Défense : Washington a proposé de vendre des F-16 à la Turquie, selon Erdogan

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé ce dimanche que les États-Unis avaient ouvert la porte à la vente d'avions de combat F-16 pour moderniser la flotte d'Ankara, en échange de son investissement dans le programme F-35, dont elle avait été exclue après avoir acheté à la Russie des systèmes de défense antimissile. La transaction doit cependant être approuvée par le Congrès américain, au sein duquel l’hostilité croît à l’égard de la Turquie.

3 mn

La requête turque d’achat de F-16 doit d’abord faire l’objet d’un avis positif de la Defense Security Cooperation Agency [DSCA, qui relève du département d’État], puis d’un feu vert du Congrès des États-Unis.
La requête turque d’achat de F-16 doit d’abord faire l’objet d’un avis positif de la Defense Security Cooperation Agency [DSCA, qui relève du département d’État], puis d’un feu vert du Congrès des États-Unis. (Crédits : Reuters)

Alors que la Turquie réclame un retour sur investissement à la suite de son exclusion du programme de l'avion de combat américain F-35 en 2019, les discussions sur l'acquisition de nouveaux appareils sont désormais ouvertes. C'est en tout cas ce qu'a fait valoir son président, Recep Tayyip Erdogan, ce dimanche, déclarant que son pays avait entamé des pourparlers avec les Etats-Unis sur des chasseurs-bombardiers F-16, et que Washington avait proposé de lui en vendre. Pour rappel, Erdogan avait demandé début octobre d'acheter 40 de ces appareils fabriqués par le groupe Lockheed Martin, ainsi que près de 80 kits de modernisation pour sa flotte actuelle.

Sans surprise, le président turc a confirmé que le projet d'achat était « bien sûr lié au problème des F-35 ». Car à l'origine, Ankara comptait se doter d'une centaine d'autres avions, les F-35, commandés dans le cadre du programme américain Joint Strike Fighter (JSF). Mais son achat de batteries russes de défense antiaérienne S-400 lui avait valu d'en être écartée. Et d'être sanctionnée par l'administration Trump au titre de la loi CAATSA (Countering America's Adversaries Through Sanctions Act) visant son industrie de l'armement, limitant considérablement ses marges de manoeuvre pour moderniser son aviation de combat, qui repose principalement sur les F-16.

Lire aussi 10 mnF-35 : quelle suprématie aérienne future de l'OTAN en cas de conflit de haute intensité ?

Une volonté de coopérer avec Moscou qui passe mal

Erdogan réclamait ainsi à Washington une compensation, notamment pour le versement de 1,4 milliard de dollars effectué avant son éviction, affirme-t-il. Mais l'échange s'annonce compliqué, d'autant que la Turquie ne cache pas son intention d'accroître sa coopération militaire avec Moscou.

« Nous avons soulevé cette question dans nos entretiens. Nous attachons de l'importance au dialogue pour trouver une solution à ce problème », a déclaré dimanche à des journalistes Erdogan dans un aéroport d'Istanbul, avant de s'envoler pour une tournée en Afrique.

Lire aussi 1 mnLa Turquie prête à acheter un deuxième lot de missiles de défense aérienne russes S-400

Reste qu'une vente de F-16 par les États-Unis devrait in fine être approuvée par le Congrès américain, au sein duquel l'hostilité à l'égard de la Turquie progresse. Le mois dernier, Erdogan avait expliqué que son pays avait toujours pour projet d'acquérir un deuxième lot de systèmes de défense antimissile S-400 russes, ce qui avait conduit à une nouvelle mise en garde des États-Unis, concernant les risques d'une nouvelle détérioration de leurs relations bilatérales.

[Avec AFP et Reuter]

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 23/10/2021 à 14:21
Signaler
La Peur de l'Iran, de Moscou du côté US les empêche de les virer. Pis certains pays européens croient qu'avec leur chéquier ils garantissent l'art 5 de l'Otan et l'aide US...C'est faux ! Erdogan le frère musulman peut continuer sa quête haineuse.

à écrit le 18/10/2021 à 14:34
Signaler
La Turquie n'a plus rien à faire dans l'OTAN.

à écrit le 18/10/2021 à 6:44
Signaler
24 Rafales Grecs suffiront à détruire une centaine de F16 Turcs, même modernisés. Les F35B qu'ils devaient avoir, c’était pour leur futur mini porte-avion. Les F16 peuvent pas aller dessus, c’est bête. La Turquie, premier pays à construire un porte-a...

à écrit le 17/10/2021 à 16:58
Signaler
Cash is King and nothing else matters. Nous sommes trop gentils en Europe. Politiquement (cf l'affaire des sous marins pour lequel d'après les responsables europeens " l'incident est clos ") et économiquement (nous laissons notre marché être envahi d...

le 19/10/2021 à 3:05
Signaler
Personne ne vous oblige a acheter coreen.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.