IAG n'exclut pas des Airbus A321LR pour sa low-cost long-courrier Level

 |   |  574  mots
(Crédits : IAG)
De passage à Paris pour le premier vol de Level, la marque low-cost long-courrier de IAG, le directeur général du groupe, Willie Walsh, a annoncé l'arrivée d'un troisième A330-200 à Paris en 2019 qui permettrait de lancer de nouvelles destinations. Des A321LR pour Level à l'avenir ne sont pas exclus.

Le premier vol de Level, la compagnie low-cost long-courrier de IAG, n'avait pas encore eu lieu lundi 2 juillet à Orly que Willie Walsh, le directeur général du groupe également propriétaire de British Airways, Iberia, Aer Lingus et Vueling, annonçait une montée en puissance au départ d'Orly l'an prochain.

Deux nouveaux A330-200 en 2019

Après Montréal lundi, Pointe-à-Pitre ce mardi 3 juillet, puis New York et Fort-de-France en septembre, de nouvelles destinations vont être ajoutées pour l'année prochaine grâce à l'arrivée de deux nouveaux Airbus A330-200 dans la flotte. L'un sera positionné à Paris qui disposera ainsi de trois gros-porteurs, l'autre à Barcelone, la première base long-courrier ouverte l'an dernier par Level, qui accueille aujourd'hui trois A330-200 et passera donc à quatre appareils l'an prochain.

« Quand ces deux avions supplémentaires arriveront, nous annoncerons des destinations supplémentaires à la fois au départ de Paris et de Barcelone », a déclaré Willie Walsh, lors d'une rencontre avec la presse française le 2 juillet à Orly.

De quoi accentuer la montée en puissance des compagnies low-cost long-courriers à Paris, déjà présentes avec Norwegian, French Bee, Wow Air, Primera Air et par certains côtés XL Airways. Et de mettre la pression sur les compagnies comme Air France par le biais de tarifs très agressifs. Le prix d'appel de Level commence à partir de 99 euros l'aller simple. Pour Willie Walsh, la structure très légère de Level permet de soutenir des prix bas.

Des vols vers l'Asie au départ de Barcelone à l'étude

À Paris comme à Barcelone, les vols long-courriers de Level sont connectés avec ceux de Vueling sur le réseau moyen-courrier. Willie Walsh a par ailleurs confié qu'il regardait l'opportunité de lancer des vols vers l'Asie au départ de Barcelone. Un projet qui va dans le sens de Laurent Magnin, le Pdg de XL Airways, qui martèle depuis des années que les low-cost long-courriers peuvent concurrencer les compagnies du Golfe.

Outre le développement de Level à Barcelone et à Paris, IAG planche sur de nouvelles bases long-courriers pour sa compagnie à bas coûts. Willie Walsh a cité l'Allemagne et l'Autriche, où le groupe a décidé de lancer Level sur le court et moyen-courrier.

En aparté de son point presse, Willie Walsh indiqué que l'A321LR, déjà commandé par Aer Lingus à raison de 8 exemplaires (des discussions ont lieu pour passer à 12), pourrait intégrer à l'avenir la flotte de Level pour des augmentations de fréquences sur certaines destinations. Si Airbus lançait une version à plus long rayon d'action (A321XLR), IAG serait évidemment intéressé.

Acquisition de Norwegian

Pour autant, c'est du côté de la Norvège que les regards se tournent. Après avoir pris 4% du capital de Norwegian, IAG reste à l'affût pour rafler la low-cost norvégienne, en difficulté financière comme l'a souligné plusieurs fois Willie Walsh. Ce dernier a assuré qu'il n'avait plus de contacts avec Norwegian depuis le mois de mai, quand la compagnie scandinave a refusé son offre, jugée trop basse.

Si l'acquisition de IAG est jugée intéressante par Willie Walsh, pas question néanmoins de monter le prix. Même si Lufthansa est entrée dans la danse à sa grande surprise. Norwegian vaut aujourd'hui plus d'un milliard d'euros en Bourse et tout acheteur devra prendre à son compte les deux milliards d'euros de dettes de la compagnie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2018 à 12:33 :
Je viens de regarder sur leur site. Pour du low-cost cela me semble assez cher (755€ pour un départ le 22/07 retour le 10/08).
A cela il faut rajouter 49€ pour un bagage et 35 € le repas. Idem pour le retour.
Aux mêmes dates, Air Caraïbes propose l’aller retour tout compris à 705€.
AF est à 919€ tout compris.
Réponse de le 04/07/2018 à 2:28 :
Les low-cost ne valent le coup seulement si on achète son billet très à l'avance. De manière générale, Air Caraïbes proposent déjà des tarifs low-costs sur les Antilles depuis de nombreuses années.

Le but de IAG est d'attirer de nouveaux clients, pas forcément de "voler" des clients aux autres compagnies. Dans tous les cas, Air Caraïbes a une bonne longueur d'avance sur tous ces concurrents et n'a pas de quoi s'inquiéter. Ce qui n'est pas le cas pour AF, Corsair et même XL Airways.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :