Airbus frappe un grand coup à Dubai : 170 commandes à Emirates et Air Arabia

 |   |  585  mots
(Crédits : Reuters)
L'avionneur européen a engrangé 170 nouvelles commandes émanant de la compagnie de Dubaï Emirates et d'Air Arabia, la compagnie à bas coûts basée dans l'émirat voisin de Sharjah.

Airbus a frappé un grand coup ce lundi au salon aéronautique de Dubaï. L'avionneur européen a engrangé 170 nouvelles commandes émanant de la compagnie de Dubaï Emirates et d'Air Arabia, la compagnie à bas coûts basée dans l'émirat voisin de Sharjah.

Emirates opte pour l'A350

Emirates a peaufiné son plan de remplacement des A380 par rapport à ce qu'elle avait prévu en février dernier quand elle avait annoncé l'annulation de 39 A380 qui scellait la fin du géant des airs européen (il ne reste plus que 10 avions à livrer, 9 d'Emirates, un d'All Nippon Airways).

Alors qu'elle avait signé en début d'année un protocole d'accord pour 40 A330neo et 30 A350, la compagnie de Dubaï a annoncé ce lundi une commande ferme portant sur 50 A350-900 qui seront livrés entre 2023 et 2028. Si le contrat d'A330neo s'envole (même si le président du groupe Sheik Ahmed bin Saeed Al Maktoum a dit qu'il ne savait ce qui pouvait se passer pour l'A330neo), le directeur général d'Airbus Guillaume Faury s'est montré extrêmement satisfait par ce contrat. "C'est un privilège", a-t-il dit en conférence de presse.

"C'est une marque de soutien très fort de l'A350. Une grosse commande d'A350 était importante en termes de perspectives. L'A330 a connu de beaux succès cette année et en aura d'autres", a-t-il expliqué plus tard devant quelques journalistes.

"Nous avons posé l'ancre", assure un dirigeant d'Airbus. Pour l'heure, cette commande ne change pas le rythme de production des deux avions. Pour rappel, celui de l'A330 a été abaissé en 2019 de 6 à 4 à 5 par mois, tandis que celui de l'A350, qui devait passer à 13 par mois, a été maintenu à 10 appareils par mois. Par ailleurs, Guillaume Faury a démenti travailler avec General Electric pour un A350 NEO (remotorisé) comme la presse spécialisée l'a indiqué.

120 appareils de la famille A320 pour Air Arabia

Airbus a par ailleurs signé un contrat ferme pour 120 appareils de la famille d'A320 avec Air Arabia : 70 A320 Neo, 30 A321 Neo et 20 A321 XLR, la version long-courrier de l'A321 lancée en juin lors du dernier salon du Bourget. La première livraison est prévue en 2024.

La compagnie n'a pas encore choisi son motoriste entre le couple General Electric-Safran et Pratt & Whitney. La compagnie low-cost est en négociation avec Etihad, la compagnie d'Abu Dhabi, pour créer une coentreprise basée à Abu Dhabi. Celle-ci pourrait voir le jour au deuxième trimestre 2020 selon son directeur général Adel Ali Abdullah. Ce dernier entend lancer des vols long-courriers vers l'Asie du sud-est, l'Afrique mais aussi l'Europe.

Airbus réalise une bonne année commerciale. Les 170 commandes enregistrées ce lundi font monter le compteur du groupe à 711 commandes nettes depuis le début de janvier.

SunExpress prête à s'engager sur le 737 MAX

Alors que Boeing est à la peine depuis l'immobilisation du 737 MAX le 10 mars dernier et l'accident d'Ethiopian Airlines, le groupe américain a reçu la promesse encourageante de la compagnie turque SunExpress, une filiale commune de Turkish Airlines et de Lufthansa, d'acheter 10 B737 MAX.

"Nous sommes confiants que Boeing nous fournira un avion sûr, fiable et efficace. Toutefois, il va sans dire que cela nécessite la navigabilité incontestée du modèle, attestée par toutes les autorités compétentes", a déclaré son PDG Jens Bischof.

Depuis l'immobilisation du 737 MAX, il s'agit de la deuxième intention d'achat après celle de IAG en juin portant sur 200 exemplaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2019 à 21:21 :
Je trouve prodigieuse la capacité de certains commentateurs à se lancer dans des débats enflammés (qui aboutissent systématiquement à un dénigrement national) dès qu'une bonne nouvelle paraît sur ce site.
On se détend...
a écrit le 19/11/2019 à 17:53 :
Je vais être mauvaise langue, combien de mosquées en échange !
Réponse de le 20/11/2019 à 10:40 :
Les émiraties ne sont pas les saoudiens, ils n'ont pas de volonté expansionniste contrairement à leur voisins qui financent des groupes peu recommandables . Les émiraties veulent juste devenir la plus grande compagnie du monde, quit à la subventionnant au maximum...
a écrit le 19/11/2019 à 13:40 :
En parlant d'Airbus :

À l'occasion, d'un « team building » (un événement organisé pour resserrer les liens entre les salariés d'une entreprise ou d'une structure, ndlr), un cadre d'Airbus avait eu une idée pour le moins originale. Il avait demandé à ses employés de marcher sur du verre pilé. Une initiative qui remonte à 2014 et qui avait provoqué son licenciement à l'époque, rapporte La Dépêche. Mais jugeant ce licenciement abusif, il n'avait pas hésité à le contester devant la justice. Dans sa démarche, il voulait simplement souder les liens entre ses équipes. Pour ce faire, il avait inviter les participants à « casser tour à tour une bouteille en verre enroulée dans une serviette à l’aide d’un marteau, à déposer le verre brisé sur un morceau de tissu étendu au sol et à faire quelques pas sur le verre ainsi brisé pieds nus ».Bien que certains employés, qui avaient participé à ce « team building » assurent que l'activité était basée sur la base du volontariat, ils se sont sentis « obligés de participer sous la pression du groupe malgré le risque évident d'être coupés ». De son côté, devant le tribunal, le cadre mis en cause décrit une « expérience sans danger » qui « n'était pas contrainte ». Deux mois après les faits, il est licencié en janvier 2015. La justice vient de valider cette décision en s'appuyant sur l'article L4122-1 du Code du travail : « Il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa santé et de sa sécurité ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail. »
Réponse de le 19/11/2019 à 21:16 :
quel rapport?
a écrit le 18/11/2019 à 17:59 :
Avant la vente de « chaque billet d’avion « 
: obligation de faire signer un consentement écrit et éclairé ( par l’organisation vendeur en ligne comme en réel )
sur le «  choix » d’avion pour le voyage en question : c’est un minimum d’information non ?

On le droit de savoir avec quel modèle d’avion à va faire un voyage non ?

Si on doit aller l’esprit tranquille ou «  croiser les doigts et réciter toutes les prières ....
«  pour que le système de pilote automatique ne coince pas pour les 737MAX
Réponse de le 18/11/2019 à 20:03 :
sur le 737Max il semble que quand le pilote est au courant de l'existence du truc et comment le gérer ça va, c'est l'ignorance qui rend l'équipage incapable de savoir comment corriger ce phénomène étrange. Y a des voitures qui vous remettent dans le droit chemin si vous partez en biais, si vous ignorez la présence de cette "aide", vous corrigez avec un coup de volant inapproprié la correction du co-pilote électronique de la voiture.
Réponse de le 18/11/2019 à 22:51 :
Boeing s'est inspiré du pilotage de mon voisin. Une fois il m'a emmené dans sa voiture et croyez le ou pas, j'ai récité toutes les prières, même en turc une langue qui m'est inconnue et miracle, j'ai survécu ! Avec Boing, c'est pareil, on arrive parfois à survivre si on a la foi !
Réponse de le 19/11/2019 à 4:48 :
« choix » d’avion pour le voyage en question : c’est un minimum d’information non ?
Si tu regardes bien, toutes les compagnie te l'indique, (pour peu que tu cherches un peu, et que tu n'ai pas les 2 pieds dans le même sabot) ...
Et pour raison de dernière minute, elle peut (si nécessaire) changer d'avion...
Moi, je pense que c'est à toi d'anticiper, et pas attendre qu'on te prenne par la main.
Et puis, quand tu pars de chez toi en voiture, qui te prouve que tu va arriver à bon port ? Personne. Pareil pour l'aérien. 737MAX ou pas. (et vu ce qu'il lui font subir, il va devenir pilotable comme les autres)
a écrit le 18/11/2019 à 16:39 :
quelqu'un peut il me dire lors de méga contrat comme celui, la part que reçoit chaque pays contribuant à une telle réussite.
Réponse de le 18/11/2019 à 16:58 :
C'est effectivement la question la plus importante
amon avis et je suis prêt à toutes remarques sur mes ordres de grandeur:
Grande Bretagne pres de 50% avec les moteurs ,la voilure et certains systèmes de la voilure ( fuel ata28...)
Allemagne 20% environ ( structure fuselage hors partie avant et pylônes plus cabine )
US 15% avec de nombreux systèmes
France et Espagne 15 % environ et 5% environ avec respectivement une partie de l'avionique et les parties structure réalisées par STELLA et pour l'Espagne essentiellement de la structure composites ( belly fairing et empennages )
Airbus n'est plus et de tres loin français comme veulent nous le faire croire nos politiques
Réponse de le 18/11/2019 à 17:09 :
Les us touchent 20% pour avoir inventé et donc permis cet avion, les composites, l'électronique intégrée, les transistors, thyristor, les elements finis etc... les controleurs, la fft, les transformations analogique digital traitement analogique... la liste est interminable !
comment l'europe a mis la main sur ces technos est le grand mystère de notre siecle ! oncle tom!
Réponse de le 18/11/2019 à 17:21 :
@mikeul : Sauf incompréhension de ma part, votre réponse ne fait que lister le coût des divers composants de l'avion. Il Il manque la maîtrise d'oeuvre et tout cela additionné ne donne que le coût brut auquel il faut rajouter la marge. Est-ce qu'alors les % que vous donnez sont toujours les mêmes?
Réponse de le 18/11/2019 à 19:13 :
@mikeul, si pour les A320 les moteurs choisis sont les LEAP de GE/Safran, ils sont principalement fabriqués en france (pour alimenter les usines européennes d'Airbus il me semble) et donc la part de la France est probablement plus importante que 15 % il me semble. L'assemblage se fait principalement en Allemagne pour l'A320 et en France pour l'A350, du coup je suis surpris du ratio de 50% pour le Royaume Uni et seulement 20% pour l'Allemagne et 15% pour la France.

De plus niveau emploi il y a environ 48 000 employés d'Airbus en France, 30 000 en Allemagne et moins de 10 000 au Royaume Uni.

Enfin Airbus n'a jamais été une entreprise française mais est une entreprise européenne avec son siège opérationnel à Toulouse.

Si je me trompe merci de me corriger
Réponse de le 18/11/2019 à 19:13 :
@mikeul, si pour les A320 les moteurs choisis sont les LEAP de GE/Safran, ils sont principalement fabriqués en france (pour alimenter les usines européennes d'Airbus il me semble) et donc la part de la France est probablement plus importante que 15 % il me semble. L'assemblage se fait principalement en Allemagne pour l'A320 et en France pour l'A350, du coup je suis surpris du ratio de 50% pour le Royaume Uni et seulement 20% pour l'Allemagne et 15% pour la France.

De plus niveau emploi il y a environ 48 000 employés d'Airbus en France, 30 000 en Allemagne et moins de 10 000 au Royaume Uni.

Enfin Airbus n'a jamais été une entreprise française mais est une entreprise européenne avec son siège opérationnel à Toulouse.

Si je me trompe merci de me corriger
Réponse de le 18/11/2019 à 19:30 :
Je n'ai pas d'infos sur les proportions. Mais je pense qu'il ne faut pas se baser uniquement sur le nombre de salariés airbus pour tenir compte des proportion. Les moteurs ne sont pas construits par Airbus, tout comme une quantité interminable d'ensembles construits par des sous-traitants et assemblés par airbus (toilettes, sièges, électronique…).
Réponse de le 18/11/2019 à 20:20 :
La valeur des moteurs est bel et bien un quart de l'avion complet (avion bi-moteur) et beux atteindre jusqu'à un tiers de la valeur de l'avion (quadri-moteur). Si on prends le LEAP de CFM la part française et 50% du moteur, donc 12,5% concernant la part moteur française de l'avion. S'ajoutent les 15% côté airframe lanpart totale française de l'avion motorisé LEAP s'élève à 27,5%. La part allemande est de 25% car le fuselage quasi complet et sous responsabilité allemande plus le système cabine.
Quand on parle de l'avion motorisé GTF la part totale allemande sur l'avion s'élève à 30% (20% part dans le moteur GTF), 5% moteur + 25% airframe cabine. Comme ça ou comme ça la part française est semblable à la part allemande. Quoique côté industriel les allemand dominent Airbus car traditionnellement les allemands savent produire et ils ont les chaines de montage les plus modernes et robotisées au monde.

A350 la France a une partie plus importante que l'Allemagne. 38% vs 32%.

Employés Airbus Group. Allemagne 46000. France 48000.

Airbus n'a jamais été purement français et l'est encore moins aujourd'hui. C'est une trés belle entreprise européenne.
Réponse de le 18/11/2019 à 23:04 :
L A350 est équipé de moteur RR à très grande majorité britannique et un petite partie allemande et quelques pour cent française ( gearbox)
Réponse de le 19/11/2019 à 0:22 :
'la liste est interminable' tout autant que votre capacité à vous répéter et à votre ignorance sur ces sujets la.
Réponse de le 19/11/2019 à 12:54 :
Ah!! Le frenchbashing a encore de beaux jours devant lui !!
Avt de balancer des chiffres à l'emporte pièce, que l'on réfléchisse au poids que représente le secteur aeronautique et sa ss traitance en France, 2nd mondial après les US dt SAFRAN 2nd équipementier mondial après UT.
Cette ss traitance peut représenter jusqu'à 50% de la valeur de l'avion chez Boeing suivant le modèle ( 737 équipé de LEAP).
L'essentiel de l'avionique, des cdes électrique et des ordinateurs de bord est conçue et fournie par SAGEM , de même l'équipement des cabines par ZODIAC, les trains d'atterrissage par DOWTY, ttes filiales françaises de SAFRAN. Et on passe ss silence le LEAP modernisé par SAFRAN qui en fabrique les ppales pièces et le monte à la chaine sur le site de Villaroche et ses 5000salariés de ht niveau...et on vous parle de pbs de compétence indistrielle !!
Sans oublier THALES qui fournit les moyens de détection et de communication et également de l'avionique.
Par ailleurs, Airbus possède des lignes de fabrication ds l'usine de St Nazaire, d'élément de structure comme les nacelles des moteurs, le cockpit, l'empennage...
Si en plus, on rajoute le cout d'amortissement du logiciel de CFAO CATIA de Dassault et le cout des lignes de montage de ts les gros porteurs A350 A330 Beluga et feu A380, on est certainement au dessus des malheureux 15 à 20% qu'on lit avec effaremment ici ou là pour la part française.
Airbus, c'est : 35% ALLEMAGNE 20% RU 10% ESPAGNE et excusez du peu 35% FRANCE.
Réponse de le 19/11/2019 à 22:33 :
@Fred06: Non. Ce n'est pas du french bashing. Vous êtes parano. Mais ça c'est votre propre problème. Concernant cette industrie vous ne la connaissez pas assez ou bien vous datez d'avant-hier. Etre utilisateur de CATIA n'a rien à voir avec les compétences en ingénierie et ce n'est pas vous qui allez apprendre aux allemands l'ingénierie. Merci. L'aéronautique est importante pour la France car c'est pratiquement la seule qui fonctionne (en plus en coopération européenne et avec l'aide permanente de l'état français). l'Allemagne en est complètement indépendante. Le programme A320 est managé à partir de Hambourg depuis que on se focalise sur une industrialisation plus importante. L'industrie, la techno de production high tech est une des spécialités allemandes. NEO, LR, XLR sont à 2/3 développés à Hambourg, Brême et Augsbourg. Ce sont les sections allemandes surtout. Allez chercher le workshare de l'avion sur internet. Ça ne va pas vous plaire. Vous appelez ça french bashing. Mais ce sont les faits. Quelque soit l'industrie. Je vous donne quelques mots clefs, ok?
. Airbus Hangar 245
. Airbus LOUT
. OHB Rocket Factory
. Isar Aerospace
. ICE vs TGV (Siemens est entré sur le marché 10 ans plus tard que Alstom-GEC. Aujourd'hui ils ont 10 ans d'avance technologique).

Encore une fois. Les français ont us de charge sur l'A350. Ce n'est pas grave alors..
Réponse de le 20/11/2019 à 4:26 :
SVP Fred, on parle d'aéronautique et vous mentionnez le TGV, ICE ???
Revenons plutôt à l'usine de Hambourg qui a des pb d'industrialisation avec ses robots et rend difficile la montée en cadence de l'A320 321LR ou XLR.
Vous citez OHB le champion allemand que TAS et Astrium sont venu épauler à la dde express de l'ESA ds les années 2010 pour l'aider à industrialiser sa fabrication de satellites Galileo entraînant surcoûts et retards importants ds l'avancement du programme.
Et je vous cite encore MTU qui revendique le leadership ds le programme SCAF face à Safran au risque de faire capoter le projet, alors qu'il n'a jamais prouvé sa maîtrise ds un programme de motorisation complet comme les graves déboires constatés sur l'A400M.
Ça ce sont des faits et non de la paranoïa .
La maîtrise et le leadership de la très hte technologie ça ne se décrète pas et ne s'apprend pas à la va vite sur un coin de table...
Relisez avec profit l'histoire d'Airbus ou de l'ESA et d'Arianespace même si ça date d'avt hier.
Réponse de le 20/11/2019 à 17:11 :
@Fred06: Vous êtes frustré car vous assistez à la désindustrialisation en France et vous ne pouvez rien faire. Je vous conseille de vous ouvrir. La coopération ouvre des opportunités pour la France. Vous êtes trés négatif envers l'Allemagne. Pourtant il suffit de regarder et de comparer la compétitivité. Vous ne croyez quand-même pas qu'en technologie aérospatiale seulement les allemands sont trop incapables mais dans tous les autres domaines ils ont des Hidden Leaders ou des Known World Leaders. Ce sont des gens comme vous qui vivent dans le déni jusqu'au dernier moment qui poussent à la descente les industries francaises. En croyant que la France est la meilleur partout dans tout. Bon courage alors.. ;-)
a écrit le 18/11/2019 à 16:24 :
A savoir ce que l'on a encore perdu dans le deal...
a écrit le 18/11/2019 à 15:51 :
Airbus semble décoller vraiment sur le gros porteur malgré le flop retentissant de l'A380.
Le fait qu'une Cie du Golfe s'engage sur une grosse cde au détriment de Boeing qui avait ratissé large avec le couple 787 / 777 en dit long sur l'évolution de la crédibilité comparée des 2 avionneurs.
On se souvient des propos naguère peu flatteurs du PDG de Quatar Airways AABaker sur Airbus face aux derniers modèles Long courrier de Boeing...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :