Des Airbus qui roulent les moteurs éteints : c'est pour bientôt grâce à Safran

Safran espère décrocher une première intention de commande d'"e-taxiing" (un système de roulage électrique sur les voies de circulation des aéroports) au salon aéronautique de Farnborough, qui se tient en juillet. La mise en service de ce système, qui permet d'économiser 4% de carburant, est prévue en 2021-2022.
Fabrice Gliszczynski
Un Airbus A320 de Turkish Airlines en train de rouler avec ses deux moteurs en fonctionnement sur la piste de l'aéroport international Ataturk d'Istanboul, en janvier 2018.
Un Airbus A320 de Turkish Airlines en train de rouler avec ses deux moteurs en fonctionnement sur la piste de l'aéroport international Ataturk d'Istanboul, en janvier 2018. (Crédits : Reuters)

Faire rouler les avions de l'aérogare jusqu'à la piste de décollage sans "pushbacks", ces tracteurs qui remorquent les appareils, et avec les moteurs éteints, c'est pour bientôt. Après avoir travaillé sur ce concept de roulage électrique en 2013 avec Honeywell, puis en solo à partir de 2016, Safran espère décrocher une première intention de commande en juillet prochain au salon aéronautique de Farnborough dans l'espoir qu'elle fasse boule de neige, a indiqué ce mercredi Philippe Petitcolin, le directeur général de Safran, lors d'une rencontre avec les journalistes de l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

Mise en service en 2021-2022

Ce dernier prévoit une mise en service « en 2021-2022 », sur des Airbus de la famille A320. Pour développer ce petit moteur électrique de moins de 400 kilogrammes placé sur le train d'atterrissage principal, Safran a en effet travaillé uniquement avec l'avionneur européen. Boeing ne s'est en effet pas montré intéressé. Et pour cause, en raison d'un train d'atterrissage très condensé sur ses B737, il n'y a pas suffisamment de place pour installer un tel équipement.

Proposé en option au prix de 1 million de dollars, l'"E-Taxiing" (pour Electric Taxiing),  comme l'appelle Safran, engendre des économies de la consommation de carburant de 4% sur des vols d'une heure en moyenne, voire un peu moins pour les transporteurs qui font déjà le roulage avec un seul moteur en marche.

Retour sur investissement inférieur à 3 ou 4 ans

Alimenté par l'APU (Auxiliary Power Unit), qui fournit de l'énergie à bord des avions quand les moteurs sont arrêtés, ce moteur électrique permet à l'avion de se déplacer sur toutes les voies de roulage d'un aéroport. De quoi générer des économies substantielles sur les aéroports encombrés où il n'est pas rare de voir des avions circuler 40 minutes sur les taxiways avant de pouvoir décoller. Des temps de roulage qui peuvent être multipliés par... 14, les A320 effectuant jusqu'à 14 cycles par jour (décollages et atterrissages).

Avec de telles économies, les compagnies aériennes peuvent tabler sur un retour sur investissement « inférieur à 3 ou 4 ans ».

Ce concept intéressera les compagnies aériennes qui effectuent des vols de courte distance en série chaque jour, comme les compagnies à bas coûts ou La Navette d'Air France. Cette solution est ainsi principalement destinée aux avions régionaux et court et moyen-courriers des avionneurs. Le marché est donc énorme. Il représente en effet plus de 70% des livraisons à venir au cours des 20 prochaines années. Il l'est d'autant plus que ce système peut être introduit sur des appareils déjà en service.

Fabrice Gliszczynski