Bruxelles saisit l'OMC contre des aides d'Etat au Boeing B777X

 |   |  197  mots
Le B777X de Boeing est un dérivé du B777. Il vise le marché de l'A380 et de l'A350.
Le B777X de Boeing est un dérivé du B777. Il vise le marché de l'A380 et de l'A350. (Crédits : Boeing)
La Commission européenne a annoncé le lancement d'une procédure à l'encontre de Boeing qu'elle accuse d'avoir eu recours à des aides publiques américaines pour financer son programme de B777X.

 L'Union européenne a saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour se plaindre de "milliards de dollars" de subventions présumées illégales dont bénéficierait Boeing, a fait savoir l'OMC vendredi.

L'UE affirme que l'Etat de Washington a enfreint les règles de l'OMC en proposant à Boeing des avantages fiscaux très étendus afin qu'il y construise son nouveau modèle B777X.

>> Lire aussi: Boeing lance un nouveau B777 pour défier l'A350-1000 mais aussi... l'A380

Le B777X est une version dérivée du B777, gros porteur long courrier de Boeing lancé en 1995. Ce nouveau programme, lancé en 2013, comporte deux modèles: le B777-8X avec 350 passagers et le B777-9X avec 400 passagers.

Une longue histoire aux multiples rebondissements

L'UE et les Etats-Unis n'ont toujours pas résolu un très long contentieux portant sur des subventions qui auraient été accordées à Boeing et à Airbus. Les Etats-Unis reprochaient ainsi les Européens d'avoir subventionné l'A350, tandis qu'à l'inverse, les Européens ont agi contre de présumées aides au 787. L'OMC n'a pas réellement tranché sur ce conflit séparé en deux procédures distinctes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2014 à 21:50 :
Ah oui, j'ai oublié de dire que je ne sers à rien!
a écrit le 20/12/2014 à 13:16 :
Cela n'est que du cinéma, cela ne fonctionne que dans un seul sens et tout le monde le devine...!
a écrit le 20/12/2014 à 7:39 :
Les usa se contre foutent des règles internationales.... C'est la loi du plus fort qui s'impose.
Le critérium de l'indépendance est la défense disait de Gaulle.
La défense de l'ue, c'est l'otan qui est commandée par un général américain qui obéi au président des états unis.
Poutine à raison de dire que les dirigeants européens ont abandonné l'idée même de souveraineté.
Donc cette plainte n'aboutira à rien car c'est toujours le chef qui fixe les règles.
Réponse de le 20/12/2014 à 13:17 :
Ce qui est gênant est que les US sont actuellement mal sur un paquet de fronts, et, en avionique, sur le 787 et le F35.
Ils se sentent donc obligés de mettre quelques difficultés sur Airbus, histoire de compenser leurs pépins.
a écrit le 20/12/2014 à 7:34 :
Comment peut on croire que les règles de la concurrence puissent s'appliquer au marché de l'aéronautique tenu par Boeing et Airbus ? Le ministére de la recherche en France accordait par exemple la quasi totalité de ses crédits à l'aéronautique et à l'aérospatial privillégiant ces secteurs au détriment des autres secteurs d'activités.
Réponse de le 20/12/2014 à 10:58 :
La mondialisation, c'est la suppression de toute concurrence. La concurrence est devenu une utopie, car l'argent n'a plus de frontière, et le concurrent d'une société peut en fait être sa filiale. Les états participent aussi à biaiser la concurrence en investissant dans la recherche, en finançant des infrastructures et en subventionnant de la main d'oeuvre ou en fermant les yeux sur le dumping. Ce qui est appelé concurrence aujourd'hui, c'est la spéculation qui ne profite pas aux consommateurs, mais à la finance.
a écrit le 20/12/2014 à 0:42 :
L'EU qui attaque son maître... Quelle poillade...
Déjà que TOUS les mouvements bancaires de l'EU sont communiqués aux US alors que c'est une honte complète, faut arrêter de nous prendre pour des idiots. Et je suis très poli.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:38 :
+++++++++++++ Bravo !!
a écrit le 19/12/2014 à 23:58 :
Les Etats existeraient donc encore et ils financeraient même leurs compagnies nationales privées? Etonnant... L'argent du public n'a pas d'odeur pour les libéraux, mais il sent le soufre s'il sert à la collectivité. Quant aux règles de la concurrence, tout le monde s'assoit dessus. D'où l'inutilité, voire la dangerosité de signer les accords de libre échange prévus avec les US (ou d'autres) US GO HOME.
a écrit le 19/12/2014 à 23:42 :
L'hôpital qui se moque de la charité.
Airbus a touché la bagatelle selon The Economist de 300 à 400 milliards de dollars dont plus de 20 milliards pour l'éléphant blanc qu'est l'Airbus A380.
L'Europe ferait mieux de regarder dans sa cour avant de sortir de son continent étroit.
a écrit le 19/12/2014 à 21:35 :
Quelle surprise!. On découvre que l'état americain aide ses entreprises et empêche les autres d'en faire autant:ils sont forts a Bruxelles!.S'ils ne le savent pas encore,je les informe que les USA ferment aussi leurs frontières quand leurs entreprises sont en danger.Et puis aussi que lorqu'une entreprise étrangère emporte un marché,elle est tenue de fabriquer le produit aux USA....etc.Bein oui! c'est eux les patrons et nous les employés.
a écrit le 19/12/2014 à 20:21 :
Bof, histoire de faire de la mauvaise pub... L'arrivée du 777X signe la mort du 350 et du 380.
Réponse de le 19/12/2014 à 20:58 :
C'est basé sur quoi cette analyse???
Réponse de le 20/12/2014 à 0:51 :
Manque de bol, lui et moi sommes au courant. Et le fait qu'Airbus soit attaqué par les US car il fait trop d'ombre à Boeing est aussi un fait.
D'autant que les flops du 787 et SURTOUT du F35 rendent les US particulièrement nerveux sur leur secteur avionique.
Quelque part, ils ont raison...
Réponse de le 21/12/2014 à 20:14 :
Le 787 n'est pas vraiment un flop, mais c'est vrai que Boeing n'est pas au meilleur de sa forme. Cependant, je considère qu'Airbus aura toujours une (petite) longueur d'avance sur Boeing.
a écrit le 19/12/2014 à 19:02 :
Et Boeing répondra à Bruxelles : J'en ferai de même avec Airbus. LOL

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :