Boeing : premières commandes fermes pour le 737 MAX depuis son immobilisation

 |   |  362  mots
(Crédits : Reuters)
Après des mois de défiance des compagnies aériennes à l'égard du 737 MAX, Boeing a engrangé au salon aéronautique de Dubaï ses premières commandes fermes pour le 737 MAX.

Les espoirs de Boeing de voir le 737 MAX à nouveau certifié d'ici à la fin de l'année semblent enfin rassurer quelques clients. Si, depuis l'immobilisation de l'appareil en mars à la suite de deux accicents mortels, les compagnies aériennes ne se sont pas bousculées au portillon pour apporter leur soutien au 737 MAX -puisque seul le groupe IAG a manifesté sa confiance en signant en juin une lettre d'intention pour l'achat de 200 exemplaires-, trois d'entre elles se sont engagées à acheter l'avion au salon aéronautique de Dubaï. Dont deux de manière ferme.

Deux commandes fermes

Après la commande ferme pour 10 exemplaires signée lundi par la compagnie turque SunExpress, filiale de Turkish Airlines et de Lufthansa, Boeing a annoncé ce mardi un autre contrat ferme portant cette fois sur 20 appareils passé avec un opérateur qui n'a pas souhaité être identifié. A ces deux commandes, s'ajoute la lettre d'intention signée par Air Astana pour 30 B737 MAX.

Si Boeing table sur une autorisation de voler en décembre et sur une reprise des vols en janvier, les trois principales compagnies aériennes américaines ne comptent pas néanmoins refaire voler l'appareil avant mars 2020.

Ces nouvelles encourageantes ne doivent pas faire oublier que le plus grand défi sera de convaincre les passagers de monter à bord de l'avion.

Boeing a par ailleurs signé avec le Ghana un protocole d'accord pour l'achat de trois Boeing 787-9 Dreamliner destinée à une nouvelle compagnie nationale qui sera lancée dans le pays.

Airbus continue d'engranger des commandes

De son côté, Airbus a encore engrangé de belles commandes au Dubaï Airshow. Après les 170 commandes fermes enregistrées lundi (Emirates pour 50 A350-900, et Air Arabia pour 120 avions de la famille A320), l'avionneur européen a fait grossir son tableau de chasse avec quatre nouveaux contrats : Easyjet pour 12 A320 Neo supplémentaires, Air Sénégal pour 8 A220 (protocole d'achat), la low-cost saoudienne Flynas (10 A321 XLR) et la société de leasing GECAS pour 12 A330 Neo et 20 A321 XLR (dont 7 sont des conversions d'une précédente commande de 321 Neo).

Lire aussi : Airbus frappe un grand coup à Dubai : 170 commandes à Emirates et Air Arabia

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 12:48 :
Commander un avion qui ne vole pas!
Boeing se fiche de notre figure.
Si on me paye pour faire semblant de commander. Je suis prêt à en commander 10000...
a écrit le 20/11/2019 à 21:45 :
Les compagnies clientes du B-737-MAX vont devoir engager de nombreux "gros-bras" pour embarquer de force les passagers récalcitrants !
a écrit le 20/11/2019 à 19:39 :
On ne demandera pas le vrai prix, promis !
a écrit le 20/11/2019 à 14:00 :
L'acheteur a préféré resté anonyme. Cela montre qu'au delà de la propre confiance des compagnies aériennes dans cet avion, celles-ci vont être confrontées à celle des passagers qui risquent d'éviter le 737 Max, où quel que soit le nouveau nom qui lui sera donné.
a écrit le 20/11/2019 à 12:26 :
Mais quelle affaire...s'il revole, j'imagine déjà que le tout premier vol de reprise sera retransmis en mondovision, avec multiples caméras, et bien sûr indications sur écran des tensions artérielles de chaque passager "cobaye" et du PN, ainsi que gros plans sur leurs visages au moment du décollage...
Ce qui est acquis en tout cas, c'est que je ne participerai pas à l'expérience...
Il ne doute réellement de RIEN chez Boeing...
a écrit le 20/11/2019 à 9:55 :
Je pense que les compagnies qui ont signées une commande pour les 737 max l'ont obtenu pour un très bon tarif. Pour ma part, si je dois voyager, je serais vigilant sur le type d'appareil dans lequel je serais transporté en évitant ce type d'avion.
a écrit le 20/11/2019 à 8:43 :
Vu la puissance politique des états unis de nombreux pays vont acheter ces avions défectueux pour les mettre au garage.
Réponse de le 20/11/2019 à 17:04 :
Je doute que IAG commande 200 avions pour les mettre dans un garage. Je pense plutôt qu'ils ont reçus une offre commerciale incroyable et qu'ils ont ajoutés une clause dans le contrat sur l'obligation pour Boeing de faire revoler l'avion d'ici une date précise. Restera à voir comment va réagir le public… Est-ce que le type d'avion aura plus d'incidence que le prix du billet?
Réponse de le 21/11/2019 à 9:12 :
Oui il est vrai que faire prendre des risques aux autres ne devrait pas trop leur poser de problème, désolé des fois je rêve...
a écrit le 20/11/2019 à 5:09 :
Comme vous l'avez si bien précisé, le + gd défi sera de convaincre le client de remonter à bord.
Certaines low cost comme Ryanair ou Transavia qui ont tt misé sur le 737 pourraient lourdement en souffrir au profit de Cies comme easyJet accro au 320.
a écrit le 19/11/2019 à 20:57 :
Je ne trouve pas normal q'une compagnie cache so' identité. Si elle a décidé de s'en procurer elle doit l'assumer et assumer le fait qu'elle perdra certainement des clients. La c'est juste mettre les clients sur le fait accompli.
a écrit le 19/11/2019 à 19:52 :
Je ne sais pas si les autres ne décideront pas en fonction de leur porte-monnaie uniquement... mais en ce qui me concerne, il va falloir sacrément brader les prix pour espérer me voir dans un 737 max !!!!
Pitié, Transavia, basculez sur les A220 et A320 ...!!!
a écrit le 19/11/2019 à 19:04 :
Le B737 Max peut toujours voler et survoler les pays où les autorités locales ne leur interdisent pas, tous les pays n'ont pas réagi comme la Chine, l'EU, les USA ou le Japon.
Réponse de le 19/11/2019 à 20:57 :
Ah ? quels pays alors ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :