Ministérielle de l'ESA : la filière spatiale obtient une rallonge financière mais encore insuffisante

 |   |  593  mots
La ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, en charge de l'espace, a milité tout cet été auprès de Bercy pour un budget de 2,8 milliards d'euros
La ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, en charge de l'espace, a milité tout cet été auprès de Bercy pour un budget de 2,8 milliards d'euros (Crédits : Thales Alenia Space (Pierre Carril))
La ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, en charge de l'espace, n'a pour le moment obtenu qu'une rallonge de 400 millions d'euros sur les 700 millions qu'elle demande dans le cadre de la conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne. Cette rallonge ne permet pas de rentrer toutes les priorités programmatiques de base.

Le compte n'y est pas. Pas encore, en tout cas. Entre les pouvoirs publics (Bercy, Armées et Recherche), le CNES et les industriels, la guerre des chiffres sur le montant des futurs engagements de la France pour la politique spatiale européenne fait toujours rage. Cette enveloppe financière va déterminer le niveau de l'ambition spatiale de la France lors de la prochaine réunion ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) programmée les 27 et 28 novembre à Séville. Ils doivent pourtant se mettre le plus rapidement d'accord sur l'ambition financière de la France au sein de l'ESA, et, au-delà, en Europe. Et précisément sur les nouveaux engagements courants sur la période 2020/2022. D'autant que d'ici à la fin du mois, le projet de loi de finances de 2020 sera ficelé avant son passage au Parlement.

Les discussions se poursuivent actuellement alors que l'Allemagne aurait déjà décidé, elle, de mettre 3 milliards d'euros sur la table, selon des sources françaises. Cette négociation est importante, son résultat reflétera la place et le rang de la France dans le domaine du spatial européen, où elle a toujours été leader. Dans le cadre de cette ministérielle, l'ESA va proposer une liste de programmes à financer sur la période de 2020 à 2022 pour un montant global de 14,25 milliards d'euros, dont 4,3 milliards pour les programmes obligatoires. Un budget en hausse de 4 milliards par rapport à ce qu'avaient voté les Etats lors de la dernière conférence ministérielle en 2016.

Une rallonge de 400 millions déjà obtenue

En France, trois scénarios financiers sont depuis le début de l'été en débat (3,1 milliards d'euros de nouveaux engagements, ou 2,8 milliards ou, enfin, 2,1 milliards, selon des sources concordantes). Si initialement, la somme de 2,1 milliards d'euros était inscrite dans la trajectoire financière de la France pour le budget de l'ESA sur la période 2020/2022, elle n'est clairement pas suffisante pour que la France garde son rang dans une filière régalienne. La ministre de la Recherche en charge de l'espace, Frédérique Vidal, qui va coprésider avec son homologue portugais Manuel Heitor la conférence ministérielle de l'ESA, fait le job pour défendre au mieux les intérêts de la filière spatiale française. Car l'enveloppe financière servira à bien positionner l'industrie française sur des programmes comme par exemple Copernicus, où l'Europe doit lancer une nouvelle génération de satellites d'observation de la Terre Sentinel. Et le pays le mieux-disant financièrement est en général choisi par l'ESA pour développer les satellites de présérie. Ensuite, il a la faculté et la possibilité de favoriser ses industriels pour la fabrication des satellites de série.

C'est dans ce cadre que Frédérique Vidal a milité tout cet été auprès de Bercy pour un budget de 2,8 milliards d'euros, selon des sources concordantes. Ce qui limiterait la casse chez les maîtres d'œuvres mais un peu moins chez les équipementiers, inquiets des conséquences que pourraient engendrer un budget beaucoup trop faible. Jusqu'ici le ministère de la Recherche n'a obtenu de Bercy "que" 2,5 milliards d'euros, selon des sources concordantes. Soit une rallonge de 400 millions d'euros. Rien n'est définitif, ni très clair d'ailleurs car la somme de 2,8 milliards est également évoquée, avec des crédits redéployés pour arriver à ce total ou piochés dans le Programme d'investissements d'avenir (PIA). Mais la fin de la partie n'a pas été encore sifflée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 6:40 :
Bon , s'est bien dè mettre de l'argent dàns ASE , mais pour faire quoi , pour chercher ou ?
Çar s'est un puits sans font , si îls n'y a pas d'objectif ...
L'Europe dois develloper ses connaissances sur les volle habiter , sur les procédures d'entrée dans l'atmosphère et sur le devellopement future de nouveau projet novateur....
Navette spacial réutilisable... Lanceurs réutilisables... L'espace coute chere , nous devons impérativement conduire une politique de diminution du coût financiere...
a écrit le 19/09/2019 à 19:46 :
Il n'y a pas photo, l'état devrait mettre le paquet, les entreprises, les compétences sont la, le spacial est strategique. Ras le bol que bercy mette des bâtons dans les roue à la defense, la recherche etc. Il y a des budgets qui ne devraient même pas être négociable.
a écrit le 19/09/2019 à 12:51 :
L'argent est toujours difficile à trouver, mais là où ça vaut la peine d'en mettre, c'est pourtant bien sur des domaines qui procurent des emplois à forte valeurs ajoutées, et créateur de richesse pour financer le reste.

En terme d'arbitrage, ça devrait être prioritaire, avec la formation professionnelle correspondante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :