Boeing : série noire pour le B787 Dreamliner

Plus d'un an après sa mise en service, l'avion phare du constructeur américain est victime d'une série de problèmes techniques. Trois incidents sont survenus ces trois derniers jours.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le B787 n?en finit pas de causer des tracas à Boeing. Après les déboires de l?industrialisation qui ont entraîné un retard de trois ans du programme, les incidents techniques en exploitation. Plus d?un an après sa mise en service dans la flotte de Japan Airlines (JAL), l?avion phare du constructeur américain est victime d?une série de problèmes techniques.

Problème de frein ce mercredi

Ce mercredi, le vol de la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) qui devait effectuer la liaison entre Yamaguchi (ouest du Japon) et Tokyo-Haneda en B787 a été annulé en raison d'un problème de frein sur le train d?atterrissage arrière gauche. Une annulation qui intervient après deux problèmes rencontrés ces deux derniers jours par deux Dreamliner de JAL. Mardi, alors qu?un B787 roulait vers la piste de décollage l?aéroport international de Boston (Logan) pour s?envoler vers le Japon, une fuite de carburant est survenue, forçant l?appareil à rester sur le tarmac de l?aéroport américain. La veille, lundi, sur ce même aéroport, après son atterrissage, un début d'incendie s?est déclaré à bord pendant le nettoyage de l?avion, à cause de la « batterie utilisée pour démarrer le groupe auxiliaire de puissance (APU)", destinée à l'alimentation électrique à bord, a expliqué Boeing.

Selon le "Wall Street Journal", United Airlines a elle aussi découvert des connexions électriques mal installées sur l'un de ses six 787 lors de vérifications lancées à la suite du début d'incendie de lundi. United a confirmé à l'AFP avoir mené un examen de ses appareils mais pas avoir trouvé des problèmes de câbles. En décembre deux fuites de carburants avaient déjà été signalées sur un 787 et avaient entraîné l'ordre des autorités américaines d'examiner toute la flotte de Dreamliner en circulation.

En octobre, le PDG de Qatar Airways avait porté un coup très dur au B787 en déclarant qu'il ne prendrait pas livraison de l'appareil tant que les moteurs du GEnX (de General Electric) qui équipent le Dreamiliner (et le B747-8) n'étaient pas modifiés. Une menace qui intervenait après deux incidents.

Des incidents isolés

Pour l?heure, il ne s?agit que de petits incidents isolés. "Toutefois, bien que chaque incident soit petit, collectivement ils ont le potentiel d'influencer les taux de (...) fiabilité" de l'avion", expliquent les analystes de Jefferies. "Nous ne pensons pas qu'il y ait besoin de revoir le B787 de manière substantielle ou de faire un rappel sur cet avion (...), mais les investisseurs marchent sur des oeufs à propos de ce programme très en vue". L'action du géant aéronautique américain a fini en baisse de 2,6% à Wall Street mardi en réaction au deuxième incident, à 74,13 dollars, après déjà un recul de 2% la veille.

L'A380 n'est pas en reste

Airbus a lui aussi rencontré des problèmes sur l'A380 depuis sa mise en service. L'avionneur européen a dû faire face à des problèmes du moteur Rolls-Royce sur un appareil de Qantas en novembre 2010 et aux microfissures sur les ailes détectées fin 2011.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 11/01/2013 à 8:28
Signaler
C'est un article sur les avaries du 787, et il faut que l'auteur finisse sur l A 380.....mais la réciproque n'est que trop rarement vérifiée........

à écrit le 09/01/2013 à 15:04
Signaler
Ces soucis sont mineurs et dénotent une mise en service trop rapide en dépit des retards. La structure par elle même n'est pas en cause, c'est du détail qui peut avoir des conséquences graves...Alors mise au point encore et encore .

le 13/01/2013 à 18:44
Signaler
"La structure par elle même n'est pas en cause" 'core une remarque de quelqu'un qui ne s'est jamais intéressé à la conception d'un avion. Restez "investisseur" loin de la réalité, ça vaut beaucoup mieux. La structure d'un zing fait tout. Le reste est...

à écrit le 09/01/2013 à 14:00
Signaler
Tout ce que j'espère, c'est qu'ils vont réussir le plus rapidement possible à fiabiliser tout cela et à ammener l'avion à un niveau de sécurité nécessaire et suffisant. Il transporte des vies humaines ...

à écrit le 09/01/2013 à 13:55
Signaler
Rien ne vaut le bois et toile ! Ce sont les seules structures infatigables et qui ne sont pas sujettes a des limitations de vie ( TBO) ! (licence de maintenance aéro DGAC 01209)

le 09/01/2013 à 15:16
Signaler
Ce n'est pas une question de limitations de vie. Mais de minimiser les réactions de la matière et surtout, marier des matières qui vivent très différemment.

le 09/01/2013 à 18:02
Signaler
Cool!! je peux ressortir mon Breguet 14 du hangar à foin?!

le 09/01/2013 à 18:13
Signaler
Désolé, j'ai du mal à voir le rapport avec les problème de freins et de circuits électriques dans vos remarques...

à écrit le 09/01/2013 à 13:40
Signaler
Du travail d'amateur !!! Ce n'est même pas le problème des matériaux composites dont on nous a abondamment rebattu les oreilles... Ils peuvent toujours venir en stage chez Airbus à Toulouse !

le 09/01/2013 à 14:11
Signaler
Le modèle en cours de développement cité ci-dessus, fait largement appel aux matériaux composites. Avant de jouer "on est les meilleurs", attendez de voir . De plus, je tiens aussi à rappeler qu'un A-320 s'est crashé il y a plus de dix ans suite à un...

le 09/01/2013 à 23:35
Signaler
Aucun A320 ne s'est crashé sur blocage des commandes électriques, ni aucun airbus d'ailleurs. Pourriez vous étayer sérieusement cette affirmation (date, compagnie, vol?)? Un tel évènement aurait conduit immédiatement à une interdicition de vol de tou...

le 10/01/2013 à 5:15
Signaler
Boeing Boeing : vous avez parfaitement raison, aucun A320 ne s'est écrasé à cause d'un blocage des commandes électriques !!! D'où vient cette fable ? Quant à Boeing, il ne maîtrise pas le processus de fabrication du 787. C'est grave, mais ils ne von...

à écrit le 09/01/2013 à 13:34
Signaler
Depuis le début de la conception, toutes les personnes qui ont bossé dessus savent que chaque contact métal-composite est un générateur de boucle de corrosion. Soit, ils ont inventé l'avion jetable. "Amusant", par ailleurs, que comme pour leurs centr...

le 09/01/2013 à 15:01
Signaler
Excellent !

à écrit le 09/01/2013 à 13:09
Signaler
faire un avion en matériaux composites est loin d?être simple .... il faut donné du temps au temps ....si Boeing réussit ça va être la la baraqua !... Il est probable qu'ils ont des projets derrière (je ne s...

le 10/01/2013 à 4:40
Signaler
Ou est le probleme de composite dans les evenements relates ? On s'egare, on s'egare...

à écrit le 09/01/2013 à 12:58
Signaler
Je vais attendre 3 ans avant de prendre ce dreamliner. Il vaut mieux éviter tout mauvais rêves. Tout le monde sait que de petits incidents peuvent se terminer par un bel accident.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.