La Chine ordonne à ses compagnies aériennes de clouer au sol tous leurs Boeing 737 MAX

 |   |  720  mots
Un Boeing 737 MAX de la compagnie Air China à l'arrêt sur le tarmac de l'aéroport de Pékin, aujourd'hui lundi 11 mars 2019.
Un Boeing 737 MAX de la compagnie Air China à l'arrêt sur le tarmac de l'aéroport de Pékin, aujourd'hui lundi 11 mars 2019. (Crédits : China Stringer Network)
Après le crash du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines dimanche matin à Addis-Abeba, Pékin, arguant de fortes similitudes avec le crash de Lion Air en octobre, a décidé de clouer au sol les 96 Boeing 737 MAX sous pavillon chinois.

[ Article publié le 11 mars 2019 à 8h52, mis à jour avec infographie à 15h ]

Les autorités chinoises ont ordonné lundi aux compagnies aériennes du pays de suspendre leurs vols opérés en Boeing 737 MAX, après le crash mortel dimanche d'un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines.

Le crash de l'avion d'Ethiopian Airlines qui assurait la liaison entre Addis-Abeba et Nairobi a fait 157 morts, dont neuf Français et de nombreux autres Occidentaux.

Il fait suite au crash, en octobre 2018, d'un autre Boeing 737 MAX 8, de la compagnie indonésienne Lion Air, qui s'est écrasé en mer de Java, faisant 189 morts.

La Chine va prendre contact avec Boeing et les autorités américaines

L'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC) a déclaré dans un communiqué qu'elle informerait les compagnies aériennes d'une éventuelle reprise des vols, après avoir contacté Boeing et les autorités américaines.

"Vu que les deux accidents impliquent des appareils Boeing 737-8 livrés récemment et qu'ils ont eu lieu pendant la phase de décollage, il y a un certain degré de similarité", indique la CAAC, ajoutant que cette décision était conforme à son principe de tolérance zéro en matière de sécurité.

Les compagnies chinoises comptent une flotte de 96 Boeing 737 MAX, précisent les autorités.

Le journal Caijing rapporte que la plupart des vols initialement prévus sur ces appareils allaient être effectués par des Boeing 737-800.

Après le crash, Ethiopian Airlines immobilise tous ses Boeing 737 MAX 8

La compagnie aérienne Ethiopian Airlines a annoncé lundi avoir immobilisé toute sa flotte de Boeing 737 MAX8 jusqu'à nouvel ordre, au lendemain du crash d'un de ses appareils qui a fait 157 morts.

"Même si nous ne connaissons pas encore les causes du crash, nous avons décidé d'immobiliser la flotte en question par mesure de sécurité", écrit la compagnie sur Twitter.

Ethiopian Airlines dispose d'une flotte de quatre appareils 737 MAX 8, en plus de celui qui s'est écrasé dimanche, selon le site FlightRadar24.

Pour rappel, dimanche matin, le Boeing 737 d'Ethiopian Airlines, tout neuf, avec à son bord 149 passagers et 8 membres d'équipage, qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi (vol ET302), s'est écrasé peu après le décollage, a annoncé la compagnie éthiopienne.

Statista, B737 MAX, cloués au sol, avions

[Liste des pays et compagnies ayant cloué au sol leur flotte de B737 MAX, en date du 11 mars à 15H. Sources : Boeing et AFP. Crédit : Statista*.]

Neuf Français parmi les victimes du crash

Selon le média d'Etat éthiopien Fana Broadcasting Corporate, citant la compagnie aérienne, le vol ET302 s'est écrasé quelques minutes après le décollage, "causant la mort des 149 passagers et 8 membres d'équipage à son bord" et ne laissant donc aucun survivant.

Hier, en début de soirée, le ministère français des Affaires étrangères annonçait que neuf ressortissants français figuraient parmi les 157 victimes du crash d'un avion d'Ethiopian Airlines survenu dimanche matin.

"A cette heure, il est confirmé que neuf passagers de nationalité française sont décédés dans l'accident", est-il précisé dans un communiqué diffusé par le Quai d'Orsay.

Des similitudes avec le crash de Lion Air, en octobre dernier

Cet accident ressemble à celui de la compagnie indonésienne Lion Air survenu il y a 4 mois, le 29 octobre 2018. Ce matin-là vers 6h30, treize minutes après le décollage du vol JT610, le pilote de l'avion avait demandé à faire demi-tour avant de perdre le contact avec les contrôleurs aériens. Le Boeing 737 MAX s'était abîmé en mer de Java faisant 189 victimes.

Après lecture de la boîte noire retrouvée, la commission indonésienne chargée de la sécurité dans les transports a indiqué que le B737 MAX qui s'est abîmé en mer avait reçu des informations erronées provenant de l'un de ses capteurs. En l'occurrence, il s'agissait de la sonde d'incidence, qui mesure l'angle des ailes de l'avion par rapport au flux d'air et fournit des données cruciales pour les commandes de vol. Un angle trop élevé peut provoquer un décrochage de l'appareil.

___

▶︎ Pays et compagnies ayant immobilisé leurs B737 MAX - Lire notre mise à jour:

Lire aussi : Les États-Unis obligent Boeing à modifier le B737 MAX mais ne le clouent pas au sol

___

(*) Un graphique de notre partenaire Statista.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2019 à 16:24 :
Bien évidemment que tous nouveaux avions doivent être cloués au sol en attendant les résultats des enquêtes
a écrit le 11/03/2019 à 16:10 :
Ça semble être un problème informatique (logiciel).
a écrit le 11/03/2019 à 14:59 :
Un avion neuf et un modèle tout juste certifié qui se crashe à 6 mois d'intervalle. On attend un accident mortel chez nous pour clouer au cet avions???
La vérité est que les Européens ont peur de la réaction de papa Trump qui va les gronder à coup de tweet s'ils prennent une décision à l'encontre de l'industrie américaine.
Réponse de le 12/03/2019 à 9:46 :
Il n' y a pas de 737 MAX dans toutes les grandes compagnies europénnes (et heureusement) sauf chez Norwegian (18 appareils), d’ Icelandair (3 appareils), d’ Air Italy (3 appareils), de l’Allemande à bas coût TUIfly (13 appareils) et de la polonaise Lot (6 appareils). Par contre attention en low cost Ryanair doit recevoir son premier « 737 Max 8 » dans les prochaines semaines. et Ryanair a commandé 135 exemplaires. Donc vous savez ou prendre (ou ne pas prendre vous billets).
a écrit le 11/03/2019 à 13:21 :
Commentaire totalement ridicule et idiot ! parce qu'un airbus ne s'est jamais crashé, peut-être. Et le récent vol AF dont un réacteur a lâché en plein vol, c'est de la fiabilité, peut-être ? Quoique dans ce cas, ce n'est peut-être pas airbus qui est en cause. Il s'agissait d'un appareil air france : compétences, fiabilité et sérieux... mouais...Pas dans les hangars de la cie, en tout cas... Faut pas voler sur des compagnies douteuses ! Et des cies dont les finances - réelles - sont loin d'être au zénith (merci au chiffre d'affaires de KLM qui sauve le groupe) alors qu'Ethiopan est la plus importante cie africaine et certainement meilleure à tous niveaux qu'AF. Ce qui, il est vrai, n'est guère difficile
Réponse de le 11/03/2019 à 14:04 :
Aucun modele Airbus n' a encaissé 2 crashs consécutifs en moins de 6 mois, sur des appareils quasiment neufs et moins de 2 ans après son1er vol commercial de ce modèle.
Présenté les faits c' est déjà exoposer ce très grave problème.
Les enjeux commerciaux sont énormes. Boeing et la FAA vont essayer de minimiser le problème, mais tous les 737 MAX 8 devrait être suspendu de vols
en attendant les résultats de l' enquête.
a écrit le 11/03/2019 à 12:06 :
Qu'attendent les autorités européennes pour faire de même? Les Américains ne seraient pas gênés si le problème avait concerné l'A320 neo.
a écrit le 11/03/2019 à 10:46 :
Je trouve que nous sommes confronté à trop d'avaries d'avions et le discours lénifiant qui consiste à dire qu'il y en a de plus en plus et que les accidents sont très rares ca suffit. Ensuite lorsqu'un accident est étudié tout se passe dans l'opacité à croire que c'est la faute des passagers.
Réponse de le 12/03/2019 à 13:37 :
si on vous dit que c'est le composant 23GF8C-TR39 qui s'est avéré défectueux mais est présent sur tous les appareils, le remplacement est impératif, ça vous avancera à quoi ? Un incident ou un crash, normalement, ça conduit, après analyse, à la correction afin de ne jamais le voir revenir. Tout ennui doit aboutir à une amélioration de la sécurité, là il est tout neuf, pas de recul, mais si c'est un problème de codage c'est ennuyeux (rien n'est parfait mais bon), y a bien une fusée qui a périclité, une variable de programmation était trop courte (en mémoire), y a eu débordement de capacité (un peu la raison qui faisait que sous Windows 16 bits, on ne pouvait dépasser 2Go de disque dur, un entier long signé va de -2Go à +2Go, non signé de 0 à 4Go mais codé en long signé, que 2Go. Si vous voulez 3Go ça correspond numériquement (en mémoire) à -1Go)
a écrit le 11/03/2019 à 9:43 :
Bonne affaire pour Airbus, il faut en profiter pour remonter la pente de ces derniers temps.
a écrit le 11/03/2019 à 9:31 :
D'abord, ils n'avaient qu'à acheter des Airbus A 380.
Ensuite, c'est un bon coup de sabre Chinois pour l'ego deTrump. Discréditer Boeing et venger au passage Huawei.
a écrit le 11/03/2019 à 9:05 :
Compréhensible puisque c'était un avion tout neuf livré milieu 2018 si j'ai bien entendu.

Tous les pays du monde devraient faire pareil.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :