F-35 : l'Italie envisage de réduire à nouveau sa commande

 |   |  251  mots
L'Italie prévoit de réduire son budget de la défense de trois milliards d'euros sur les trois prochaines années, un plan d'économies qui pourrait passer par la révision de programmes d'envergure comme l'acquisition de F-35
L'Italie prévoit de réduire son budget de la défense de trois milliards d'euros sur les trois prochaines années, un plan d'économies qui pourrait passer par la révision de programmes d'envergure comme l'acquisition de F-35
Rome pourrait revoir à la baisse sa commande de 90 avions de chasse F-35. Elle avait déjà été réduite de 131 à 90 appareils.

L'Italie pourrait revoir à la baisse sa commande de 90 avions de chasse F-35, fabriqués par le groupe américain Lockheed Martin, dans le cadre d'un vaste programme de réduction de sa dépense publique, a déclaré le président du Conseil Matteo Renzi. L'Italie prévoit de réduire son budget de la défense de trois milliards d'euros sur les trois prochaines années, un plan d'économies qui se traduira par la fermeture de casernes mais aussi par la révision de programmes d'envergure comme l'acquisition de F-35, dont le coût du programme a explosé.

"Nous maintiendrons nos programmes internationaux et nous continuerons à avoir une force aérienne solide mais ce programme sera révisé", a annoncé dimanche le nouveau chef du gouvernement italien sur la chaîne de télévision Canale 5.

11,8 milliards d'euros sur 45 ans

La commande de F-35, d'un coût initialement estimée à 11,8 milliards d'euros sur 45 ans à partir de 2015, fait l'objet d'une incertitude prolongée, les gouvernements successifs étant tous confrontés à la nécessité de remettre de l'ordre dans les finances publiques. Pour exemple, ce programme coûtera au contribuable américain au moins 1.500 milliards de dollars (1.160 milliards d'euros) sur un cycle de vie d'un demi-siècle, a dû reconnaître en 2012 le Pentagone.

La commande a déjà été réduite de 131 à 90 appareils mais nombreux sont ceux, au sein du Parti démocrate de Matteo Renzi comme dans l'opposition, qui souhaitent aller plus loin, voire renoncer carrément au programme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2014 à 15:16 :
Si l'Italie va jusqu'au bout des volontés de son nouveau premier ministre, elle est capable de réaliser un retour dans dans les grands pays et prouver à l'UE que la croissance passe bien par la diminution de la dépense publique.
a écrit le 17/03/2014 à 14:28 :
L'Europe politique tue l'Europe industrielle car refuser et la France avec le niet de M. Dassault pour une alliance avec d'autres industriels, validée par le plus médiocre de notre Président de l'époque M. Chirac plus apte aux magouilles politiciennes que par une capacité à voir au delà de l'Elysée et de son abondance dont il a usé, fait qu'aujourd'hui nous n'avons pas une industrie d'armement concurrentielle et forte à l'intérieur de l'Union et pour exporter. Nous payons comme pour toute l'Industrie la médiocrité de ceux qui nus gouvernent au niveau européen demain nous paierons très cher le refus de l'Energie européenne.
Réponse de le 17/03/2014 à 15:03 :
Quand on voit le cout et l'efficacité du Typhoon en comparaison du rafale, la meilleure chose que l'on ai faite c'est de sortir du programme.
mieux pour notre R& D, mieux pour notre AdA et marine, mieux pour le contribuable français.
a écrit le 17/03/2014 à 14:24 :
A la place, on peut même fournir quelques Rafales ou éventuellement €fighters ;-) !
a écrit le 17/03/2014 à 12:45 :
Italie, Rome, contribuable américain, Pentagone, ... je suis un peu perdu dans vos chiffres. ça manque de netteté, ou alors c'est tout mélangé.
a écrit le 17/03/2014 à 12:32 :
L'avion n'est pas encore opérationnel.
De plus en plus cher du coup de moins en moins de commande et du coup de plus en plus cher.... pour un résultat opérationnel de plus en plus incertain.
Pour une fois nous autres français avons su éviter de nous engager dans un programme couteux et incertains.
Le F-35 finalement est peut être une arme de destruction massive des industries aéronautique des participants au programme (hors US...)
Réponse de le 17/03/2014 à 15:07 :
Le programme Joint Strike Figther dont le F35 est issu est une vaste et triste blague des retards , des performances plus que discutables y compris niveau furtivité , les opérateurs étrangers ne sont pas les seuls à se plaindre de cet avion la Navy n en veut pas car il est incapable de reprendre les missions du F18 Super Hornet, les Marines n en veulent pas non plus Mais bien sur on leur a gentilement demandé de la fermé et de prendre ce qu on leur donnait...
a écrit le 17/03/2014 à 11:59 :
Comme on les comprend, puisque cet avion ressemble fort à un grosse escroquerie : il a déjà construit été livré à plus de 100 exemplaires, et aucun d'eux n'est opérationnel. Le chef d'oeuvre du complexe militaro-industriel américain ? Dont Eisenhower disait déjà à la fin des années 1950 qu'il allait phagocyter l'Etat et l'économie US.
a écrit le 17/03/2014 à 11:33 :
De toute façon le F35 30 exemplaires suffiront et ce sera encore trop cher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :