Lockheed Martin reste le meilleur vendeur d'armes de la planète

 |   |  637  mots
Le constructeur du F-35 Lockheed Martin reste année après année le meilleur vendeur d'armes de la planète
Le constructeur du F-35 Lockheed Martin reste année après année le meilleur vendeur d'armes de la planète
Année après année, l'américain reste toujours au sommet des groupes de défense. Thales entre dans le top dix, en se plaçant au 9e rang mondial, selon le classement annuel dévoilé lundi par le journal américain "Defense News".

Indéracinable Lockheed Martin... Depuis l'an 2000, le groupe américain a toujours gardé la première place du classement annuel des groupes de défense dévoilé lundi par le journal américain "Defense News". En 2014, le constructeur de l'avion de combat F-35 a encore très facilement repoussé ses poursuivants, notamment Boeing (32 milliards de dollars de ventes dans la défense en 2013) et le britannique BAE Systems (28 milliards de dollars), qui complètent le podium, en affichant un chiffre d'affaires 2013 dans la défense de 40,49 milliards de dollars. Une activité pourtant en baisse de près de 10 % par rapport à 2012.

Pour compenser la baisse de ses activités de défense, Lockheed Martin est entré sur le marché civil dans des domaines comme la gestion de trafic aérien, la formation et la simulation dans l'aéronautique, l'énergie... Basé au Maryland, le groupe a ainsi pu compenser la chute de son chiffre d'affaires dans la défense entre 2012 et 2013 (plus de 4,3 milliards de dollars). Au total, les ventes globales de Lockheed Martin ont seulement baissé de 1,8 milliard de dollars. Aujourd'hui le groupe américain ne réalise plus que 89 % de son chiffre d'affaires dans la défense, contre plus de 95 % en 2013 et 2012. En 2000, la défense ne représentait que 63 % de son chiffre d'affaires global.

Thales dans le "Top Ten"

Curieux paradoxe. Alors que le PDG Jean-Bernard Lévy veut orienter son groupe vers les activités civiles en raison de la baisse des budgets de défense des pays matures, Thales est revenu en 2014 dans le "Top Ten" des groupes de défense. Un classement inédit depuis 2007, année où Denis Ranque était encore à la tête du groupe d'électronique. Avec près de 11 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans la défense (soit 56,30 % de ses ventes globales), le groupe français se classe à la neuvième place du classement des 100 premiers groupes de défense.

Il est bien sûr devancé par Airbus Group (7e rang), qui lui aussi se réoriente vers le civil. Le groupe européen, basé aux Pays-Bas, a réalisé 16,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans la défense sur un total de 81,1 milliards. Deux fois moins que son rival américain Boeing, qui a enregistré 32 milliards de ventes dans le militaire. A noter la bonne performance du groupe naval DCNS qui entre dans le "Top 20" de ce classement avec un chiffre d'affaires de 4,6 milliards de dollars (16e rang). Ce qui n'est pas son meilleur classement (14e en 2003). Safran (23e), qui gagne deux places par rapport à 2013 (25e), Dassault Aviation (50e, contre 55e en 2013) et Nexter (63e, contre 70e en 2013) complètent les groupes français dans le Top 100 de ce classement de "Defense News".

Six américains dans les dix premiers

Ce n'est pas une surprise. Mais pour ceux qui ont envie de baisser la garde en Europe, cela rappelle un peu plus l'hégémonie des Etats-Unis sur le marché mondial des ventes d'armes, une activité de souveraineté nationale par excellence. Six groupes américains - Lockheed Martin (1er), Boeing (2e), Raytheon (4e), Northrop Grumman (5e), General Dynamics (6e) et United Technologies (8e) - sont parmi les dix plus grands groupes mondiaux de défense. Et parmi les 20 premiers, ils sont treize : outre les six premiers, L-3 Communications, Huntigton Ingalls Industries (construction navale), Honeywell, Textron, Booz Allen Hamilton (SSII), General Electric et Exelis (conglomérat).

Seuls quatre groupes européens parviennent à concurrencer les Américains dans les dix premiers groupes mondiaux de défense : BAE Systems (3e), Airbus Group (7e), Thales (9e) et enfin l'italien Finmeccanica (10e), qui a régressé de deux places entre 2013 et 2014. En outre, le Russe Almaz-Antey (systèmes de défense aériens, électronique) se glisse à la 12e place, le motoriste britannique Rolls-Royce à la 14e et DCNS à la 16e.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2014 à 17:42 :
Le F-35 est conçu comme un avion d’attaque.
Il a déjà repli une mission principale avant même son entrée en service : détruire la capacité européenne d’indépendance sur l’origine de son armement en vampirisant les dépenses militaires des états européens coopérant au programme de Lockheed.
Sachant que les dépenses militaires hypothétiquement combinées de l'Union par rapport aux États-Unis et aux cinq plus importants budgets de la défense européens
a écrit le 05/08/2014 à 14:12 :
Le Ponzi-Scheme F 35 est loin d'être terminé, ça peut encore se transformer en Liqueeed-Martin. Voir les déclarations récentes sur l'inocuité du stealth, compte-tenu des progrès des radars ondes courtes. Et l'état des relations avec la Russie va pousser plus d'un à mieux réfléchir à ce qu'il achète à son "cher" oncle Sam.
a écrit le 05/08/2014 à 13:43 :
Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Le budget de la défense US est supérieur à l'ensemble des budgets de défense des pays de l'UE. Et les US, forts promoteurs du libéralisme commercial transatlantique, sont très fermés pour les marchés d'équipement militaire. Donc 6 entreprises US dans les 10 premiers en terme de CA défense, rien que de très normal. Comme en plus un peu de chantage aux pays européens qui changent leurs équipements permet de fourguer des équipements US, même non existants, peu de chance que cela change.
a écrit le 05/08/2014 à 11:45 :
Et en plus vous publiez la photo du plus grand couac de l'histoire aéronautique pour illustrer les succès de ventes de ce fabricant.....
Réponse de le 05/08/2014 à 12:08 :
s'ils arrivent à mettre en service le F-35, il y aura probablement par la suite des rappels massifs comme chez GM.
Réponse de le 05/08/2014 à 13:46 :
"plus grand couac" peut-être pas, faut attendre un peu plus pour savoir, mais il est au minimum dans le top 5 des bavures des industries de la défense.
Nos alliés européens sont inquiétants, inconscients, dangereux.
Difficile de leur faire confiance en cas de coup dur.
Réponse de le 19/08/2014 à 16:49 :
C'est peut être pour toutes ces raisons que le Danemark a prévu d'équiper sa flotte avec cet avion plutôt qu'avec un autre appareil européen !!!
a écrit le 05/08/2014 à 9:43 :
C'est normal, nombreux d'états européens ont financé et achètent le F35, l'avion "fantôme"
Les dirigeants européens sont vraiment de cons.
Qu'ils ne viennent pas nous dirent que leurs industries fondent cause la mondialisation.
Fondent par la conneries des dirigeants.
Bravos aux gentils toutous des Etats-Unis.
a écrit le 05/08/2014 à 9:13 :
En même temps c'est logique quand vous êtes une entreprise qui appartient au pays le plus puissant du monde avec la monnaie la plus puissante du monde et avec l'armée la plus puissante du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :