737 MAX : Boeing espère une reprise des vols en janvier

 |   |  543  mots
(Crédits : Reuters)
L'avionneur américain table désormais sur une reprise des vols commerciaux du 737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, en début d'année prochaine et non en décembre comme prévu jusqu'à présent.

Cloué au sol depuis l'accident d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier quelques mois après celui de Lion Air (346 morts au total), le Boeing 737 MAX reprendra-t-il les airs en janvier? C'est ce qu'espère aujourd'hui le constructeur américain qui tablait jusqu'ici sur décembre.

Boeing s'attend en fait à recevoir le feu vert de la direction générale de l'aviation civile américaine, la Federal Administration Agency (FAA), pour une utilisation de l'appareil en décembre et espère ainsi pouvoir reprendre la livraison des avions aux compagnies aériennes avant la fin de l'année. Mais l'avionneur estime que la mise à jour de la formation des pilotes, qui doit obligatoirement précéder la reprise des vols commerciaux, sera validée en janvier. Les compagnies aériennes américaines Southwest et American Airlines avaient annoncé vendredi qu'elles repoussaient au mois de mars la date d'une éventuelle remise en service de leurs propres appareils.

 Calendrier de certification

L'agence Reuters avait rapporté la semaine dernière que les autorités américaines et européennes en charge du dossier n'étaient pas parvenues à boucler la vérification de la documentation du logiciel anti-décrochage MCAS du 737 MAX en raison de lacunes importantes et de documents inadaptés aux règles en vigueur. Sans cet audit, impossible de planifier un vol de certification.

"Nous prenons le temps nécessaire pour répondre à toutes leurs questions", a assuré Boeing lundi dans un communiqué.

"S'il appartient à la FAA et à d'autres autorités réglementaires de déterminer le calendrier de la certification et de la reprise de l'exploitation commerciale, Boeing continue de viser une certification par la FAA des mises à jour du logiciel de contrôle de vol du MAX pendant le trimestre en cours."

La FAA n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat sur ces déclarations mais elle avait auparavant expliqué qu'il lui faudrait 30 jours après le vol de certification avant de pouvoir autoriser la reprise des vols commerciaux.

Cinq étapes avant la reprise des vols

Le constructeur a indiqué avoir finalisé la semaine dernière la première de cinq étapes clés avant la reprise des vols commerciaux, à savoir l'évaluation sur simulateur par la FAA du fonctionnement de la version modifiée de son système de logiciels. Boeing doit désormais conduire une session avec des pilotes de ligne pour évaluer les facteurs humains et la charge de travail de l'équipage dans diverses conditions avant que des pilotes de la FAA ne testent en vol la version finalisée du système modifié.  Le système anti-décrochage MCAS a été changé. Tout le matériel nécessaire à la certification finale sera ensuite transmis à la FAA.

Enfin, dernière étape avant la reprise des vols commerciaux sera, la mise à jour de la formation des équipages sera évaluée par un comité composé de plusieurs agences de régulation. Après cette session, le comité "publiera un rapport soumis à une période de consultation publique, suivi de l'approbation finale de la formation", a indiqué Boeing

La formation des pilotes reste un point de contentieux: l'Europe et le Canada exigent une formation sur simulateurs de vol alors que les Américains se contenteraient de formation sur simple ordinateur, beaucoup plus rapide.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2019 à 23:17 :
Si cet avion revole un jour, je me demande vraiment où Boeing trouvera les passagers correspondants (sans parler du personnel...), en sondant récemment mon entourage je n'ai trouvé aucun candidat...(faites l'expérience), c'est vrai qu'entendre un sénateur américain évoquer un cercueil volant est très incitatif...
En outre, s'il revole effectivement, au premier incident sérieux, sans même que ce soit un crash...qui serait bien sûr le coup de grâce, toute crédibilité sera définitivement perdue (vu le nombre d'avions commandés cela arrivera immanquablement) ; j'ai réellement du mal à saisir l'entêtement de Boeing...j'ai entendu que le préjudice déjà subi à ce jour s'élève à 10 Mds de dollars...certainement une bonne partie de ce que pourrait coûter le développement d'un tout nouvel avion...
a écrit le 12/11/2019 à 21:36 :
Si B est pressé, car ce pognon de dingue qu'il perd ça commence à bien faire, les ppale cies US qui possèdent des MAX sont pas très pressées elles, et on les comprend.
Car apparemment, il y a encore tt à faire : la certification des documents du nx MCAS, la formation des pilotes (exigée sur simulateur pour les Cies européennes)...et les vols de certification dt l'article ne parle pas ??? Y en aura t il au moins ??
Bref, rien de rassurant ds tt ça, surtout que B qui semble n'avoir tjrs rien compris ( voir comment son DG a été assaisonné par le sénat) veut former ts ces pilotes à la va vite...
a écrit le 12/11/2019 à 15:43 :
C'est bien, il restera aux compagnies la charge de vendre des billets pour voler sur ces engins. Personnellement, ça m'est égal, je ne voyage plus en avion.
Réponse de le 13/11/2019 à 1:55 :
Il reste tout de meme le risque que vous le preniez sur la tete.
Cordialement.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :