Satellite EDRS-C : pourquoi Airbus a dû lâcher SpaceX pour Arianespace

 |   |  640  mots
Arianespace devrait finalement lancer le satellite européen EDRS-C, un programme en PPP entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Airbus Defence & Space
Arianespace devrait finalement lancer le satellite européen EDRS-C, un programme en PPP entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Airbus Defence & Space (Crédits : Reuters)
Airbus Defence and Space a annoncé vendredi être en négociation avec Arianespace pour lancer le satellite européen EDRS-C financé en partie par l'Agence spatiale européenne (ESA). Initialement, il était en négociation avec l'américain SpaceX.

La pression politique en France aura eu finalement raison des envies d'Airbus Defence & Space de faire monter à bord du lanceur Falcon 9 de l'américain SpaceX le satellite relais EDRS-C réalisé dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et le numéro un européen de l'espace. Dans un communiqué publié vendredi, Airbus DS a déclaré être "en négociation" avec Arianespace "afin de trouver un accord pour le lancement du satellite EDRS-C".

Évalué à plus de 500 millions d'euros, EDRS (European Data Relay System) est un projet de l'ESA de constellation de satellites de télécommunications placés en orbite géostationnaire et dont le rôle est d'assurer le relais entre des satellites en orbite basse et des stations terrestres. Le système européen de relais de données EDRS "incarne la solution la plus performante et sophistiquée en matière de transfert spatial d'informations, offrant aux satellites et drones une capacité de transmission de données en quasi temps réel avec une qualité de large bande", selon Airbus DS.

Pressions du gouvernement français

Airbus DS a démenti "faisant suite aux articles parus récemment dans la presse (...) avoir signé un contrat américain SpaceX pour le lancement" de ce satellite. Pourtant, l'article du  magazine spécialisé SpaceNew, qui a été le premier à révéler les négociations entre Airbus DS et SpaceX, n'a fait état que de négociations. Bref, une indiscrétion dans la presse qui a bien profité à Arianespace, qui négociait en parallèle avec Airbus DS, et à l'Europe. Mais, plusieurs sources contactées ont indiqué que le groupe spatial avait bien une préférence pour SpaceX en raison des prix de lancement très compétitifs que la société américaine pratique sur le marché commercial grâce aux "aides" de la Nasa.

C'est donc la pression politique qui a obligé Airbus DS à changer ses plans. Le gouvernement français dans son ensemble, notamment la secrétaire d'État à la Recherche et à l'Enseignement supérieur en charge de l'espace, Geneviève Fioraso. Elle "ne laissera pas passer", avait expliqué au "Figaro" son entourage. Elle-même mis sous pression par des parlementaires "scandalisés" par les négociations entre Space X et Airbus DS, qui souhaite que les Etats membres de l'ESA garantissent cinq lancements institutionnels par an pour exploiter Ariane 6. Contrairement à l'Allemagne, la France n'a toutefois pas investi dans ce programme.

"Coup de poignard"

C'est le cas de l'ancienne ministre et députée de Seine-Maritime, Valérie Fourneyron, qui a interpellé cette semaine le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, et Geneviève Fioraso à travers une question écrite : "si cette décision (d'Airbus DS, ndlr) devait être confirmée, ce serait un véritable coup de poignard dans le dos pour l'Europe spatiale" alors que "la France, grâce à la détermination de la secrétaire d'État a gagné un extraordinaire défi lors de la réunion des ministres européens de la recherche de l'ESA à Luxembourg avec la décision prise le 2 décembre 2014 de construire une future Ariane 6 pour 2020". Un investissement de 4 milliards d'euros. "Que l'Allemagne choisisse le concurrent direct d'Arianespace dans le contexte rappelé plus haut serait incompréhensible et inacceptable", a-t-elle souligné.

Le sénateur des Yvelines, et premier vice-président du groupe des parlementaires pour l'Espace, Alain Gournac, s'est également ému de ces négociations. Il a écrit à Emmanuel Macron "pour lui dire combien il a été scandalisé d'apprendre qu'Airbus Defence & Space, maître d'œuvre de la fusée européenne Ariane, serait en négociation avec l'américain SpaceX pour mettre en orbite, en 2016, le second satellite EDRS construit pour le compte de l'Agence Européenne Spatiale (ESA)". "Cela s'appelle jouer contre son camp", écrit Alain Gournac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2014 à 12:50 :
Pour l'instant space x c'est une fusée avec des vieux moteurs russe. ca va pas durer une éternité, dès lors qu'ils seront obligés de faire de la R§D ils seront au même prix que nous
Réponse de le 15/12/2014 à 13:13 :
Vous êtes très mal renseigné.
Réponse de le 03/01/2015 à 20:49 :
TRÈS TRÈS mal renseigné !
a écrit le 15/12/2014 à 12:29 :
d un autre cote, forcer un client potentiel d utiliser ariane, c est dire a arianespace qu il peuvent exiger le prix fort car celui ci sera obliger de passer par eux... pas tres malin !

La france est la championne de ce type de politque. on a fait de meme avec bull. tout ce qui dependait de la dministration francaise devait acheter bull, meme si c etait de la merde. bilan de course, bull n a jamais reussit a produire quelque chose de valable car ils etaient sur d avoir de toute facon les commande francaises
a écrit le 15/12/2014 à 7:10 :
confier à Ariane le lancement de sattellites européens est juste du bon sens. Arrêtons d'être naïfs, les autres pays ne se gênent pas pour appliquer la préférence nationale. En plus dans ce cas, la solution Ariane est de meilleure qualité.
Je rappelle que l'ESA est financé par nos impôts.
Enfin, sauf erreur de ma part, Ariane n'est plus choisie par les États-Unis pour leurs lancements institutionnels depuis que SpaceX (qui est une belle initiative sans aucun doute) existe.
Réponse de le 15/12/2014 à 10:47 :
"Je rappelle que l'ESA est financé par nos impôts. " Oui, mais pas Airbus DS....et pas le projet EDRS, du moins pas en totalité....
Réponse de le 15/12/2014 à 11:48 :
"Sauf erreur de ma part" -> en effet, il s'agit d'une erreur de votre part! Ariane est toujours utilisée par les opérateurs US, pour certains car elle offre des solutions pour des satellites plus lourds, pour d'autre car ils cherchent la fiabilité (et 63 lancements d'affilée sans soucis, commercialement, c'est puissant). Il y avait un satellite d'un opérateur télécom US sur le dernier lancement d'Ariane 5 ce mois-ci.
a écrit le 14/12/2014 à 15:51 :
Je ne suis pas expert, mais d'après l'actualité du secteur depuis quelques mois une chose est certaine : il faut tenir la branche défense d'Airbus le plus loin possible de nos intérêts !
Du lancement de satellite raté, jusqu'au test du missile M51 raté aussi, en passant par Airbus helicopter qui livre du matériel pas abouti (nH-90 marine) et maintenant cela, Airbus rate quasiment tout ce qui est important pour nous.
J'ai presque l'impression que ce n'est pas par hasard....
Réponse de le 14/12/2014 à 19:01 :
Très fine analyse, mais en parallèle il y a pas mal de choses qui aboutissent. Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain...Par ailleurs le tir de satellites que vous évoquez n'est pas sur un lanceur fait par Airbus defence. Vérifiez vos sources...
Réponse de le 14/12/2014 à 19:12 :
en ajoutant que les allemands ne savant de produire et vendre des grosses bagnoles de lux, de la machine outil dont actuellement personne ne veut d la la chimie à gogo (OGM inclus et pesticides). Devant les amerlocs ils font de l'esbroufe même quand ils sont totalement sur écoutes et espionnés par ces derniers (e les rosbifs) comme s'il n’agissait de soviétiques. Mais ils ne ont pas les seuls à jouer un drôle de jeu pour ne pas dire à nous trahir carrément, si l'on peut dire on a également les polacos, et même un bon nombre de dirigeants des institutions européennes. En ce qui concerne l'espace le foirage de Galiléo est une autre illustration du double jeu et des coups de barbouzes venant de tous ceux là. Ce qui est quand m^me dingue c'est que l'opinion publique (y compris française, c'est honteux et navrant) manipulée à souhait croit que Merkel par exemple joue en faveur des européens, alors que c'est totalement faux, elle n'est qu'au service des multinationales US et allemandes et ...contrainte et forcée vu les débouchés, chinoises.
a écrit le 13/12/2014 à 14:47 :
"...en raison des prix de lancement très compétitifs que la société américaine pratique sur le marché commercial grâce aux "aides" de la Nasa."

Ah bon. La NASA subventionnerait SpaceX pour les vols commerciaux?!

Bonjour la désinformation.

Enfin, c'est vrai qu'on ne peut accepter qu'une compagnie privée puisse battre l'élite mondiale de l'industrie aérospatiale, avec un budget 5 fois moins élevé, et sans prendre l'argent des les poches des contribuables.

Mieux vaut faire croire à la population que SpaceX est une "créature" de la NASA et qu'ils disposent secrètement d'un budget illimité afin de concurrencer illégalement les grandes entreprises aérospatiale mondiale. Elon Musk est un pion d'Obama. C'est un scandale! Bouh! Méchants américains! Vive la France!
Réponse de le 13/12/2014 à 23:27 :
Qd vous aurez 5 mn, vous nous expliquerez les comptes de spaceX...ce sera certainement tres instructif...Juste un petit bilan investissements vs revenus.
Réponse de le 15/12/2014 à 13:15 :
+1

Si la NASA passe des commandes à SpaceX, pour une même mission les montants sont plus bas que les commandes passées à Boeing. Faire croire que c'est la raison des prix bas me semble douteux...
Réponse de le 03/01/2015 à 20:59 :
"Qd vous aurez 5 mn, vous nous expliquerez les comptes de spaceX...ce sera certainement tres instructif...Juste un petit bilan investissements vs revenus."

Qd vous aurez 5 mn, vous nous expliquerez les comptes d'Arianespace... ce sera certainement très instructif... Juste un petit bilan investissements vs revenus : 8 milliards pour Ariane 5, 4 à 6 milliards pour Ariane 6, 600 millions juste pour le pas de tir d'Ariane 6, etc... Avec en plus 120 millions de subventions européennes annuelles pour ne pas que les revenus ne soient négatifs on se demande par quel miracle ils pourraient ne serait-ce que parvenir à équilibrer leurs comptes !
Et puis si vous avez 5 mn de plus vous nous expliquerez comment la NASA pourrait subventionner les lancements comerciaux de SpaceX alors que ses comptes sont publics? D'où viendrait l'argent et comment serait-il versé à SpaceX? Ce sera certainement très instructif aussi...
a écrit le 13/12/2014 à 14:10 :
Il nous font chier les politiciens. Avant de demander à ce que les plans soient changés, qu'ils deviennent compétents.
La France est un pays d'arrieres incompétents, hautains, intolérants et consommateurs d'argent (j'assume ces propos). Bref y a plus rien à en tirer et avec leurs conneries, ils tirent Airbus vers le bas...
Il serait temps de dégager là France des actionnaires du groupe. Ça fera un boulet de moins.

Bien-sûr spaceX est de la merde comparé aux produits europeens... (grosse ironie, le gars est un génie capable de construire une fusée seule)
Enfin bref....
Réponse de le 13/12/2014 à 14:32 :
En voilà un (sacré) commentaire. Bon, vous vous perdez dans votre ignorance. On ne va pas retracer l'histoire d'EADS (Airbus), d'Arianspace etc... au risque de vous faire pâlir. Seulement, ce mépris à l'égard d'un pays qui joue son rôle comme les autres est insupportable (oui il y a du bon et du moins bon dans ce pays comme partout).
Et au passage, M.Musk est un homme très intelligent certes mais incapable de "construire une fusée" seul... (vous parlez de l'assemblage ou de la conception ? ou des deux peut être ? et je ne parle pas du reste).
Réponse de le 13/12/2014 à 17:36 :
Vous voulez qu'on retrace l'histoire à partir de quand? La SEP? Je connais très bien l'histoire de ce groupe, et même avant qu'il s'appelle EADS ou Airbus, ne vous en faites pas. Pour sortir de telles conneries, vous n'avez aucune vision du futur. Les temps changent, le monde évolue et les réfractaires dans votre genre sont le soucis.
Je parle de conception... Et il en est amplement capable, vous le sous estimez...
j'aime les donneurs de leçons...
Réponse de le 13/12/2014 à 21:01 :
"Que l'Allemagne choisisse le concurrent direct d'Arianespace dans le contexte rappelé plus haut serait incompréhensible et inacceptable" En réponse: ArianeSpace n'a qu'à devenir compétitive et arrêter de vivre sur ses acquis (ca me fait penser à Bull et l'armée cette histoire).
"Cela s'appelle jouer contre son camp" <== Ah, je ne savais pas qu'il y avait des camps, mis à part celui du bénéfice, en ce moment. Au pire, on repartira sur un nouveau plan social en 2016. Super, non? De là à ce qu'Ariane 6 soit prête, il faudra tout de même lancer des satellites au prix fort.
Que la France continue d'être conservatrice à ce point et dans quelques années Airbus se sera fait grappiller des parts de marché ouvertement.
Bref, c'est à la limite de l'ingérence; la France n'a rien investi, elle n'est donc pas cliente, mais se permet d'ordonner en tant qu'actionnaire...
Réponse de le 14/12/2014 à 8:45 :
@Dada : une seule question à Dada : pensez vous une seule seconde que les Etats-Unis lanceraient un satellite institutionnel ou un satellite militaire avec Arianespace ? C'est bien ce que voulait faire Berlin, non. Cela s'appelle jouer contre son camp, oui. Il faut appeler un chat, un chat.
Réponse de le 16/12/2014 à 8:53 :
@Totoff: Nous ne sommes pas sur un programme militaire et les US font appellent à ArianeSpace... En plus la France ne paye pas dans ce projet et l'Allemagne cherche à faire à faire des économies à une boîte franco allemande... Effectivement, arianespace n'aurait pas eu ces contrat pendant 5 ans mais elle en a d'autres.
Enfin bref,...
Réponse de le 03/01/2015 à 21:01 :
Berlin l'a déjà fait. Pour rappel la constellation allemande de trois satellites de reconnaissance radar Sarah sera lancée par SpaceX.
a écrit le 13/12/2014 à 12:40 :
Ce qui est scandaleux, c'est de voir comment les Américains "trichent" aux mépris des règles de l'OMC... Comme la Chine et d'autres pays d'ailleurs. On ne peut pas leur en vouloir, en revanche c'est déplorable de voir, nous, Européens, si naïfs et apathiques...
Réponse de le 13/12/2014 à 13:44 :
Ce n'est pas de la naiveté, c'st un choix décisionnel atlantiste. Ne pas oublier que c'est un banquier Pompidou qui a renié l'indépendance de la France en rlui faisant rejoindre l'OTAN et brisant le rêve d'indépendance de De Gaulle. Les pires adversaires de la France sont ... en France. Hollande avec l'Ukraine n'st pas mieux. L'marique était franocphoen et il afallu que Napoléon ce dictateur vende l'a.
Réponse de le 13/12/2014 à 13:49 :
Il n'y a pas de naiveté selon moi mais des choix atlantistes. Pompidou banquier a cassé le rêve d'indépendance et d'Europe franco-allemande forte de De Gaulle, en faisant rejoindre l'OTAN. une vraie trahison. idem pour Hollande qui brade les intérets stratégiques et économiques français avec la Russie, pour soutenir l'Ukraine tenue par des soudards. Napoléon a vendu l'amérique majoritairement francophone en 1803 à Jefferson, président des USA nouveaux ...Les français ont été régulièrement trahis par leurs dirigeants.
a écrit le 13/12/2014 à 11:22 :
Bonjour,
Cette histoire résume à elle seule le double jeu des Allemands qui, en étant dans l'Europe, sont totalement pro-américains.
Il serait temps que le ménage soit fait en votant une loi européenne de préférence européenne pour les appels d'offre publics comme privé. Et que l'on ne fasse appel à l'expertise étrangère que lorsque celle-ci fait défaut en Europe, chose qui est très rare. Cela permettrait de remplir nos carnets de commande et nous cesserions de jeter notre argent par les fenêtre en le donnant à des puissances étrangères de plus cela rééquilibrerait la balance commerciale européenne.
Enfin le monde comprendrait que la première puissance économique et industrielle de la planète est et reste l'UE mais comme ses membres sont totalement autonomes au lieu de former une fédération on ne le voit pas aujourd'hui ... .
a écrit le 13/12/2014 à 11:02 :
Bon la question est de savoir quel ete le prix lancement de l'un est de l'autre.... Bien, point important est aussi de dire que le système galelio GPS europeen ne fonctionne toujours pas.... Il y a été effectué des million de l'argent europeen et resultat zéro.... Qui sont les responsables, quel sera les sanctions, que vas ton faire pour remédier au probleme.... Voila des questions et des réponses que nous souhaitons entendre...
a écrit le 13/12/2014 à 10:50 :
Airbus devient de plus en plus une entreprise atlantiste et celui qui dit atlantiste dit…. américaine. Dans quelques années, vous pouvez noter, Airbus va vendre une partie de ses actions à des sociétés américaines et alors là ce sera la fin des haricots pour l'aventure spatiale européenne. Vous pouvez le noter.
Réponse de le 13/12/2014 à 14:19 :
Dans quelques années encore ?!! là vous êtes trop optimiste.
a écrit le 13/12/2014 à 10:18 :
Payer un peu plus cher pour faire tourner leur premiers donneur d'ordre devrait être logique ... Sauf pour les Allemands.
Réponse de le 13/12/2014 à 13:52 :
Pourriez vous clarifier qui sont pour vous le payeur ainsi que le donneur d'ordre?
a écrit le 13/12/2014 à 9:33 :
Coquille : "qui a obligé Airbus DS a changé ses plans." à changer
Réponse de le 13/12/2014 à 15:22 :
Merci, Photo73.
Réponse de le 14/12/2014 à 14:45 :
Merci à vous Photo73... Bon dimanche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :