Et si les déboires du logiciel de paie Louvois appartenaient enfin au passé

 |   |  374  mots
depuis le mois de juin, toutes les paies de la Marine nationale sont traitées par le nouveau logiciel Source Solde.
depuis le mois de juin, toutes les paies de la Marine nationale sont traitées par le nouveau logiciel Source Solde. (Crédits : Marine nationale)
"Les dysfonctionnements de Louvois sont désormais maîtrisés", a assuré la nouvelle secrétaire générale pour l'administration du ministère des armées (SGA), Isabelle Saurat.

Les déboires du logiciel de paie Louvois semble enfin appartenir au passé. Pour deux bonnes raisons. "Les dysfonctionnements de Louvois sont désormais maîtrisés", a assuré la nouvelle secrétaire générale pour l'administration du ministère des armées (SGA), Isabelle Saurat, lors de son audition au Sénat le 9 octobre. "Nous n'avons plus, en moyenne chaque mois, que 180 dossiers à traiter hors Louvois, soit à peine 4 % des soldes", a-t-elle souligné.

En outre, depuis le mois de juin, toutes les paies de la marine sont traitées par le nouveau logiciel Source Solde. "Il semblerait que tout se soit bien passé ; nous sommes confiants ; vous comprendrez cependant, compte tenu des déboires que nous avons connus par le passé avec Louvois, que je reste prudente", a-t-elle expliqué. Le déploiement de Source Solde est prévu sur plusieurs années, avec, notamment, son extension à l'armée de terre en 2020.

"Le successeur de Louvois, Source solde, semble avoir donné satisfaction, mais j'attends encore d'en avoir pleine confirmation", a pour sa part indiqué la ministre des Armées, Florence Parly, lors de son audition au Sénat le 15 octobre.

Louvois, une perte de près de 100 millions pour les armées

Interrogé par le président de la commission des affaires étrangères et de la défense, Christian Cambon sur le coût de l'échec de Louvois et son remplacement par un nouveau logiciel, la nouvelle SGA n'a pas répondu. Toutefois, la note des dysfonctionnements à répétition du système Louvois est salée. Très salée  pour le ministère des Armées depuis le début de la crise. Fin juillet 2018, près de 100 millions d'euros avaient été définitivement perdus.

"Nous sommes face à des indus constatés, qui s'élevaient au 31 juillet 2018 à 573 millions d'euros, accumulés depuis le début de la crise Louvois", avait révélé en octobre 2018 l'ancien SGA, Jean-Paul Bodin. Sur ce montant, 405 millions d'euros avaient été recouvrés, soit environ 70 % du total. Mais, le ministère a décidé "d'abandonner près de 95 millions d'euros, dont 20 millions d'euros résultant de remises gracieuses et le reste de problèmes de calendrier dans l'envoi des demandes de recouvrement", avait-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2019 à 8:28 :
on va juste gaver encore et toujours plus ces rentiers qui ne servent à rien !!!
a écrit le 24/10/2019 à 19:23 :
Article surréaliste. Dix ans pour faire fonctionner un logiciel que l'on s'apprête malgré tout à remplacer. Le paiement des soldes c'est sans doute très compliqué, mais si la France n'est pas capable de développer un tel type de logiciel, elle n'a qu'à l'acheter à l'étranger ! A-t-on jamais fait allusion à la moindre sanction pour les dysfonctionnements constatés (à s'arracher les cheveux !) ? Non apparemment, tout roule. Pas de vagues !
a écrit le 24/10/2019 à 18:03 :
Il faut une grosse commission !
a écrit le 24/10/2019 à 18:00 :
Faut du temps pour que les SS deux i franco francoises commence à comprendre de quoi il retourne dans le monde anglo saxon au niveau du génie logiciel.
Faut avoir assister à leurs formations rigolotes à la fin du siecle dernier pour savoir à quel point ils tatonnent, bricolent...

Que connaissaient ils des concepts de la poo, abstraction, encapsulation, heritage, polymorphisme, ils en avaient quelques bouts glanés par çi par là dans la literrature anglo saxonne.
Avaient ils eux vent des travaux de E.F. Codd ? vaguement avec leur méthode Merise, des meringues à la cerise, beurk!

Favoriser la composition à la dérivation ou extension, l'injection des dépendances, software as modules on a chip, l'échange fructueux entre le génie logiciel et le génie électronique ?
Ils ont vent de ces concepts et technos des années plus tard, entre temps ils bricolent et quand enfin ils arrivent à quelque chose, les technos d'outre atlantique on franchit un nouveau cap dans la productivité et la testabilité/intégration des grands projets.
Que savent ils de l'event based programming, du functionnal programing par opposition aux langages impératifs ? L'aspect oriented programing ?

Heureusement qu'il y a les Ong du code pour, comme mysql, java, les initier.
Mais les cador ils travaillent pas gratuitement, ils travaillent chez grosoft et google, faut payer pour ne serais ce que comprendre leurs technologies.
Les archétypes de conception, le gang of four etc... ils sont pas francais non plus hein!
a écrit le 24/10/2019 à 11:23 :
Je suis déçu par ces militaires qui ne se sont pas dénoncés d'avoir perçu indument des sommes d'argent. La preuve que l'on ne peux pas faire confiance en l'être humain dans tout les domaines qu'il soit (politique, religieux, etc).
Réponse de le 24/10/2019 à 17:46 :
Les militaires sont victimes d'un système qui déraille totalement. Certains ont reçu des soldes amputée (voire pas de soldes du tout) pendant des mois , d'autres des soldes avec des primes indues... mais qui éventuellement compensaient en partie les soldes amputées etc etc...

Personne n'y comprenait plus rien, sauf que ça a mis des familles dans les difficultés financières et que pour certains la comptabilité s'est mis à leur réclamer des sommes plusieurs mois voire plusieurs années après.
a écrit le 24/10/2019 à 11:11 :
Louvois a été enterré officiellement en 2018.

C'est une "blague" qui remonte à 1996 et qui démontre:

1°) que confier la réalisation de logiciels au privé n'est pas une garantie de succès
2°) que l'Etat est un mauvais client, les demandes de l'EM et de bercy étaient à la fois floues, contradictoires et fluctuantes, ce qui a rendu impossible la structuration du programme.
3°) que s'il a fallu plus de 20 ans pour arriver à unifier un système de paye à l'intérieur du seul ministère des armées, ce n'est pas demain la veille qu'on arrivera à un système de retraite unifié.

Au nom d'une lubie unificatrice, l'état a perdu beaucoup d'argent mais aussi des militaires lassés d'attendre leurs soldes et de rembourser des indus parfois gigantesques.
Juppé, qui était à l'origine du projet, attendait des économies et il a provoqué des surcoûts.
a écrit le 24/10/2019 à 11:09 :
On aurait pu penser que depuis le temps que ce scandale avait eclate la question definitivement reglee ? Ben non, il faut du temps au temps en France.
Les 100 patates perdues ???, bien entendu en perte et profit sur le dos des contribuables.
a écrit le 24/10/2019 à 11:03 :
"Les dysfonctionnements de Louvois sont désormais maîtrisés" magnifiques éléments de langage pour dire que le cahier des charges était de faire passer l'eau, le gaz et l'électricité dans le même tuyau, gabegie technique puis financière, ce système n'a jamais correctement fonctionné. Dans le cadre d'un retour d'informations il serait souhaitable de créer sur ce bidule une enquête parlementaire pour au moins savoir ce qui a foiré.
a écrit le 24/10/2019 à 9:50 :
Ces problèmes de logiciel de paye semblent un peu anachroniques et posent quelques "questions". A propos les fanatiques des actions judiciaires et médiatiques ne devraient-ils pas demander une commission d'enquête sénatoriale ou de l'assemblée? A moins que cela soit un sujet tabou sur lequel il ne faut à aucun prix enquêter et qu'il y a consensus.
Réponse de le 24/10/2019 à 15:17 :
BIIIIIP Vous avez prononcé le mot tabou.
A quand remonte la dernière commission sur un sujet sérieux. Franchement ca risquerait de rappeller au parlement qu'une de ses missions est de controler l'administration.
On cours au scandale, ca romprais la tradition républicaine ou l'élite administrative ne répond jamais de ses actes.
J'espére que vous cesserez de propager des idées aussi subversives.
Réponse de le 24/10/2019 à 18:59 :
Les déboires de Louvois ont été très largement documentés et commentés par la cour des comptes au cours des 20 années qu'à duré la comédie.

S'il y a avait eu des malversations, la cour des comptes aurait saisi la justice parce que c'est dans ses attributions.

Louvois c'est plus l'histoire d'une incompétence que d'un détournement volontaire d'argent public. Et il n'y a pas de lois contre la bêtise et l'incompétence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :