Trop chère la conquête de Mars ? Obama a la solution

 |   |  677  mots
Barack Obama et son épouse Michelle posent avec toute l'équipe d'astronautes de la navette spatiale Endeavour de la Nasa, le 29 avril 2011, au Centre spatial Kennedy de Cape Canaveral (Floride).
Barack Obama et son épouse Michelle posent avec toute l'équipe d'astronautes de la navette spatiale Endeavour de la Nasa, le 29 avril 2011, au Centre spatial Kennedy de Cape Canaveral (Floride). (Crédits : Reuters)
Le président des Etats-Unis vient de réaffirmer sa volonté de voir son pays réussir -le premier- à envoyer des hommes sur la Planète Rouge, mais également à y habiter durablement. Problème: les coûts de cette aventure spatiale, à 200 millions de kilomètres d'ici, seront assurément pharaoniques.

La perte de leadership des Etats-Unis dans la conquête spatiale est un risque réel. L'Inde était devenue en septembre 2014 le premier pays d'Asie à atteindre Mars avec une sonde low-cost placée en orbite autour de la planète rouge. Et la Chine, qui investit des milliards d'euros dans son ambitieux programme spatial pour combler son retard sur les Etats-Unis et l'Europe, et désormais sur son voisin indien, a dévoilé le 24 août 2016, les premières images de synthèse du véhicule téléguidé qu'elle compte faire débarquer sur Mars en 2020.

Mais Barack Obama reprenait la main, ce mardi 11 octobre 2016, en annonçant le lancement de nouvelles initiatives associant les pouvoirs publics et le secteur privé pour la construction de vaisseaux spatiaux dans le cadre de son projet visant à envoyer des hommes sur mars entre 2030 et 2040.

Obama, Musk, SpaceX, Cape Canaveral, fusée, spatial, conquête de l'espace, Mars,

Barack Obama avec Elon Musk, l'emblématique patron de l'opérateur spatial privé SpaceX, le 15 avril 2010, sur le pas de tir de Cape Canaveral. Photo Jim Young/Reuters.

"Nous avons fixé un objectif clair pour le prochain chapitre de l'histoire de l'Amérique dans l'espace: envoyer des humains sur Mars dans la décennie 2030", rappelle Barack Obama une tribune publiée sur le site internet de CNN.

Le président américain, qui avait dévoilé dès 2010 une stratégie spatiale ambitieuse, annonce une collaboration avec le secteur privé pour construire de nouveaux vaisseaux qui pourront accueillir et transporter des astronautes "sur des missions de longue durée dans l'espace lointain".

"Nous travaillons avec nos partenaires commerciaux à la construction de nouveaux engins habitables à même de transporter des astronautes dans le cadre de missions de longue durée dans l'espace lointain. Ces missions nous permettront d'apprendre comment l'être humain peut vivre loin de la Terre, ce dont nous avons besoin pour le long voyage vers Mars", a expliqué le président des Etats-Unis sur le site de CNN.

Boeing, Lockheed... 6 sociétés retenues pour créer des prototypes

La Maison Blanche a précisé que six sociétés, parmi lesquelles Boeing et Lockheed Martin, avaient été retenues cet été pour fabriquer des prototypes pour des modules d'habitation pour l'espace lointain.

Intitulée "L'Amérique fera le pas de géant vers Mars", la tribune de Barack Obama est une allusion à la phrase mythique prononcée le 21 juillet 1969 par Neil Armstrong, à son arrivée sur la Lune:

"Un petit pas pour l'homme, un pas de géant pour l'humanité".

Bâtir une ville, une énorme fusée... SpaceX et Amazon en rêvent

Les experts sont unanimes: atteindre la planète rouge, qui se trouve à une distance de 225 millions de kilomètres de la Terre, et y vivre, nécessitera une véritable prouesse technique et un budget immense.

Le milliardaire Elon Musk, fondateur de la société SpaceX, qui déjà en 2012 rêvait d'envoyer 80.000 Terriens sur la Planète Rouge, a présenté fin septembre son projet visant à établir une "ville" sur Mars, en envoyant des humains à bord de grands vaisseaux équipés de cabines, au prix de 100.000 dollars par personne. Il s'est dit "optimiste" sur la possibilité d'envoyer la première mission habitée en 2024, qui arrivera sur Mars l'année d'après.

     >DIAPORAMA Objectif Mars: les 5 annonces lunaires de Musk

Mais SpaceX n'est pas la seule société à rêver d'envoyer des humains sur Mars.

Blue Origin, fondée par le directeur d'Amazon, Jeff Bezos, vient de révéler ses projets pour construire une énorme fusée baptisée New Glenn, mais a indiqué que l'objectif d'atteindre Mars prendrait plusieurs décennies.

Obama, Nasa, espace, conquête spatiale,

Barack Obama, lors de son discours d'ouverture (en vidéo ci-dessous) de la Conférence spatiale, à la Nasa, le 15 avril 2010, sur le site mythique de la conquête spatiale américaine, Cape Canaveral. Photo Jim Young Reuters.

     >>VIDEO Le discours de Barack Obama sur la conquête spatiale (Cape Canaveral, le 15 avril 2010)

>>LIRE AUSSI: 2045 : que faire de Mars, dix ans après sa conquête ? (par Michel Cabirol)

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2016 à 13:13 :
Il a une différence entre le titre et les faits.

Il y des sociétés privées qui veulent y aller avant 2030 et Obama qui lui annonce entre 2030 et 2040.

Et dire que Von Braun et Korolev prevoyer les années 1980, l'an 2000 au plus tard. Que de décennies perdu faute d'ambition...
a écrit le 13/10/2016 à 9:03 :
Obama n'est surement pas l'homme de cette aventure. En arrivant il y a 8 ans il a arrêté le projet Constellation de la NASA. Il voulait même arrêter le projet Orion.
a écrit le 12/10/2016 à 20:47 :
Merci pour ce moment là, j'ai bien rigolé. Pathétique. A trois mois de la fin de son mandat, il fait une promesse impossible. Pathétique.
a écrit le 12/10/2016 à 15:24 :
On pourrait envoyer Hollande et ses sbires qui ont déjà l'habitude de vivre sur une autre planète :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :