Après l'Indonésie, le Japon : Airbus s'attaque aux dernières forteresses de Boeing

 |   |  445  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Après avoir signé un contrat colossal la semaine dernière avec la compagnie indonésienne Lion Air qui n'avait jamais commandé d'Airbus, l'avionneur européen tente de percer au Japon.

Airbus s?attaque aux dernières forteresses de Boeing. En arrachant la semaine dernière à la compagnie indonésienne Lion Air un contrat portant sur 234 avions, le plus gros contrat de l?histoire de l'aéronautique, Airbus a percé ce qui constituait jusqu'alors une forteresse Boeing, Le quatrième pays le plus peuplé de la planète, avec 240 millions d'habitants, était jusqu'à présent la chasse gardée de Boeing. encore plus faramineux: 234 A320 au prix catalogue de 18,4 milliards d'euros. "C'est un contrat majeur pour Airbus car l'Indonésie est largement une forteresse Boeing", explique Ravi Madavaram, analyste pour Frost & Sullivan à Kuala Lumpur. "Je pense que, à partir du moment où Airbus pointe son nez, de plus en plus de compagnies à bas prix vont vouloir un Airbus A320. Ce sera alors difficile pour Boeing de rattraper son retard", estime-t-il.

Près de 100 avions d'ici à dix ans
"Lion Air était l'une des dernières compagnies dans la région qui n'avait jamais commandé d'Airbus. Mais nous ne baissons jamais les bras", explique à l'AFP Jean-Francois Laval, vice-président senior pour l'Asie. "La commande de Lion Air va accroître de manière significative notre présence sur l'important marché indonésien". La première économie d'Asie du Sud-Est est déjà le cinquième marché aérien au monde, derrière les Etats-Unis, la Chine, le Brésil et le Japon, selon l'institut de recherches international "CAPA Centre for aviation". Ainsi, entre 800 et 900 avions devront être commandés dans les dix prochaines années, selon le gouvernement.

10% du marché japonais seulement
Après cette belle victoire d?Aibus, l?avionneur européen est en passe de percer sur d?autres terres de Boeing. Au Japon. Selon la presse nippone, Airbus discute en effet la vente de 20 A350 à Japan Airlines (JAL). Un tel contrat briserait le quasi-monopole de Boeing dans l?archipel. Le constructeur américain est en effet installé au Japon depuis plus d'un demi-siècle et bénéficiant des liens historiques entre l'archipel et les Etats-Unis, Airbus n'a jamais réussi à faire une percée importante dans un quasi monopole de facto. Airbus qui n'a que moins de 10% de parts de marché au Japon. Grâce cependant à des commandes venant de plus petites compagnies, notamment ces derniers temps, Airbus a tout de même réussi à livrer depuis l'origine 100 appareils à des transporteurs japonais.
L'avionneur s'est toutefois heurté à des difficultés en tentant de vendre des très gros porteurs A380 à JAL et ANA, importantes compagnies qui ont jusqu'à présent ignoré les avantages prêtés à cet avion. En revanche, Airbus est parvenu à en placer 6 auprès de la compagnie concurrente et ambitieuse Skymark Airlines.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2013 à 17:02 :
Il faudrait rappeler que les commandes récentes passées par la société indonésienne Lion Air paraissent d'une réalité douteuse au regard de la capacité financière de cette société.
Si la crise économique s'aggrave comme on peut le craindre, les commandes engrangées risquent fort de ne pas être honorées.
On a l'impression que les gouvernements se livrent à travers àla planche à billets à des opérationsd "casinos" dans tous les domaines
a écrit le 25/03/2013 à 21:13 :
Si british airways choisissent les A350 et les A380 comme avions preferentiels de leur ligne de long-courrier de liaison de canberra -aukland-los angeles alors la demonstration de l'efficacite operationelle de ces avions seront confirmes commercialement.L'aspect de levier de marketting deces avions auront leur titre de confirmation de vols internationals et enclenchera leur envolee commerciale.La chine veut acquerir des avions performants pour leur marche interieur et international alors il est judicieux de faire un air show a Beijing pour gagner du marche de prospection chinoise en instance d'acquisition de confirmation.
a écrit le 25/03/2013 à 20:41 :
L'industrie aéronautique est un cartel constitué de longue date. La destination des acheteurs est d'arriver à une interpénétration des deux marques pour cause d'un minimum de partage des risques essentiellement industriels. Il n'y a donc pas de sens à se glorifier de "victoires" qui n'en sont pas. Ce petit débat devient sans intérêt. Celui des compagnies aériennes dont la finalité n'est pas acquise en est un autre.
Réponse de le 25/03/2013 à 22:08 :
Vous avez raison de parler dans le cas des compagnies de pays neutre mais le Japon est un partenaire dépendant des US, c'est un victoire important. Si JAL et ANA vont acquérir aussi des gros porteur A380, il devient briseur le mythe, ainsi pour les compagnies américaine, elles ont choisi prioritairement l'avion construit en US. Les gros porteurs 380 sont toujours avoir la peine desservir les aéroports aux USA.
Réponse de le 25/03/2013 à 23:32 :
Je dis la même chose, restons modeste !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :