviation civile américaine enquête sur les raisons de cette succession d'incidents, les principales compagnies clientes maintiennent leurs commandes.

Et voici le 7e incident du Boeing 787 en... dix jours ! Cette nuit, un Dreamliner de la compagnie All Nippon Airways (ANA) a dû atterrir en catastrophe à l'aéroport de Takamatsu, dans l'Ouest du Japon après que le cockpit a été envahi par une épaisse fumée. Les 129 passagers et membres d'équipage ont été évacués sans problème. Ce nouvel incident a obligé les deux principales compagnies japonaises, ANA et JAL à suspendre tous les vols de Dreamliner pour la journée.

La semaine dernière déjà, un Boeing 787 de la compagnie JAL avait été empêché de décoller à deux reprises après deux dysfonctionnements sur les valves qui ont entraîné des fuites de carburant.

L'aviation civile américaine ouvre une enquête

Sur un autre appareil, un début d'incendie a été découvert pendant le nettoyage d'un avion. En tout, près de 7 incidents ont été constatés depuis le 7 janvier dernier, poussant les autorités de contrôle américaines à réagir. L'aviation civile (la FAA) a ainsi ouvert, vendredi dernier, une enquête approfondie sur le Boeing 787. "Nous sommes préoccupés par les récents incidents impliquant le Boeing 787. C'est pourquoi nous annonçons aujourd'hui une enquête approfondie", avait alors déclaré le secrétaire américain aux Transport Ray LaHood lors d'une conférence de presse à Washington, après le sixième incident. "Cet avion est sûr", avait-t-il toutefois assuré.

Boeing relativise, les marchés s'inquiètent

Du côté de Boeing, on préfère relativiser. "Tous les nouveaux avions commerciaux ont des problèmes", a justifié le directeur de la branche d'aviation civile de Boeing, Ray Conner, lors de la conférence de presse. Et de préciser que 50 Dreamliners sont en service dans le monde aujourd'hui.

Les investisseurs, eux, s'inquiètent des conséquences de cette succession d'incidents. Un analyste a estimé que les incidents du B787 étaient "bien supérieurs à la normale". L'action de Best en dent de scie depuis le début de cette vague d'incidents. Elle avait même perdu près de 2,87% vendredi dernier après l'annonce de l'ouverture d'une enquête. Ce matin, les actions des fournisseurs japonais du B787 ont été sanctionnés par cette série d'avaries. GS Yuasa qui fournit des batteries, a perdu 4,46% à la bourse de Tokyo. Il faudra attendre l'ouverture de Wall Street cette après-midi pour connaître les réactions du marché sur l'action Boeing. Celle-ci est malmenée depuis la semaine dernière sur les marchés. Vendredi, elle avait perdu 2,87% après l'annonce d'une enquête par la FAA.

Les compagnies restent confiantes

Malgré ces mesures de sécurité, les principales compagnies clientes du Dreamliner ont réitéré leur confiance à Boeing. "Nous ne sommes pas dans une situation qui nous conduirait à changer la stratégie que nous avons mise en oeuvre", a déclaré à la presse Shinichiro Ito, PDG d'ANA, à la sortie d'une réunion avec le ministre japonais des Transports, Akihiro Ota. ANA compte donc poursuivre sa stratégie long-courrier autour de l'exploitation du Dreamliner. Elle exploite déjà 17 B787 sur les 66 qu'elle a commandé.

Scoot, la compagnie low cost de Singapore Airlines, a également indiqué ce matin le maintien de sa commande de 20 B787. "Nous sommes convaincus que le contrôle de performance que Boeing effectue actuellement, ainsi que le processus externe de vérification, permettront d'identifier et de résoudre tout problème éventuel, et nous avons hâte de prendre livraison de notre premier 787 fin 2014 comme prévu", a indiqué Scoot dans un communiqué.

La compagnie australienne Qantas maintient aussi sa commande de 15 B787 à destination de sa filiale Jetstar. Air India, de son côté, a annoncé une inspection des 6 Dreamliners en exploitation, sur les 21 commandés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2013 à 5:45 :
un incendie à bord, c'est tout de même le pire du pire dans un avion, et ça fait le deuxième, du à un problème de conception. On peut pardonner les nombreux problème lors de la phase d'essai, qui est finalement faite pour corriger ce genre de choses...Mais là, en exploitation, les clients font figure de cobayes...
a écrit le 16/01/2013 à 14:10 :
et le CASA 235 algérien qui s' est vomi dans le massif central il y a quelques semaines ,que lui est-il arrivé M Hollande ? Il sait mais la transparence est opaque quand il est question des algériens !
Réponse de le 16/01/2013 à 17:41 :
parce qu' un CASA 235 c'est Français? et puis le papier monétaire pourquoi on le fabrique pas en Algérie? grandissez un peu....c'est lamentable de vivre 50 ans en arrière
Réponse de le 17/01/2013 à 5:50 :
casa est intégré à airbus depuis 2009...Donc, il fallait s'en prendre à Sarkosy...
a écrit le 16/01/2013 à 12:57 :
N'oubliez pas d'emmener, scotch, soudure, joint et autre accessoires de kit de survie pour rafistoler l'avion.
Réponse de le 16/01/2013 à 13:57 :
En avion, j'ai toujours ma bouteille de scotch et mes joints ! Et aussi une bouteille plastique vide...
a écrit le 16/01/2013 à 12:56 :
au moins c'est plus fiable
Réponse de le 16/01/2013 à 13:53 :
Autant manger des choux plutôt que des carottes... ou comparer 2 choses qui n'ont rien à voir.
a écrit le 16/01/2013 à 12:43 :
C'est le lot des nouveaux avions, surtout quand ils passent un nouveau cap technologique, mais en comparaison, l'A380 s'en tire à bon compte par rapport au 787, il avait eu des problèmes avec les moteurs rollrolls et des problème de micro fissures aux points de contrainte, qui vont être corrigés. sinon il vieillit assez bien. Pour le 787 c'est plus inquiétant, cela prend une mauvaise tournure. J'espère que l'A350 ne sera pas sorti trop vite et qu'il aura bénéficier de l'expérience de son ainé, quitte à attendre un an de plus, il veulent le faire voler pour le Bourget 2013, je préfère qu'il soit fini et tester correctement et qu'on l'envoi au Bourget en 2014.

Réponse de le 16/01/2013 à 13:22 :
Le salon du Bourget, c'est 1 an sur 2. Le suivant sera en 2015...
Réponse de le 26/01/2015 à 23:42 :
son style vestimentaire et son look sont franchement secondaires mais sa pensée économique est franchement romantique et simpliste vu les problèmes à résoudre.
Berlin et Bruxelles ne seront nullement impressionnés par son pedigree et la Grèce devrait laisser un peu de son arrogance au vestiaire.
Bruxelles et Berlin sont aussi democratiquement elus !!!!
a écrit le 16/01/2013 à 12:14 :
"Elle exploite déjà 17 B787 sur les 66 qu'elle a commandé."

66 -> commandés.
a écrit le 16/01/2013 à 12:07 :
A la rédaction de La Tribune : Commentaire sur la première phrase de l'article : Enième est par définition inderteminé. Il ne s'agit d'un énième incident mais du huitième. C'est écrit dans le titre, deux lignes au dessus.
a écrit le 16/01/2013 à 12:02 :
"L'action de Best en dent de scie depuis le début de cette vague d'incidents."
phrase sans verbe > merci de vous relire et/ou d'éviter le copier coller.
Réponse de le 16/01/2013 à 13:24 :
Je suppose qu'il faut lire "Boeing est" au lieu de "Best" ;-) !
Réponse de le 16/01/2013 à 14:40 :
Une action n'est pas en dent de scie, mais le graphe d'évolution du cours de cette dernière peut éventuellement l'être... bref il y avait des options plus judicieuses comme tournure de phrase! De plus dans la première partie de l'article on se répète à propose des 2,87% perdus en bourse ce Vendredi. On devine ici un manque de contrôle qualité avant publication d'un article, phénomène aux conséquences bien moins graves en comparaison avec les problèmes de contrôle qualité du ... Dreamliner :-)
a écrit le 16/01/2013 à 11:53 :
le 787 reste à prouver, les matériaux innovants ont leur limite.
a écrit le 16/01/2013 à 11:49 :
Avec toutes ces avancées technologiques ça semble pas le cas.
a écrit le 16/01/2013 à 11:48 :
A trop vouloir faire un bond technologique énorme cela va se terminer en échec commercial.
a écrit le 16/01/2013 à 11:46 :
C'est un avion trop novateur, tout a été changé, le but d'un appareil n'est il pas de l'améliorer module par module ? Parce que ca pète de partout, une leçon à retenir pour l'airbus a 350 ?
Réponse de le 16/01/2013 à 14:04 :
Super pour Le nouveau nickname : Nightmareliner, Je pense qu'il faudrait l'envoyer a Boeing & Je ne suis pas sur qu'ils auront Le meme sens de l'humour...
Réponse de le 16/01/2013 à 16:26 :
Ils le vivent déjà bien comme ça ;)
a écrit le 16/01/2013 à 11:07 :
Il y a tout de même eu deux jours sans incident. Bizarre...
a écrit le 16/01/2013 à 10:40 :
Je cite : "Les 129 passagers et membres d'équipage ont été évacués sans problème."

Rectification : plusieurs personnes ont été blessées pendant cette évacuation ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :