Boeing va supprimer des centaines de postes d'ingénieurs

 |   |  248  mots
L'avionneur est le premier employeur privé dans l'Etat de Washington avec plus de 70.000 salariés
L'avionneur est le premier employeur privé dans l'Etat de Washington avec plus de 70.000 salariés (Crédits : © Lucy Nicholson / Reuters)
Cette cure d'austérité, sans licenciements secs, prendra effet le 23 juin et affectera principalement les sites de production de Boeing dans l'Etat de Washington.

Afin de faire face à un ralentissement des ventes, Boeing va supprimer des centaines de postes d'ingénieurs supplémentaires dans l'aviation civile, a indiqué lundi à l'AFP un porte-parole. "Dans nos efforts continus d'accroître notre compétitivité et d'investir dans le futur, nous réduisons des coûts afin de faire coïncider le niveau des emplois avec la demande du marché et le niveau de l'activité", a déclaré Doug Alder. "Les réductions d'effectifs, qui incluent des managers et des dirigeants, se feront par le biais d'un plan de départs volontaires et dans certains cas des licenciements secs."

Des effectifs en baisse de 7,6% sur un an

Cette cure d'austérité, qui prendra effet le 23 juin, affecte principalement les sites de production de Boeing dans l'Etat de Washington, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. L'avionneur est le premier employeur privé dans cet Etat du nord-ouest avec plus de 70.000 salariés et y produit notamment le 737 MAX, la version remotorisée et économe en kérosène de son best-seller 737.

D'autres suppressions d'emplois sont également prévues et devraient être annoncées d'ici la fin de l'année, a indiqué lundi à l'AFP une source anonyme proche du dossier, alors que l'entreprise a déjà supprimé en début d'année 305 postes d'ingénieurs et s'est séparé de 1.500 mécaniciens, dans le cadre d'un plan de départs volontaires. Boeing, qui emploie actuellement 146.962 personnes, a réduit ses effectifs de 7,6% depuis un an.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2017 à 2:37 :
Je tené a precisé que je ne sert a rien!!
a écrit le 18/04/2017 à 19:40 :
Ce que Boeing ne dit pas, c'est qu'ils ont pris une claque avec les ravitailleurs militaires
KC-46 "Pegasus". Ce contrat gagné contre le 330-MRTT d'Airbus, a coups de corruption, manoeuvres politiques, chantage à la préférence nationale, espionnage industriel, etc
est un calvaire pour Boeing. Près de trois ans de retard, d'innombrables tests ratés, des plantages techniques, et une explosion des coûts. Et aussi déjà 2 milliards de $ de pénalités. Les pauvres pilotes de l'USAF, qui volent sur leurs LC-135 qui ne tiennent plus que par la peinture, rêvaient du KC-330 !
Réponse de le 19/04/2017 à 9:49 :
Vous avez des sources ? Nous savon que Boeing a du revoir drastiquement ses marges pour arracher ce contrat et du coup cela a permis à empêcher à Boeing de recevoir des subventions de manière déguisée en surfacturant le budget militaire américain qui est déjà ENORME. Néanmoins, je reste surpris de voir qu'ils ont des difficultés pour développer cet avion qui n'est juste qu'une "citerne volante" surtout qu'ils le développent à partir d'un autre avion existant...
a écrit le 18/04/2017 à 9:39 :
Vive le capitalisme libéral, les travailleurs sont assimilés à une marchandise comme une autre dont on réduit les stocks quand on n'en a plus besoin. Ce faisant, on transfère leur charge à la communauté (socialisation des pertes). Il serait étonnant que de telles pratiques favorisent l'engagement et la motivation sur le long terme. Et quand il faudra embaucher à nouveau on s'étonnera de ne pas trouver les compétences nécessaires sur le marché. Gestion à courte vue. Ne pas s'étonner si les plus doués, qui ont bien compris le système, ne veulent plus devenir ingénieur. Mieux vaut un job à manipuler du vent richement payé qu'une activité productive où l'on est jetable. Let's go Boeing!
Réponse de le 18/04/2017 à 19:41 :
Boeing obeit à la loi du profit. C est cette loi qui régit toute l' économie US et une grande partie de la notre (France) et du Monde. La société appartient à ses actionnaires (et oui !). Les actionnaires exigent des profits. Les dirigeants exécutent une politique qui leur en donnera. Mais il ne faut pas oublier que pour faire des profits, il faut vendre et vendre a un prix compétitif vis à vis de la concurrence (si on n' a pas réussit à la tuer). Boeing avait supprimé 10000 postes en 2009.Ils ont ré-embauché par la suite. Le "man power" est en relation avec la charge de travail et le profit exigé. On peut prendre des mesures brutales (licenciements), départs volontaires (ce cas), ou d' attente VW avec le passage à 32 heures; mais tout ou tard il faut agir sur ce critère si on ne veut pas mettre toute l' entreprise en danger.
a écrit le 18/04/2017 à 9:34 :
et quand ca
a écrit le 18/04/2017 à 9:22 :
Et si on faisait un état des lieux objectif de l'économie liée à l'aviation ? Où en est on ?
Réponse de le 18/04/2017 à 19:45 :
7, 2 milliards de voyageurs du transport aérien en 2015 (plus le fret).
est ce assez objectif ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :