La Pologne veut muscler son armée

 |   |  736  mots
(Crédits : Reuters)
Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a annoncé que d’ici 2026, Varsovie allouerait prêt de 43 milliards d’euros à la modernisation des forces armées polonaises. Un article de notre partenaire Euractiv.

Le ministère polonais de la Défense voit les choses en grand et prévoit l'achat de nouveaux sous-marins, d'hélicoptères, de missiles et de 32 avions de chasse américains F-35 de cinquième génération pour remplacer les avions postsoviétiques MiG-29 et Su-22. « Nous savons comment moderniser la Pologne, et nous allons le faire », a twitté le ministre, Mariusz Blaszczak.

Bien que le plan ne spécifie pas de date pour l'acquisition de ces équipements, Mariusz Blaszczak a annoncé que ceux-ci viseraient principalement à renforcer les régions orientales du pays. « Nous avons créé une nouvelle division à l'est de la Vistule. Les nouveaux équipements concerneront principalement cette division. Sécuriser le flanc oriental n'est pas seulement une façon d'accroître notre puissance militaire, mais aussi de renforcer l'ensemble du flanc oriental de l'OTAN », a-t-il déclaré.

Une base américaine permanente en Pologne ? L'idée révulse la Russie

L'organisation transatlantique avait décidé en 2017 de disposer quatre groupements tactiques internationaux en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie afin de renforcer sa défense et sa stratégie de dissuasion après l'intervention russe en Ukraine. Varsovie se sent très menacée par la Russie. Depuis sa montée au pouvoir, le gouvernement conservateur de droite Droit et justice (PiS) a exhorté à la création d'une base américaine permanente que le Président polonais Andrzej Duda aimerait appeler « Fort Trump ».

« Ce n'est pas la première fois que le gouvernement polonais insiste pour répartir le niveau de sécurité et la présence physique des troupes de l'OTAN sur l'ensemble du territoire de l'alliance », a expliqué Radosław Sikorski, spécifiant que cette attitude n'était pas propre au gouvernement actuel.

Les États-Unis veulent consolider leur présence en Europe centrale

« L'Allemagne a des bases permanentes, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne et la Turquie aussi, alors pourquoi pas la Pologne ? », a-t-il questionné. Tous les pays mentionnés ont des bases militaires américaines depuis l'époque de la guerre froide. La Russie est très hostile à l'idée de voir une présence américaine sur ce qu'elle considère comme ses zones tampons.

La proposition polonaise a pour l'heure été rejetée par le gouvernement américain. Washington s'est contenté de répondre que la présence militaire américaine en Pologne augmenterait de quelques centaines de soldats. La Pologne compte aujourd'hui près de 5.000 soldats américains dans le cadre d'un système de rotation de l'OTAN.

L'ambassadrice américaine en Pologne, Georgette Mosbacher, a annoncé que « les États-Unis prévoyaient d'augmenter considérablement leur présence militaire en Pologne à mesure que l'administration Trump consolide son engagement en Europe centrale. »

La Pologne prête à investir pour son armée "2% de son PIB sans discuter"

« La Pologne est un allié important. Elle investit les 2 % de son PIB sans discuter », a souligné la diplomate dans une interview récente accordée au Financial Times, ajoutant que la Pologne était prête à une modernisation de 40 milliards d'euros de son armée. Selon elle, la volonté polonaise de jouer un rôle dans le renforcement de la défense européenne est d'une importance capitale pour les relations polono-américaines.

Mariusz Blaszczak a également annoncé que le projet prévoirait également des dépenses supplémentaires. En 2017, le gouvernement de droite PiS avait introduit une loi visant à ce que le budget de la défense atteigne 2,5 % du PIB polonais d'ici à 2030. Cette augmentation du budget de la défense est également perçue comme une tentative de constituer des alliances en dehors du cadre de l'UE.

Il y a deux semaines, les États-Unis et la Pologne concluaient un contrat d'armement de plusieurs millions d'euros. À l'occasion d'une visite du vice-président américain, Mike Pence, à Varsovie au mois de février, la Pologne avait commandé 20 missiles mobiles d'une valeur de 365 millions d'euros. En mars 2018, le gouvernement polonais avait déjà commandé un missile Patriot américain à 4,19 milliards d'euros.

Le ministre a également indiqué que l'expansion de la cyberforce constituait également une priorité. Celui-ci n'a pas donné plus de précisions à ce sujet, mais a déclaré que 3 milliards de zlotys seraient alloués à l'achat d'équipement informatique et cryptographique de pointe.

___

Par Alexandra Brzozowski, Euractiv.com (traduit par Yasmine Alfihri)

(Article publié le lundi 4 mars 2019)

___
Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2019 à 14:06 :
La Pologne a une histoire chargée et ce n'est pas étonnant qu'elle se tourne vers les usa. Au lieu de critiquer la Pologne, la France doit être artisan d'une défense européenne crédible et si nous arrivons la Pologne pourrait se passer de l'oncle Sam.
a écrit le 08/03/2019 à 22:21 :
Mots oubliés : En mars 2018, le gouvernement polonais avait déjà commandé un .... missile Patriot américain à 4,19 milliards d'euros.
a écrit le 08/03/2019 à 12:28 :
Ceux sont les industriels américains qui vont être contents ! Quant aux polonais, ils parient sur l'engagement US. Bien. Mais, le temps que Trump ridiculise la Maison blanche, ça marche, mais après ? Son successeur n'aura-t-il pas envie de tout refaire à l'envers ? Alors que l'Europe, c'est maintenant que l'on pourrait la renforcer...
a écrit le 08/03/2019 à 11:07 :
Les français vont encore plus aimer l'UE. La Pologne est est le plus gros"receveur" des fonds de l'UE par rapport à ce qu'elle contribue , elle en profite pour acheter du matériel américain avec la manne européenne destinée avant tout à améliorer la vie des polonais.
Je pense que l'on devrait conditionner les aides quand elles sont positives comme c'est le cas pour la Pologne à l'obligation d'achat européens.
Réponse de le 08/03/2019 à 13:53 :
A l'heure où le découplage militaire Europe USA n'est plus un mythe, la Pologne montre au contraire l'exemple de ce que devraient faire tous les pays du versant européen de l'OTAN, priorité absolue.
a écrit le 08/03/2019 à 11:03 :
Les français vont encore plus aimer l'UE. La Pologne est est le plus gros"receveur" des fonds de l'UE par rapport à ce qu'elle contribue , elle en profite pour acheter du matériel américain avec la manne européenne destinée avant tout à améliorer la vie des polonais.
Je pense que l'on devrait conditionner les aides quand elles sont positives comme c'est le cas pour la Pologne à l'obligation d'achat européens.
Réponse de le 08/03/2019 à 12:06 :
plus personne n`ecoute ce genre d`arguments qui sont ideologiques , vieilleax, fausses et completement irrealistes. Les francais peuvent apprendre des polonais comment gerer un etat et sortir gagnant d`une crise pour les francais inimaginable, .... au`joudhui la france grace a ces dirigents, craivoyants, s`enfance dans une crise qui va balayer la france, sa population et sa culture à jamais. Au lieu de donner les conseills aux polonais chercher plus tot à les recevoir.
Réponse de le 08/03/2019 à 22:17 :
@polonais je pense que vous vous trompez en parlant "d'arguments idéologiques" en tant que contribuable en milliers d'euros et européen convaincu je crois tout d'abord que l'Union a commis l'erreur d'accepter les pays de l'est qui n'étaient prêts. Devant ces pays qui n'ont d'européens que la main tendue pour les subventions européennes j'ai décidé pour la première fois de faire le choix d'un parti qui remettra en cause cette Union qui n'est plus qu'un slogan. Les pays de l'est jouent un jeu anti Union qui pourraient bien se retourner contre eux. La lettre de M. Macron commet l'erreur de ne pas aborder ce sujet qui sera à n'en pas douter demain ou après demain sur la table. L'Union tangue dont une des raisons est l'anti politique de l'Union des pays de l'est.
a écrit le 08/03/2019 à 9:02 :
La Pologne, un des piliers du dumping social qui ravage l'Europe a toujours été pro-américaine.

Heureusement qu’elle n'est pas en UE hein, parce qu'avec des amis comme ça pas la peine d'avoir d’ennemis !

Mais heureusement nos dirigeants européistes ont été clairvoyants, encore une fois...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :